Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 15:53

Les principaux plans de réductions d'effectifs en France depuis septembre

De la sidérurgie à l'automobile, en passant par la banque et l'informatique, inventaire des plans sociaux secteur par secteur.

Sidérurgie

ArcelorMittal: 1.400 emplois.
Le 1er décembre, le groupe sidérurgique dit viser 1.400 départs en France en 2009.

Banque

Natixis: 450 emplois.
La banque a annoncé le 9 décembre la suppression de 450 postes en plus des 850 déjà annoncés en mai 2008.

Calyon (filiale du Crédit Agricole): 250 emplois.
La banque a annoncé le 10 septembre la suppression de 250 emplois.

Pharmacie

Sanofi-Aventis: 927 emplois.
Le groupe pharmaceutique a annoncé le 2 octobre la suppression de 927 postes en France, principalement des visiteurs médicaux.

Schering-Plough SA: 330 emplois.
Le groupe pharmaceutique a annoncé le 12 septembre la suppression de 330 postes.

MBO et Innovex: 755 emplois.
Le 4 décembre, liquidation judiciaire des sociétés MBO et Innovex (groupe MBO) spécialisées dans la visite médicale.

Automobile

Renault: 4.900 emplois.
Le constructeur a indiqué le 9 septembre prévoir d'ici avril un plan de 4.000 «départs volontaires». Le 25 septembre, il a ajouté la suppression de 2.000 emplois dans ses filiales européennes, dont 900 en France.

PSA Peugeot Citroën: 3.550 emplois.
Le groupe automobile a annoncé le 20 novembre un plan de "départs volontaires" concernant 3.550 salariés en France.

Valeo: 1.600 emplois.
L'équipementier automobile a annoncé le 17 décembre la suppression de 1.600 emplois en France (5.000 dans le monde).

SevelNord: 350 emplois.
La filiale de PSA-Peugeot-Citroën et Fiat a annoncé le 26 janvier la suppression de 350 emplois par départs volontaires à Hordain (Nord).

Plastic Omnium: 219 emplois.
L'équipementier automobile a annoncé le 10 décembre la fermeture de l'usine de Saint-Romain de Colbosc, près du Havre, qui emploie 219 salariés.

Tyco Electronics: 620 emplois.
Le groupe (composants électroniques automobile) a annoncé le 4 septembre que d'ici 15 mois, il allait supprimer 620 emplois. Fermeture des usines de Chapareillan (Isère) et de Val-de-Reuil (Eure).

Key Plastics France: 300 emplois.
L'équipementier automobile s'est déclaré le 13 septembre en cessation de paiement et va supprimer quelque 300 emplois à Bellême (Orne), Voujeaucourt (Doubs) et Rochefort (Charente-Maritime).

Molex: 300 emplois.
Le groupe américain a annoncé le 23 octobre son intention de fermer son site de production de connecteurs électriques pour automobiles employant quelque 300 salariés à Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne).

Fulmen (Exide Technologies SAS): 314 emplois.
Le fabricant de batteries d'automobiles a annoncé le 26 janvier la fermeture de l'usine d'Auxerre et le licenciement de ses 314 salariés.

Vente par correspondance

Camif: 946 emplois.
Le numéro trois français de la vente à distance a annoncé le 7 novembre la suppression de 946 postes.

La Redoute: 672 emplois.
La Redoute (PPR) a annoncé le 21 octobre la suppression de 672 emplois d'ici 4 ans.

Intérim

Adecco: 600 emplois.
Le groupe de travail temporaire a annoncé le 16 octobre la suppression de 600 emplois en France d'ici juin.

Informatique

Hewlett-Packard: 580 emplois.
Le groupe informatique a indiqué le 9 octobre qu'il supprimerait 580 postes en France (9.330 en Europe).

NXP France: 450 emplois.
Le fabricant de puces électroniques NXP France (ex-Philips) a annoncé le 29 septembre la suppression de 450 postes sur 1.100.

Et aussi...

A ces réductions s'ajoutent celles chez Peugeot Motocycles (250), Amora (296, 3 sites), Jean Caby (groupe Aoste, 350), Sony à Pontonx-sur-l'Adour (Landes) (312), le fournisseur d'accès Alice (320). De fortes inquiétudes pèsent aussi chez Texas-Instrument à Nice (305), la banque Dexia, STMicroelectronics ou Schneider Electric.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article

commentaires