Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:53

link

Réparée dans deux ans, l'écluse Tixier ne devrait plus faire le coup de la vanne

lundi 19.04.2010, 05:04  - La Voix du Nord

 

« C'est un grand jour ! Ça y est, c'est commencé ! » Jean Schepman, président de l'Institution interdépartementale des wateringues, ne cache pas sa joie de voir démarrer le chantier de réfection de l'écluse Tixier. Après de nombreux atermoiements, les portes à la mer feront peau neuve d'ici l'année prochaine.

 

PAR OLIVIER TARTART

 

 

Devant le défi que représente la montée des eaux, le renforcement des portes à la mer de l'écluse Tixier était LA priorité de l'Institution interdépartementale des wateringues (IIW). Le président, Jean Schepman, pousse un « ouf » de soulagement. « Enfin ! Le système est très tendu en cas de grosses intempéries, comme nous avons essuyé en novembre. » Car les cinq vannes de l'écluse Tixier, ces cinq portes à la mer, sont essentielles au bon fonctionnement du système des wateringues. Ouvertes, elles permettent aux eaux collectées en amont de s'évacuer, selon le principe de la gravité, vers la mer du Nord, sans besoin d'un pompage coûteux en électricité. Leur fermeture limite l'autre danger qui guette le littoral : les invasions marines, comme lors de la tempête de février 1953.

 

D'ici l'an prochain, les cinq portes de cet ouvrage si fragile devraient être refaites. Pas un luxe quand on sait que Tixier ne fonctionne qu'à 4/5 depuis quelques années, la vanne 1 étant grippée. « Ces remplacements vont nous permettre de récupérer notre capacité totale d'écoulement gravitaire , se réjouit Philippe Parent, directeur de l'IIW.

 

Même si en attendant, durant les trois mois de chantier que nécessitera le remplacement de chaque vanne, on restera à 4/5. » Cette année, seules les vannes 1 et 3 sont concernées. La plus importante, la n°1, n'a finalement été levée qu'hier puisque la mise hors d'eau avait révélé la présence de boues, de coquillages et autres détritus collés sur la porte. Ce qui a retardé de quelques jours le travail des grues, opéré sous le regard du maître d'oeuvre du chantier, le Grand Port Maritime, et des entreprises locales qui y interviennent (SDMI et EHDS).

 

Pour financer le million nécessaire, le préfet a exigé, l'an dernier, des sections de wateringues, une participation supplémentaire de 5 E à l'hectare. Une péripétie de plus quand on sait que l'État a longtemps nié sa paternité vis-à-vis de Tixier et qu'aujourd'hui, il a finalement transféré à l'IIW la maîtrise d'ouvrage à titre temporaire. « En clair, il nous le prête, on répare et on leur rend, sourit Jean Schepman.

 

L'essentiel est que les travaux soient réalisés car nous craignons une inondation par l'intérieur des terres. D'ailleurs, le sous-préfet a clairement spécifié que nous étions une zone à risque. Parce que nous avons des pompes pour évacuer à la mer, parce que des invasions marines sont possibles. Les événements de Vendée ont aidé à prendre conscience qu'il existe des problèmes aussi ici. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc Vermeulen 22/04/2010 13:08



Bravo pour ton entêtement Jean!


Amitiés,


Marc



jean schepman 28/05/2010 17:06



tétu  comme  un  âne  ...   lol