Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 14:57
Le Président du Conseil Général du Nord supplée une nouvelle fois au désengagement de l'Etat en ce qui concerne la politique qui touche les plus démunis de nos concitoyens.

Rappel des faits:

C'était le 20 octobre : le président Bernard Derosier avait annoncé ne pouvoir verser aux CAF que 32 millions d'euros sur les 37 nécessaires pour payer le RSA en novembre.

Avant même que le Revenu de solidarité active (RSA) ne remplace le RMI en juillet dernier, les comptes n'étaient pas bons pour le président PS du conseil général du Nord : l'État n'avait en effet versé que 178 millions d'euros pour le paiement du RSA, quand les services du Département avaient estimé les besoins à 234 millions d'euros. Une situation que Bernard Derosier a toujours dénoncée, réclamant jusqu'ici en vain plus de crédits à l'État.
Le 20 octobre, les modifications au budget 2009 entérinaient une baisse des dépenses d'investissement de 10,27 millions d'euros. Pour « compenser les pertes de recettes » expliquait alors Bernard Derosier, dénonçant le « désengagement » de l'État et les transferts de compétences insuffisamment compensés. Exemple le RSA, et le président avait alors annoncé ne pouvoir verser aux caisses d'allocations familiales que 32 millions d'euros sur les 37 nécessaires au paiement du RSA de novembre.

Sans les subsides du Département, les CAF avaient prévu de ne pas verser d'allocations RSA au 5 décembre. Bernard Derosier, qui dit avoir voulu éviter que les « allocataires soient pris en otage », est donc revenu sur sa décision. Et le Département devra trouver les millions manquants dans son budget pour payer les CAF, non sans envoyer un titre de recettes à l'État. « Qui devra compenser », répète Bernard Derosier. Un État qui vient d'annoncer que le conseil général du Nord pourrait compter sur plus de crédits RSA en 2010. C'est toujours ça de gagné.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans et si on en discutait
commenter cet article

commentaires