Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 22:11

Les climatologues qui se retrouvent cette semaine à Copenhague pour faire le point sur les dernières données scientifiques disponibles sur le changement climatique s'attendent à de mauvaises nouvelles, a annoncé lundi l'un des organisateurs de la conférence.


La réunion de trois jours, qui commence mardi, vise à mettre à jour les données scientifiques du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié en 2007. Ce document sera présenté aux décideurs politiques qui participeront à un sommet crucial à Copenhague en décembre prochain visant à conclure un nouveau traité post-Kyoto sur les gaz à effet serre.


L'objectif de la conférence de cette semaine est de "donner la meilleure information possible aux responsables politiques", explique Katherine Richardson, une scientifique membre de l'université de Copenhague, qui organise la réunion.


Le rapport 2007 du GIEC a compilé les travaux de plus de 2.000 scientifiques, recensant les effets probables du réchauffement. De nouvelles données sont depuis apparues sur la fonte des glaces de l'Arctique et de l'Antarctique, qui menace de faire monter de manière importante le niveau des océans et d'inonder les villes côtières et des îles situées juste au-dessus du niveau de la mer.


Le rapport 2007 prédisait une hausse du niveau de la mer entre 18 et 58 centimètres d'ici la fin du siècle, un phénomène qui pourrait contraindre des millions de personnes à quitter leur foyer. Des données récentes montrent que l'élévation pourrait en fait être de 10 à 20 centimètres plus importante si la fonte des glaces polaires se poursuit au rythme actuel.


La hausse du niveau de la mer est l'un des principaux thèmes au menu de la conférence de cette semaine, mais beaucoup d'autres éléments du rapport du GIEC doivent également être mis à jour. Les dernières nouvelles sur le changement climatique ne sont pas bonnes, note Mme Richardson.


Quelque 1.600 contributions écrites provenant de près de 80 pays ont été présentées pour la conférence à laquelle assistera le président du GIEC, Rajendra Pachauri, ainsi que Nicholas Stern, auteur d'un rapport pour le gouvernement britannique sur le coût du changement climatique. Les conclusions seront publiées aux alentours du 1er juin.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans développement durable
commenter cet article

commentaires

YES WE CAN, ALL TOGETHER 11/03/2009 11:02

Pour les prévisions...contacter Madame Irma Lagarde...Pour elle, l'élévation sera négative!!! Comme la croissance...Il vaut mieux en rire (d'Irma), non?Marc P.

jean schepman 12/03/2009 02:14


tout à fait Marc !!!


YES WE CAN, ALL TOGETHER 10/03/2009 15:02






 EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE POUR L’EUROPE


Les chauffe-eau, réfrigérateurs, téléviseurs et autres appareils domestiques produisent 50 % de toutes les émissions de gaz carbonique de l’Europe ! Juste en fixant des normes d’efficacité énergétique élevées, l’Europe pourrait atteindre la moitié des cibles de réduction des émissions qu’elle s’est fixées d’ici 2020 tout en combattant les changements climatiques. De plus, ceci nous ferait tous économiser de l’argent sur notre facture d’électricité ! À l’abri des regards du public, les décideurs de l’UE vont bientôt s’entendre sur de nouvelles normes. Mais certains intérêts industriels exercent de fortes pressions pour que ces normes soient moins strictes que prévu. Un signal fort du public pourrait faire reculer les lobbys de l’industrie, mais le temps avance. Signez la pétition ci-dessous, elle sera remise cette semaine aux décideurs de l’UE à Bruxelles :
Signez la pétition ci-dessous !
http://www.avaaz.org/fr/refrigerator_revolution_video/?cl=193156343&v=2954
 
Cette semaine, les décideurs européens vont s’entendre sur des normes d’efficacité énergétique pour les réfrigérateurs, les téléviseurs et autres appareils domestiques. Des normes strictes pourraient réduire drastiquement la pollution atmosphérique de l’Europe, mais des lobbys industriels exercent des pressions pour rendre ces normes moins strictes.









Marc P.