Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 09:28

 

France Télévisions en grève. Le gouvernement se veut rassurant : l’Etat mettra la main à la poche. 450 millions d’euros !

Tiens donc, je pensais qu’il n’y avait plus d’argent dans les caisses.

 

Source :

http://www.liberation.fr/medias/0101268549-la-loi-sur-l-audiovisuel-public-a-l-assemblee-les-personnels-dans-la-rue

 

Les syndicats de France Télévisions s'inquiètent du financement du groupe après la décision de Nicolas Sarkozy en janvier dernier de supprimer la publicité.

Les députés entament mardi en fin d'après midi l'examen du projet de loi réformant l'audiovisuel public, tandis que l'intersyndicale du secteur prévoit une "forte mobilisation" des salariés appelés à faire une grève de 24 heures et à manifester à Paris.

Le projet de loi n'a cessé de susciter des controverses depuis l'annonce de la décision du président Nicolas Sarkozy de supprimer la publicité à France Télévisions en janvier dernier.

Ces dernières semaines, il a fait l'objet de retouches diverses devant la commission parlementaire spéciale chargée de l'examiner, ce qui laisse augurer une sérieuse bataille d'amendements animée par la gauche et le Modem devant l'Assemblée.

Les syndicats de France Télévisions, mais aussi les professionnels, producteurs, scénaristes, auteurs, s'inquiètent aujourd'hui du financement du groupe public. Même si le gouvernement garantit les 450 millions d'euros annuels de manque à gagner résultant de la suppression de la publicité en soirée dès le 5 janvier 2009.

Ils redoutent également un plan de départs "volontaires" de 900 collaborateurs évoqué par le patron de France Télévisions Patrick de Carolis, et qui ne seraient pas remplacés. "Les gens qui partent à la retraite, il y en a beaucoup qu'il ne faudra pas remplacer", a d'ailleurs répété lundi Frédéric Lefebvre, l'un des porte-parole de l'UMP.

Les syndicats ont appelé à un rassemblement au pied de la tour Eiffel à partir de midi avant de gagner l'Assemblée nationale. "Nous sommes en colère parce que les dégâts vont être immenses" pour l'emploi et la qualité des programmes, estime Carole Petit, déléguée SNJ de France Télévisions.

"La mobilisation s'annonce très forte, notamment dans les bureaux régionaux de France 3", a renchéri Jean-François Téaldi, au nom du SNJ-CGT, insistant sur les "incertitudes" qui pèsent sur le financement du groupe.

Dans l'hémicycle, la gauche et le Modem devraient animer la bataille des amendements alors que le texte fait grincer des dents jusque dans les rangs de la majorité, tant à l'UMP qu'au Nouveau centre.

Le projet de loi étant examiné en urgence, le vote interviendra le 9 décembre à l'Assemblée nationale, avant le passage devant les sénateurs dès le lendemain.

Partager cet article
Repost0

commentaires