Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:57

La droite se divise sur le bouclier fiscal

 

Pierre Méhaignerie va déposer un amendement pour taxer davantage «les revenus supérieurs à 300.000 euros». «Le bouclier fiscal est un principe sur lequel nous n’entendons pas transiger», répond Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP.

 

Le bouclier fiscal sera-t-il les 35 heures de Sarkozy ? Soit une réforme combattue depuis le début par l’opposition que même des membres de la majorité viennent à remettre en cause. Car à droite, le bouclier fiscal qui plafonne l'impôt à 50% des revenus est aujourd’hui loin de faire l’unanimité.

Qu’importe. L’UMP – autant dire Sarkozy – ne veut rien savoir. Frédéric Lefebvre, porte-voix du Président et porte-parole du parti majoritaire, est très clair : «Le bouclier fiscal est un principe sur lequel nous n’entendons pas transiger», a-t-il dit ce matin, la proposition de Pierre Méhaignerie revenant à un «aménagement du bouclier fiscal», selon lui.

«Il n’est pas question pour nous de nous lancer dans des mesures qui seraient anti-économiques, qui iraient à contresens de ce dont notre pays a besoin aujourd’hui», justifie Frédéric Lefebvre. Ne voulant pas désigner des «boucs émissaires de la crise», il souligne que le bouclier fiscal a permis «environ 15% de baisse des expatriations» de contribuables redevables de l’ISF et «9%» de retour.

1 ou 2% des Français concernés

Cette mise au point de Frédéric Lefebvre fait suite aux propos de Pierre Méhaignerie de ce matin. Le président UMP de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée a de nouveau réclamé, dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France, une participation financière «des très hauts revenus à l'effort national», pour faire face à la récession. «En période de crise hors du commun, la solidarité des hauts revenus doit jouer. On peut imaginer une contribution exceptionnelle portant sur les revenus supérieurs à 300.000 euros par an», explique-t-il, soit 1 ou 2% des Français. Une idée inspirée de la décision de Barack Obama de taxer exceptionnellement les revenus supérieurs à 500.000 dollars par an. Pierre Méhaignerie défendra un amendement mercredi en ce sens, lors de l’examen du collectif budgétaire.

Le député évoque «une durée déterminée de deux ans» pour cette contribution qui «viserait à financer le fond d'investissement social proposé par la CFDT» et «destiné à faciliter l'insertion économique des jeunes». Il indique toutefois qu'il n'est «pas favorable à une remise en cause globale de la loi Tepa» (paquet fiscal).

«Réflexions sont en cours au Sénat»

Pierre Méhaignerie bénéficie d’un soutien de poids, dans sa remise en cause du bouclier fiscal, en la personne de Gérard Larcher. Le président du Sénat a affirmé hier, lors de l'émission «Dimanche soir politique» sur France-Inter et I-Télé, que «tout doit être ouvert» sur ce débat. «Est-ce qu'on peut demander simplement à certains de faire l'effort et pas à d'autres?», s'est-il interrogé. Il assure que «des réflexions sont en cours au Sénat sur ce sujet».

«La situation n'est pas tout à fait la même qu'en juin 2007», lorsque que le bouclier fiscal a été voté, souligne Gérard Larcher. Il sous-entend donc que «pour préparer la sortie de crise», une modification du bouclier n’est pas à exclure. «Donnons-nous le temps d'examiner les conditions d'une sortie de la crise avant de nous envoyer au visage qui est pour et qui est contre», ajoute-t-il.

Une autre personnalité d’envergure à droite, Dominique de Villepin, s’était quant à lui carrément demandé, le 22 février dernier, «qu'on réexamine très sévèrement et de façon très exigeante le paquet fiscal», ainsi que les allégements de charges liées aux 35 heures. «Est-ce que (ces mesures) nous aident dans la crise?», s'était-il interrogé.

Partager cet article
Repost0

commentaires