Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 00:41
La consommation des ménages recule de 0.4% en octobre
Guirec Gombert
21/11/2008 | Mise à jour : 10:40 |
Commentaires 25
.

Leurs dépenses sont nettement orientées à la baisse, plombées notamment par la chute des ventes de voitures.

Après un rebond au mois de septembre, les dépenses de consommation des ménages français ont reculé de 0.4% au mois d'octobre, selon les derniers chiffres de l'Insee. Presque tous les secteurs d'activité sont touchés par ce repli. Les ventes d'automobiles baissent de 0.9%, contre une hausse de 0.6% en septembre. Dans le commerce, les dépenses reculent de 0.3% (+0.7% en septembre). Les dépenses de consommation en biens durables sont, elles, aussi orientées à la baisse : - 0.4% après une progression de 0.3% un mois plus tôt. Dans le domaine du textile-cuir, les dépenses des ménages se sont repliées de 0.6%. Seul le secteur des biens d'équipement du logement est positif : +0.2%, comme au mois de septembre.

Des chiffres cohérents au vu du moral des ménages français. L'indice de confiance a en effet chuté de 33 points depuis le début de l'année pour atteindre -48 au mois de juillet. «Les Français sont inquiets. Ils sentent bien le ralentissement de l'économie et craignent la remontée du chômage», explique Frédérique Cerisier, économiste chez BNP Paribas.

 

Perspectives médiocres

Sur un an, les dépenses de consommation restent néanmoins positives, à +0.7%. Même si le pays n'est pas encore nettement entré en récession le PIB a progressé de 0.14% au troisième trimestre les perspectives à venir ne sont pas bonnes. «Au quatrième trimestre 2009, on va très certainement assister à une nouvelle contraction de l'activité», poursuit Frédérique Cerisier.

Un pessimisme partagé par Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès. «Le pays est entré dans un contexte de récession avec une reprise du chômage et une baisse de l'activité. Cela maintient le moral des ménages au plus bas et sera défavorable sur la progression des salaires. Deux facteurs pèsent particulièrement : la baisse du marché immobilier qui plombe les ventes de biens d'équipement et la baisse des crédits à la consommation. Depuis le début de l'année, ils sont en recul de 0.8%, ce qui pèse aussi sur la consommation.» Récemment, le rapporteur du Budget, Philippe Marini a proposé une loi pour encadrer les crédits à la consommation et limiter les cas de surendettement. «Dans ce contexte de baisse d'activité, je ne suis pas certain qu'une telle loi soit opportune», poursuit Nicolas Bouzou.

LIRE AUSSI

Partager cet article
Repost0

commentaires