Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 14:30

INTERVENTIONS DE MONSIEUR SCHEPMAN

Merci, Monsieur le Président.

Monsieur le Président, mes chers collègues, quelques minutes pour vous parler de la politique de l'eau.

Il y a quelques années quand Bernard DEROSIER a décidé de créer une vice-présidence chargée de la politique de l'eau, c’était assez novateur, et vous allez voir qu’aujourd’hui il est absolument nécessaire et indispensable de se doter d'une grande politique de l'eau dans tous ses aspects.

Depuis déjà sept ans, le Conseil Général s'est doté d'une véritable politique de l’eau, une politique départementale globale et durable.

Il est important de rappeler les principales orientations et priorités de cette politique.

D'abord, une incitation à une approche territoriale globale par territoire, par bassin, de la gestion de l’eau en territoire rural. Il n’est plus possible de travailler chacun dans son coin, il est indispensable de réfléchir sur des territoires de bassins cohérents et organisés.

Ensuite, l'intervention départementale dans le domaine de l’eau ne peut être contrainte à notre collectivité. Il est nécessaire de développer et de construire un véritable partenariat et tout particulièrement avec l'Agence de l'eau et ce au bénéfice des territoires, en favorisant par exemple de véritables contrats de ressources.

Il faut également communiquer largement sur cette politique et sur les problématiques liées à l’eau. Le Département du Nord n'hésite pas à mettre en avant à la fois son exemplarité mais il insiste également sur sa volonté de sensibiliser les Nordistes aux enjeux de la bonne gestion de la ressource en eau.

Nous nous appuyons sur des outils reconnus et appréciés par les élus et partenaires institutionnels. Le Département n'est pas seulement un soutien technique et financier pour l'assistance aux collectivités pour l'entretien et la gestion des cours d’eau non domaniaux, l’entretien hydraulique, pour l’accompagnement des projets globaux (plans de gestion, schémas d’aménagement et de gestion des eaux, lutte contre les inondations), mais il est également lui-même maître d’ouvrage notamment pour le programme départemental de désenvasement et d’entretien des cours d’eau non domaniaux.

Voici une illustration de la participation financière et technique de notre collectivité. Il s’agit ici du ruisseau du Chevireuil, affluent de l’Helpe Mineure dans l’Avesnois, cours d’eau de première catégorie piscicole.

Montrer également qu’il faut préserver la nature comme elle est, la laisser vivre à son rythme. Il est très important de garder le méandrage des rivières quand cela est possible. Ici, on voit la rivière La Selle à Haspres dans le Cambrésis.

En ce qui concerne la part majeure de notre budget, à savoir l'assainissement, il faut rappeler l'aide financière aux maîtres d'ouvrage de l’assainissement rural, mais aussi aux particuliers pour le raccordement des immeubles au réseau collectif d’assainissement en milieu rural.

Cette aide est apportée depuis 2009 en partenariat avec l’Agence de l’Eau Artois Picardie pour une plus grande efficacité de l'aide publique.

 

L'assainissement collectif est un domaine que le Département a déjà beaucoup soutenu et continuera à soutenir.

Ne l'oublions pas, le Conseil Général du Nord est à l’origine de la création du SIAN et du SIDEN, aujourd'hui Noréade, et il a déjà grandement contribué à la solidarité financière avec les Nordistes et le secteur rural en particulier sur ce domaine.

Pour revenir à la caractéristique principale de ma délégation, c’est-à-dire le partenariat, notre soutien aux trois institutions interdépartementales en est le parfait exemple.

D’abord, l'implication technique et financière avec le Département du Pas-de-Calais en faveur de l’Institution Interdépartementale des Wateringues qui veille à la protection des wateringues contre les inondations ;

Ensuite, la participation au Syndicat mixte pour l’adduction des eaux de la Lys qui joue un rôle essentiel pour l'eau potable dans la métropole lilloise ;

L'implication technique et financière avec le Département du Pas-de-Calais en faveur de l’Institution interdépartementale pour l’aménagement de la Vallée de la Sensée, chère à mon ami Charles BEAUCHAMP.

Voici la copie de la présentation du site Internet de l’Institution interdépartementale des wateringues. J'ai la chance de bénéficier d'une équipe fantastique de jeunes personnes dévouées qui ont créé ce site qui est extrêmement visité et qui a été, vous l’imaginez bien, complètement débordé d’appels et de contacts la semaine dernière suite aux événements de Vendée.

 

Je vous rappelle que les ouvrages que vous voyez sur ces photos permettent de protéger 100 000 hectares et environ 500 000 personnes, dont 100 000 personnes sont face à un danger direct.

