Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 23:59

Des centaines de millions de dégat ! une tempête du même genre était annoncée chez nous ...

On y a heureusement échappé...

Mais on n'aura pas toujours cette chance !

et alors là? vous verrez l'Etat trouvera des moyens financiers pour "réparer !

Conséquences "dramatiques" de la tempête pour les forêts

7) z z

Le sud-ouest de la France craint d'importantes conséquences économiques et une lourde facture après la tempête du samedi 24 janvier qui a soufflé plus fort que celle de 1999 selon Météo France. La forêt paie un lourd tribut à cette tempête. A tel point que la nouvelle secrétaire d'Etat à l'écologie, Chantal Jouanno, a confié dimanche ses plus vives inquiétudes en évoquant des "conséquences dramatiques", notamment sur le massif landais. Selon le syndicat des sylviculteurs du sud-ouest, la tempête a ravagé 60 % de la forêt dans le sud de la Gironde et les Landes.

Plantée pour l'essentiel de pins des Landes, la forêt du sud-ouest, une des premières de France, se remettait à peine des dégâts de décembre 1999. Dans l'esprit de tous, la tempête de décembre 1999 reste un traumatisme et la référence majeure en termes de catastrophe naturelle pour les forêts : outre les 92 morts qu'elles avaient causés, 270 millions d'arbres au total avaient été jetés à bas et trois ans de récolte anéantis. Le massif forestier du sud-ouest est en effet exploité par de nombreux petits propriétaires qu'un tel événement frappe de plein fouet. Sur les 1,1 million d'hectares du massif, on compte environ 30 000 propriétaires exploitant plus de quatre hectares, et plus de 100 000 au total.

"CE SERA PIRE QU'EN 1999"

"Tous les témoignages semblent indiquer que ce sera pire qu'en 1999. Nous sommes dans une situation dramatique", confirme Christian Pinaudeau, secrétaire général du syndicat des sylviculteurs du sud-ouest. Il estime qu'il faudra 20 à 25 ans pour réparer les dommages de la nouvelle tempête et réclame des aides publiques pour éviter de lourdes conséquences économiques. "Il va falloir des mesures de financement très fortes et éviter, comme cela a été le cas depuis dix ans, que les aides arrivent au compte-gouttes, d'autant que juridiquement, en France, il n'existe pas de concept de catastrophe naturelle en forêt et donc pas d'assurances", juge-t-il avant de souligner l'impact sur l'écosystème des Landes : "Je rappelle que cette forêt à un rôle de pompe à eau dans une zone de sols humides, et est également très utile pour la fixation des sols."

Pour répondre aux inquiétudes de la profession, le ministre de l'agriculture, Michel Barnier, a annoncé qu'il allait proposer la mise en œuvre d'un "plan global (...) permettant d'assurer la récupération des bois abattus, le stockage et la valorisation de ces bois (et) d'organiser la reconstitution du patrimoine forestier". La date de la mise en place n'a cependant pas été précisée. M. Barnier, qui accompagnait le président de la République en Gironde dimanche, a demandé aux responsables départementaux de l'agriculture, de la forêt et des affaires maritimes de "faire une estimation précise des dégâts constatés sur la forêt, les exploitations agricoles, les pêcheries et l'ostréiculture".


Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans changements climatiques
commenter cet article

commentaires