Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 15:06

Le 18 mai, les forces de police interpellent deux présumés voleurs de vélo. Le moyen de locomotion, supposé appartenir à une tierce personne, est également emmené au poste.

Une intervention somme toute banale, si ce n’est que :

  • les deux interpellés sont âgés de 6 et 10 ans ;

  • le vélo est bien celui de l’enfant qui l’utilise.

Une interpellation choquante, qui intervient en plein débat sur les violences dans les écoles, et qui prouve une fois de plus la démesure. Parallèlement, Xavier DARCOS annonce, le 21 mai, sa volonté de mettre en place dans les écoles des forces d’intervention, en les dotant de moyens d’agir contre la violence et la délinquance, en particulier par la possibilité d’effectuer des fouilles.

Ce même jour, le Président de la République prépare une « surprise » à cinq lectrices de presse féminine venues rencontrer son épouse. Invitées dans les salons de Carla Bruni-Sarkozy, elles voient apparaître un chef d’état décontracté, familier, et assistent à une scène familiale. Les propos de l’épouse parfaite, la présentation d’une harmonie conjugale, les encouragements pour un rendez-vous officiel plutôt ouvert à la polémique qu’à un enthousiasme débordant (Premier ministre irakien) : tout concourt à mettre en scène une intimité présidentielle, sensée redorer l’image de Nicolas Sarkozy, et qui devient image officielle.

Pendant ce temps, la crise économique et sociale continue de gronder, les universités tentent de rattraper les longs mois de blocage, les usines ferment, les grands groupes annoncent leurs plans sociaux, les salariés sont remerciés, les intérimaires renvoyés, le pouvoir d’achat baisse. Mais le gouvernement est là pour cacher les vrais problèmes.




Partager cet article
Repost0

commentaires