Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 23:08
Si même Mme Parisot conteste et regrette la position du gouvernement ! (ceux qu'elle appelle "on ": MEDEF, Gouvernement Même Combat!)
Temps de travail: Parisot regrette qu'on ait tordu "le cou au dialogue social"
AP | 29.06.2008 | 21:13

La présidente du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) Laurence Parisot a déploré dimanche que le gouvernement ait tordu "le cou au dialogue social" dans le dossier du temps de travail.

Le conseil des ministres a donné le 18 juin son feu vert au projet de loi permettant de négocier, au sein des entreprises, la durée du travail en augmentant le nombre des heures supplémentaires, malgré l'opposition de la CGT et de la CFDT qui ont organisé la veille une journée de mobilisation sur ce thème.

Le texte du gouvernement, qui avait demandé aux partenaires sociaux de s'entendre sur la question, dépasse nettement le cadre de la "position commune" signée en avril par la CGT, la CFDT, le MEDEF et la CGPME sur la représentativité et les 35 heures.

"C'est très bien de vouloir tordre le cou aux 35 heures. Mais pourquoi tordre le cou aux 35 heures et tordre le cou en même temps au dialogue social? Ce que nous avions fait avec les organisations syndicales, les deux plus grandes, la CFDT et la CGT, c'était extraordinaire", a déclaré Mme Parisot lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

La CFDT et la CGT "avaient accepté de considérer qu'enfin la durée du travail n'était plus un tabou", de "négocier par entreprises". Elles étaient "en train de donner un signal extrêmement fort pour progressivement, par accords de branches, accords d'entreprises, se défaire des 35 heures", a noté la présidente du MEDEF.

Il aurait été "plus efficace de bien comprendre cette position" et de la "mettre en oeuvre". La "réforme est possible en France, même sur un sujet aussi symbolique que les 35 heures. Mais cette réforme sera d'autant plus acceptée, comprise, qu'elle sera mise en oeuvre à l'issue d'un accord amiable. Et là, on s'est retrouvé dans une situation de tension", c'est un "cafouillage dont on aurait pu se passer", a-t-elle déploré.

Pour autant, a-t-elle jugé, il serait "tout à fait exagéré de se dire que 'ça y est, tout est foutu dans la relation sociale". AP

Partager cet article
Repost0

commentaires