Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:33

Voici l'excellent article de mon  collègue et ami Roger Vicot, Conseiller Général du Nord que je vous propose en lecture:

 

"Je reprends la « plume » après une longue, et exceptionnelle, interruption de trois semaines. Celles-ci ont été presque entièrement occupées par l’affaire Bettencourt, ou les affaires Woerth/Bettencourt. J’avoue que j’ai parfois eu du mal à suivre les rebondissements quasi multi-quotidiens de ce feuilleton. D’enregistrements pirates en gardes à vue, de perquisitions en contrats de travail, d’audit en fraude fiscale, de dons en enveloppes kraft, de listes de noms en dénégations… N’en jetez plus. Il s’agit bien là d’un autre monde que le mien, que le nôtre, que celui de la quasi-totalité des Français. Un autre monde, vraiment. Et il nous faut être vigilant sur ce que nous dénonçons. Prenons par exemple les 30 millions d’Euros que Lilianne Bettencourt a touché au titre du bouclier fiscal. Ce n’est pas la somme qui est choquante, et qu’il faut dénoncer… c’est le fait que cette somme colossale ait pu lui être versée le plus légalement du monde ; c’est le fait que le système concocté par le gouvernement actuel permette ce genre de chose. C’est un autre monde, basé sur un autre système de valeurs. C’est d’ailleurs pourquoi Eric Woerth a mis tant de temps, et a eut tant de mal à comprendre que ses postes de trésorier de l’UMP et de Ministre de budget étaient incompatibles, et qu’il y a problème lorsqu’on est censé contrôler ceux qui vous financent. Dans son monde à lui, l’argent permet tout, et je suis persuadé qu’il était sincèrement étonné que celà puisse choquer. Dans ce monde là, la notion de conflit d’intérêt n’existe pas, puisque l’intérêt permet tout.

C’est aussi parce que dans ce monde là l’argent est intouchable, sacré, que le plan de sauvegarde des retraites proposé par le même Woerth n’envisage pas un instant d’aller chercher des financements là où ils existent. Quand Martine Aubry propose de fiscaliser les stock-options, il n’y a là que logique. Elle ne propose pas une taxe supplémentaire sur les stock-options, mais simplement de les rendre imposables à l’impôt, dans la mesure où il s’agit de toute évidence de salaires différés. Dans le monde des Sarkozy, Woerth et autres, cette propositions est quasiment sacrilège. Supprimer les services publics oui, tailler dans toutes les dépenses du quotidien des Français oui, étrangler les collectivités territoriales oui… mais fiscaliser les stock-options, et bien non.

« Le veau d’or ? Il vaudra moins cher demain matin que le veau naturel« , écrit un jour Paul Valéry. Peut-être… sûrement… en attendant on se pince quand on regarde le calendrier électoral et qu’on constate que les prochaines élections présidentielle et législatives ont lieu dans… presque deux ans. C’est loin. Et si Sarkozy est « détruit par le fric« , comme l’indiquait l’hebdomadaire Marianne en une cette semaine, reste que de longs mois sont encore à sa disposition pour parachever son oeuvre de fossoyeur des services publics. L’interview (appelons cela comme cela…) du 14 juillet n’a laissé aucun doute sur sa volonté dans ce domaine. Les postes de fonctionnaires s’évanouiront encore par dizaines de milliers, et les services au public de manière identique. La crise a bon dos et permet au gouvernement d’appliquer aveuglément une doctrine ultra-libérale qui a montré ses limites, et mêmes ses échecs, partout. La pression des Français permettra-t’elle d’enrayer le mouvement… ? Peut-être, avec en parallèle un renforcement de la crédibilité du PS. Ce mouvement là est aussi en marche."

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article

commentaires