Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 11:24

J'ai participé à Paris aux ateliers batiments et énergie et bien sur à ceux sur l'eau .
Les mesures proposées sont nettement en dessous des conclusions des ateliers, on ne parle pas des financements des aides incitatives nécessaires , mais on peut quand meme dire que celà bouge un peu.Pour les batiments, il semble bien que la profession va se mobiliser
Je ne vois ici aucune mesure sur les énergies renouvelables !
Patientons ...

Grenelle de l'environnement: un texte de loi

- Jean-Louis Borloo (archives 2007) - France 2 -

Jean-Louis Borloo (archives 2007)

© France 2

Jean-Louis Borloo a présenté mercredi un texte de loi d'orientation sur les pesticides et les transports urbains

Les 30 pesticides les plus dangereux seront retirés du marché d'ici fin 2008.

Autres mesures phares: créer 2000 km de lignes TGV supplémentaires d'ici 2020 pour relier les capitales régionales, multiplier par 6 les transports urbains en site propre hors Ile-de-France et réduire d'au moins 38% la consommation énergétique dans le BTP d'ici 2020.

Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, a estimé mercredi que le gouvernement avait "tenu le pari de mettre dans une loi les engagements et les conclusions du Grenelle" de l'environnement, lors d'une présentation du texte de loi d'orientation à la presse. Cette loi d'orientation (appelée Grenelle I), composée de 47  articles, fixe les grands principes des engagements du Grenelle.

Suppression annoncée de pesticides
Les 30 produits phytopharmaceutiques "les plus préoccupants" seront retirés du marché d'ici fin 2008, selon le texte de loi d'orientation du Grenelle de l'environnement présenté mercredi par le ministère de l'Ecologie. Il s'agit de "généraliser les pratiques agricoles soutenables et productives. Il est ainsi prévu de retirer du marché les substances phytopharmaceutiques les plus préoccupantes en fonction de leur substitualité: 30 d'ici fin 2008, 10 d'ici fin 2010", précise le texte. Il s'agit également de diminuer de 50% d'ici 2012 celles pour lesquelles il  n'existe pas de produits ni de pratiques de substitution", ajoute-t-il.

Développement des transports en commun
D'abord, l'Etat compte créer 2000 km de lignes supplémentaires pour les trains à grande vitesse d'ici 2020 pour relier les capitales régionales. Sont concernées: la ligne Tours-Bordeaux, le contournement de Nîmes et Montpellier, la ligne Montpellier-Perpignan, la ligne Bretagne-Pays de la Loire, les deuxièmes phases de la ligne Est et de la branche Est de la ligne Rhin-Rhône, l'interconnexion sud des lignes à grande vitesse en Ile-de-France, les lignes Provence-Alpes Côte d'Azur, Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Hendaye, et les branches sud et ouest de Rhin-Rhône.

Enfin, les transports urbains en site propre hors Ile-de-France seront multipliés par six en quinze ans, de 329 à 1.800 km, afin de permettre notamment "le désenclavement de quartiers sensibles". Le montant total est estimé à 18 milliards d'euros. Sur une première tranche de travaux de 12 milliards d'euros d'ici 2020, l'Etat contribuera aux projets nouveaux à hauteur de 2,5 milliards, précise le texte.

Réductions d'énergie dans le BTP
L'Etat veut réduire "d'au moins 38%" d'ici à 2020 les consommations energétiques du parc existant de bâtiments. Dans le neuf, le gouvernement veut imposer la norme "basse consommation" (consommant moins de 50 kWh par an et par mètre carré) à toutes les constructions neuves dès la fin 2012 et par anticipation dès la fin 2010 à tous les bâtiments publics et tertiaires. La norme "énergie positive" (des bâtiments qui consomment moins d'énergie qu'ils n'en produisent à partir d'énergies renouvelables) sera imposée à partir de la fin 2020 pour toutes les constructions neuves. Dans l'ancien, l'Etat mettra en place des "incitations financières destinées à encourager et accélérer la réalisation de travaux" en favorisant la conclusion d'accords avec les banques et les assurances. Il s'agira notamment de développer des prêts aux particuliers dont le remboursement des annuités d'emprunt ne devra pas dépasser le montant des économies d'énergie réalisées grâce aux travaux de rénovation.

Le secteur du bâtiment contribue pour près du quart aux émissions nationales de gaz à effet de serre et consomme plus de 40% de l'énergie finale consommée en France.

De son côté, l'Etat entend se montrer exemplaire: audit énergétique généralisé de ses bâtiments d'ici à 2010 et lancement de la rénovation pour la totalité d'entre eux avant 2012, afin de réduire de 40% au moins la consommation d'énergie et de moitié les émissions de GES dans un délai de dix ans.

Les écologistes circonspects sur les moyens
 Le projet de loi d'orientation du Grenelle de l'environnement qui a été présenté mercredi par le ministère de l'Ecologie, est "conforme" aux engagements de ce processus, selon les associations écologistes. Toutefois, elles s'interrogent sur le flou concernant les moyens à mettre en place. "Ce qui nous qui nous inquiète, c'est l'absence de moyens", a indiqué à la presse Yannick Jadot, de l'association Greenpeace. "On n'a peu ou pas de moyens mis en avant par l'Etat pour réussir ce changement de civilisation
."

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans Grenelle de l'environnement
commenter cet article

commentaires

Marc Pierson 06/05/2008 14:54

Encore du bla bla bla de la part de l'UMP et de la bande à Sarko...bien qu'on ne sait plus si Sarko soutient L'UMP ou si L'UMP soutient Sarko!!!La preuve lors des dernières municipales où les candidats de droitye n'affichaient même plus leur bannière UMP! Ou Nouveau Centre...c'est à dire l'Ancien Centre de Droite (ex UDF).Rien n'a changé...et rien ne changera.Sarko est un libéral pur et dur.M.P.

Laurent 06/05/2008 13:42

Le transport périurbain sera probablement l'un des éléments clés des années à venir. Nous sommes nombreux à nous être éloignés des grandes agglomérations pour des raisons de qualité de vie, mais aussi et surtout en raison du prix de l'immobilier en ville. La hausse constante, et qui va probablement encore durer longtemps, du prix des carburants risque de créer une nouvelle catégorie de travailleurs pauvres, ceux qui devront revendre leur maison face au coût de transport pour se rendre à leur travail.C'est un sujet auquel le Conseil Général peut contribuer en facilitant de nouvelles organisations de transport routier (covoiturage, taxis collectifs, autopartage...), et au vu du flou sur le financement  laissé dans la loi consécutive au Grenelle de l'environnement, nous ne pouvons qu'une fois de plus compter sur les collectivités territoriales pour avancer !

wojtkowiak frédéric 05/05/2008 22:13

Habitant en campagne (Bambecque) et travaillant à Dunkerque, il m'est difficile d'emprunter les transports en commun. Une réflexion à ce sujet est légitime mais elle doit s'établir à grande et petite échelle car je ne suis pas le seul dans ce cas. A ce jour je fais du covoiturage. Garant ma voiture au Faubourg de Cassel (Rond point), il manque parfois de la place. Pourquoi aucune commune (le département) n'aménage  des aires de parking spéciales pour les adeptes du covoiturage?

jean schepman 06/05/2008 00:52


cette demande m'a déja été faite .
J'ai interrogé les services afin de connaitre  leur avis sur ce sujet !
j'attends avec intéret leur réponse !