Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 10:47

Selon Jacques Dejean psychosociologue.

 

Source :
http://www.liberation.fr/societe/0101319948-la-vocation-d-hortefeux

 

 

A la veille du sommet social du 18 février, on est en droit de se demander si M. Hortefeux avait vraiment vocation à diriger le ministère des Affaires sociales. C’est sans doute ce qu’a estimé le président de la République, lui qui semble particulièrement fasciné par ce terme de vocation : lors de son discours de Latran, n’a-t-il pas déclaré aux religieux qui lui faisaient face : «Nous avons au moins une chose en commun : la vocation»?

 

En ministre fidèle, son ministre de l’Immigration écrivait il y a deux mois aux évêques et leur parlait aussi de vocation. Mais c’était de celle des sans-papiers ; il la définissait ainsi : « L e principe qui guide ma politique en la matière : tout étranger en situation irrégulière a vocation à être reconduit dans son pays d’origine.» Qu’une personne parle elle-même de sa vocation, de l’appel qu’elle estime avoir reçu (de Dieu ?), on le comprend. Mais comment un homme politique peut-il se faire l’interprète de la vocation de milliers de personnes qu’il ne connaît pas et qui lui sont étrangères ? C’est pourtant ce que faisait déjà en 2006 l’actuel président quand il parlait de la «vocation à être expulsés» des «étrangers qui travaillent illégalement». En plus de se croire appelé par Dieu comme les religieux, le chanoine de Latran serait-il persuadé qu’il est l’interprète de la volonté divine ? Et comment un ministre peut-il écrire aux évêques pour décréter que des gens, ayant quitté leur pays à cause de la pauvreté, de la guerre, des persécutions ou d’un manque de démocratie, sont appelés à ne pas vivre dans les pays riches, mais qu’ils sont appelés - c’est leur «vocation» - à «être reconduits» vers la pauvreté, la guerre, les persécutions ou le manque de démocratie ? Quand on sait que dans la même lettre, le- dit ministre assurait les évêques de sa propre «attention à la personne humaine», n’est-ce pas le comble du cynisme ? On sait de quelle façon cet homme a répondu à l’appel de son président comme ministre de l’Immigration.

 

Reste à savoir de quelle façon il va maintenant réaliser sa «vocation» de ministre des Affaires sociales.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans les copains coquins
commenter cet article

commentaires