Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 10:02

après la flambée enregistrée l’an dernier, les prix ont-ils retrouvé des niveaux plus sages ? Pas vraiment, affirme 60 millions de consommateurs dans son numéro de mars 2009. Sur 1 430 produits de grande consommation étudiés, près de la moitié ont encore augmenté entre août 2008 et janvier 2009.

Souvenez-vous, c’était il y a tout juste un an : dans son numéro de mars 2008, «60» s’alarmait des hausses de prix enregistrées au rayon alimentaire des grandes surfaces, déclenchant une petite tempête au pays des 350 fromages et des 1 300 hypermarchés.

Réunion de crise à Matignon, intervention du Président de la République, visites ministérielles dans les rayons des supermarchés… Rien ne nous avait alors été épargné pour montrer que les plus hautes autorités de l’État prenaient l’affaire très au sérieux.

Marche arrière sur les marges arrière

Et puis la tempête s’est - provisoirement - apaisée. La loi de modernisation de l’économie (LME) a été adoptée l’été dernier, mettant fin au système des “marges arrière”, réputé générateur d’inflation. La main sur le cœur, les distributeurs s’affirmaient prêts à engager la baisse des prix.

Pour voir ce qu’il en était réellement, nous avons comparé les prix de 1430 produits en août 2008 et janvier 2009. Les relevés ont été effectués par la société Net Veille sur cinq sites de vente en ligne. Résultat : au cours de cette période, on enregistre à peu près autant de hausses que de baisses.

Danette qui rit, Danette qui pleure

Gardons-nous de certaines interprétations hâtives : quand une moitié des produits est à la baisse et l’autre moitié à la hausse, c’est d’abord le signe que nous sommes bien dans une économie de marché. Au rayon frais, la Danette à la pistache a augmenté de 10 %. Voilà qui est bien triste pour les amateurs de pistache, mais dans le même temps, la Danette au chocolat et sa petite sœur à la vanille ont perdu chacune 6,5 %. Difficile, donc, de se lever tous contre Danette.

Tout ne va pourtant pas pour le mieux dans le meilleur des mondes marchands. Il y a un an, quand le prix des pâtes augmentait, c’était en partie (en partie seulement, pensions-nous), à cause de l’évolution des prix des céréales. Mais depuis, les cours des céréales ont perdu 50 %. Alors, qu’est-ce qui explique que certaines références de pâtes ou de semoule enregistrent encore 10 % de hausse au cours des cinq derniers mois ? Aujourd’hui, à quelques exceptions près, l’argument de la flambée des matières premières ne tient plus.

Seuls 5 % des internautes ont vu passer la baisse

Quant à l’effet bénéfique de la loi de modernisation de l’économie, le moins que l’on puisse dire est qu’il y a des déperditions. Les nouvelles règles du jeu ont peut-être permis de limiter la casse, mais la baisse globale annoncée n’est pas là, loin s’en faut.

D’ailleurs, les internautes fidèles à ce site ne croient pas plus que nous à la baisse des prix. Plus de 1 100 personnes ont répondu à notre mini-sondage entre le 27 janvier et le 12 février 2009 : 48 % avaient le sentiment que les prix augmentent encore, 47 % qu’ils sont toujours aussi élevés… et 5 % qu’ils ont commencé à baisser. Autant dire qu’il faudrait une évolution autrement plus spectaculaire pour convaincre les consommateurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires