Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 15:22

Pour mon parti (dont je suis fier d'etre militant ), je souhaite que nous choisissions un premier secrétaire non candidat aux présidentielles .
Hollande lance l'offensive à six mois du congrès
[ 30/05/08  ]

Soucieux d'éviter une lutte prématurée entre présidentiables, le premier secrétaire du Parti socialiste expose les dix questions auxquelles le congrès de Reims devrait à ses yeux répondre. Manière d'insister sur les idées quand Royal et Delanoë bataillent sur les
mots !!!
 

Il ne sera plus, en novembre, premier secrétaire du PS. Mais il faudra, d'ici là comme après, compter avec lui. Cette semaine, François Hollande a montré sa détermination à ne pas laisser le champ libre à Ségolène Royal et à Bertrand Delanoë, qui bataillent pour prendre les rênes du parti les yeux rivés sur 2012. Mardi, le président du Conseil général de Corrèze a d'abord fait état, sur son blog, de « l'exaspération » de la base à l'égard du bras de fer, sur le qualificatif « libéral », entre le maire de Paris et la finaliste de la dernière présidentielle. Puis, mercredi sur France Inter, il a appelé les socialistes à délaisser les querelles de « mots » pour s'atteler aux « maux » de la France. Enfin, hier, il a publié une longue tribune dans « Le Monde », plaidant pour que la gauche engage une « offensive idéologique » qui permettrait de reconquérir les couches « populaires et moyennes ».

Dans ce texte aux allures de mise au point, le numéro un du PS tente de rétablir l'ordre en passant en revue les dix « questions » sur lesquelles le congrès devrait selon lui se pencher. Cela va de la lutte contre les délocalisations au vieillissement de la population, en passant par l'immigration, les questions européennes ou les alliances. Lui-même n'y répond encore que de manière très générale, insistant surtout sur « l'intervention de l'Etat », « l'effort partagé », la cohésion sociale » pour marquer la différence de valeurs avec la droite. Au total, c'est un dénominateur commun susceptible de satisfaire tous ceux qui s'inquiètent ou ne se reconnaissent pas dans le duel Royal-Delanoë. « Le PS est plus uni sur l'essentiel qu'il ne le laisse paraître », relève François Hollande, appelant de ses voeux - sans en délimiter les contours - « une majorité regroupant, autour d'un contrat, ceux qui pensent tout simplement la même chose ». Un de ses proches avoue : « C'est peut-être le début d'un cheminement pour que les uns et les autres se rassemblent sur une grande motion ».


Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans et si on en discutait
commenter cet article

commentaires