Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 21:43
Ce genre d'article me laisse un gout de cendre dans la bouche...
Lors de mon dernier séjour en Guinée Konakry des jeunes m'expliquaient que ce qui leur faisait le plus mal c'est que c'étaient leurs frères marocains qui les empêchaient , voir quitte à les tuer, de tenter leur chance vers l'Europe ...

Des soldats marocains sont accusés d'avoir noyé une trentaine d'immigrants, rapporte le journal espagnol "El Pais"

Les militaires auraient fait couler leur embarcation pneumatique le 28 avril au large d'Al Hoceïma (nord-est du Maroc) en la crevant à coups de couteau. Ces immigrants tentaient de se rendre en Espagne.

Pour le quotidien, qui s'appuie sur le témoignage "d'au moins cinq survivants", entre 29 et 33 immigrants dont quatre enfants sont morts noyés.

Une source sécuritaire marocaine avait évoqué lundi la mort par noyade de "dix migrants subsahariens". Mais se basant sur des témoignages, une ONG marocaine avait fait état de "36 migrants subsahariens morts noyés".

Selon un envoyé spécial d'"El Pais", les survivants ont été transportés près de la frontière avec l'Algérie et Rabat tente "d'étouffer" cette "tragédie".

Le quotidien espagnol rapporte qu'environ 70 candidats à l'émigration avaient embarqué sur un grand canot pneumatique le 28 avril vers trois heures du matin, près d'Al Hoceïma pour gagner l'Espagne. Deux heures après le début de la traversée, un navire de la marine marocaine s'est approché et a mis à l'eau une embarcation rapide qui a abordé le canot des personnes sans papiers.

"Un des soldats a enfoncé légèrement un couteau dans le caoutchouc et nous a dit: 'Maintenant, allez vers l'Espagne si vous voulez'", raconte à "El Pais" Campos, un des survivants. "Nous avons essayé de mettre une rustine et nous avancions difficilement. Mais je crois que nous y serions arrivés s'ils n'étaient pas revenus", rapporte un autre témoin, Erick O., pêcheur nigérian de 31 ans qui a perdu sa femme et sa fille de trois ans dans le naufrage.

Peu après, la vedette des soldats marocains est revenue. Un soldat a alors commencé à menacer les passagers avec un couteau attaché à un bâton, selon ces survivants. "Nous leur avons demandé qu'ils nous ramènent avec eux vers le Maroc parce qu'avec le canot dans cet état il était presque impossible de continuer. Nous les avons suppliés de regarder nos enfants et nos bébés", raconte Campos.

Un gradé marocain a ensuite pris le couteau des mains du soldats et a donné "quatre coups en différents endroits du canot" qui a coulé en quelques secondes, selon Erick. Une autre vedette marocaine est venue porter secours aux clandestins alors que sur la première, les soldats étaient en train de se disputer.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article

commentaires