Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 17:05
La crise propulse le déficit commercial à un niveau record en septembre

PARIS (AFP) — Le déficit commercial s'est creusé en septembre à un niveau record, plombé par une chute des exportations dans une Europe en crise, qui va miner encore plus la croissance.

Ce déficit a atteint 6,250 milliards d'euros, un chiffre jamais vu sur un mois, contre 5,372 milliards en août.
Avec un trou de 40,9 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de 2008, soit une dégradation de 13 milliards par rapport à la même période de l'année précédente, la France s'achemine vers un nouveau record sur l'année.

"Le mois de septembre n'est pas bon", a reconnu la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac.

Elle ne manque pas d'humour !
elle n' a pas osé dire comme tzarko 1er, avec un haussement saccadé des épaules :
C'est la faute à la crise !
et bien non, ils n'ont aucune excuse !
En effet pendant le même temps en Allemagne l'excédent lui est de ... 16 MILLIARDS !!! encore en augmentation de cinq milliards par rapport au mois précédent ! 

"Ce qui est le plus frappant ces derniers mois, c'est la chute de la demande de nos principaux partenaires européens", a-t-elle expliqué à l'AFP.

En septembre, les exportations ont en effet diminué vers le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie, les quatre principaux clients de la France.

"Le Royaume-Uni et l'Allemagne sont confrontés à un fort ralentissement de la consommation des ménages; mécaniquement, les exportations françaises vers ces deux destinations se sont ralenties", relève Alberto Balboni, analyste au cabinet Xerfi.

Et pendant ce temps les français n'achèteraient rien ???                quoique avec le pouvoir d'achat étranglé par Tzarko 1er , on peut comprendre !

La France souffre parallèlement d'une baisse des commandes de biens d'équipement en provenance d'Allemagne et d'Italie, où la production industrielle souffre de la crise.

Selon une enquête de conjoncture publiée vendredi par l'Insee, les industriels européens continuent d'anticiper un net ralentissement de leur production dans les prochains mois.

L'excédent commercial de l'Allemagne, principale économie de la zone euro, a certes continué d'augmenter pour atteindre 15 milliards d'euros en septembre, contre 10,6 milliards le mois précédent, selon des chiffres provisoires publiés vendredi. Mais "le rythme de progression de ses exportations diminue", note Alberto Balboni.

En France, les exportations automobile ont notamment cédé du terrain. "Les biens intermédiaires, signal avancé de la conjoncture, sont aussi en repli", relève Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès. Dans le même temps, les importations ont légèrement augmenté.

Malgré la nette baisse des prix du pétrole, la facture énergétique a continué de plomber la balance commerciale, ce repli ne s'étant pas encore répercuté dans les prix du gaz naturel. Dans les mois qui viennent, le poids de cette facture devrait toutefois s'alléger.

Ah ! Vous y croyez vous à une baisse du prix du Gaz ???

De même, le reflux du cours de l'euro par rapport au dollar aura un "impact positif", notamment pour les constructeurs aéronautiques dont les coûts sont facturés en dollar, a souligné Mme Idrac.

Mais "les deux tiers des exportations françaises se faisant en Europe, l'effet sera moins important qu'il n'y paraît", a-t-elle relativisé.

Pour 2009, le gouvernement tablait jusqu'ici sur une légère réduction du déficit, à 49 milliards d'euros, après un record de 49,8 milliards prévu cette année.

"Nous allons bien sûr constater...

DE TOUTE FAçON ILS NE SAVENT FAIRE QUE CELA !!! CONStATER ET ... NOUS FAIRE PAYER !!!

que ces prévisions, calées sur des perspectives de croissance qui ne sont plus de mise, ne seront pas celles-là", a reconnu Anne-Marie Idrac.

Les mauvais chiffres confirment en tout cas, pour plusieurs économistes, que la croissance devrait être en repli au troisième trimestre, plongeant la France en récession.

Pour tenir compte de l'impact de la crise, le gouvernement a d'ores et déjà révisé jeudi en nette baisse ses prévisions de croissance pour 2009 dans une fourchette comprise entre 0,2% et 0,5% contre 1% à 1,5% auparavant. Pour 2008, il table sur environ 1%.

Partager cet article
Repost0

commentaires