Nous devons rester humbles et continuer à travailler pour protéger ces territoires.

Concertation et réflexion sur un territoire à l’échelle cohérente. Il s'agit des SAGE, comme celui de la Sensée, qui sont de véritables outils d'aménagement du territoire au-delà des clivages politiques.

La politique départementale de l'eau balaie un champ d’action vaste et étendu, mais il faut souligner que d'autres politiques départementales concourent également directement à la mise en œuvre de ces orientations.

Je peux citer entre autres :

La protection de la ressource en eau et la lutte contre l'érosion des sols par le boisement et la plantation et l’entretien des haies, politique menée par ma collègue et amie Delphine BATAILLE.

La lutte contre l’érosion des sols et les inondations par l’aménagement foncier, délégation de mon ami Patrick KANNER.

La préservation des zones humides et l’aménagement de zones d'expansion de crues naturelles acquises par le Département au titre des espaces naturels sensibles, la délégation de Delphine BATAILLE également.

Je vais plus particulièrement aborder la difficile question de l’érosion des sols, qui nous a valu des drames l’année dernière, et du ruissellement, un risque majeur qu’il nous faut prendre en compte et sur lequel nous devons travailler encore davantage.

 

Il faut cependant prendre en compte un contexte très évolutif et mesurer dès à présent les conséquences de son évolution.

Le changement climatique qui est une réalité vécue par les Nordistes de plus en plus soumis aux risques naturels. Il faut prévenir ces risques, sans toutefois pouvoir garantir le risque zéro, sinon nous subirons des drames humains et de lourdes charges financières.

Il faut un cadre réglementaire en constante évolution. Face à l’évolution de ses missions, le Département doit s’adapter et exprimer sa solidarité vis-à-vis des collectivités souvent dépassées par ces différents changements. Avec les lois sur l'eau, c’est aussi très complexe.

Il y a également une demande croissante de la société pour une gestion durable de la ressource. L’eau est un patrimoine à préserver pour les générations futures.

En 2010, il faut souligner quelques nouvelles actions.

D’abord, nous allons travailler avec l'Agence de l'Eau afin de réviser la convention générale.

Nous allons travailler sur la charte départementale de lutte contre l’érosion des sols et le ruissellement, qui a été annoncée l'autre jour à Paris au Salon de l'agriculture. Je pense que les élus de la Chambre d'agriculture ont bien compris l'intérêt qu'ils ont à travailler avec nous dans ce domaine, et je pense qu’on va continuer à avancer là-dessus.

J'insiste, et mon collègue Georges FLAMENGT, Président du Syndicat d’aménagement de la Selle est également à mes côtés, sur la nécessaire inscription de la gestion hydraulique durable dans la démarche de territorialisation menée par notre collectivité.

 

Les incidences budgétaires.

Il faut aborder les grandes lignes du prochain budget, dans le cadre de mes fonctions en tant que Vice-Président, je rappelle que nous devons gérer le désengagement manifeste de l’Etat, et que nous avons dû faire des choix. Cependant, les choix ne remettent pas en cause la volonté et l’importance de l’implication du Département.

En investissement, des choix responsables ont été faits qui maintiennent une forte implication du Département tant dans la gestion hydraulique durable que dans l’assainissement.

Et en fonctionnement, nous respectons nos engagements auprès des institutions interdépartementales. Je vous signale que pour l’Institution interdépartementale des Wateringues, nous avons dépensé 350 000 euros en un seul mois, ce qui est plus qu’une année normale, pour le mois de novembre avec le cumul des précipitations.

Pour conclure la politique départementale de l'eau est innovante, efficace, déterminante pour les territoires nordistes.

Je remercie les collègues qui, dans leur délégation, œuvrent également à la protection, à la préservation de la ressource, mais aussi à la maîtrise hydraulique sur les territoires.

Jocya VANCOILLIE vient de parler de la voirie départementale, nous devons protéger notre ressource en eau et travailler sur le dessalement et la façon de traiter le déneigement.

Les espaces naturels sensibles où nous travaillons avec Delphine BATAILLE sur les zones humides et les zones tampons à créer.

Ensuite, le tourisme et les loisirs. N’oublions pas notre patrimoine remarquable qu'il nous faut aussi protéger.

Les bâtiments départementaux, avec la ressource en eau et la récupération de l'eau de pluie dans ces bâtiments.

L'agriculture, on en a parlé.

Je termine par le boisement, dont j’ai aussi parlé.

Je vous remercie de votre attention et je remercie les services et leur collaboration à cette politique. Merci à tous.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans Vice Président
commenter cet article

commentaires