Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:22

Michel Delebarre favorable à une intercommunalité la plus large possible

mercredi 04.05.2011, 05:12  - La Voix du Nord

 

|  RÉFORME TERRITORIALE |

Vendredi, le préfet du Nord, Jean-Michel Bérard, a présenté aux communes son schéma de coopération intercommunale. Né de la loi du 16 décembre 2010, il incite les communes à se regrouper dans des structures plus importantes qu'aujourd'hui (notre édition du 29 avril ). Communes et intercommunalités ont trois mois pour réfléchir et exprimer leurs souhaits.

 

Président de la CUD, Michel Delebarre considère cette recomposition administrative comme « une opportunité à ne pas laisser passer ». Composée actuellement de 18 communes (1), elle sera amenée à grandir. Selon quelles proportions ? C'est tout l'enjeu de cette nouvelle donne territoriale.

 

« Je suis président d'une intercommunalité qui a démontré ses capacités d'agir en direction de chacun de ses membres. La CUD est un réel instrument de péréquation. Parmi les cinq communes rurales qui en font partie, aucune ne semble se plaindre car la collectivité a toujours oeuvré afin de réaliser les projets, les aménagements nécessaires à leur développement », indique le maire de Dunkerque qui, sentant les craintes de certains élus, insiste sur le fait qu'il ne faut pas confondre intercommunalité et perte d'identité. « Je n'ai jamais été favorable à la suppression des communes. » Cette nouvelle donne administrative aura d'inévitables incidences sur le périmètre de la CUD. Dans quelles proportions ? Les plus larges possibles, souhaite son président.

 

« Aujourd'hui, deux communes ont émis le désir de nous rejoindre : Spycker et Ghyvelde. Pourquoi ne pas penser à une union plus large ? » « Je ne suis pas connu pour être un chantre de ce gouvernement mais il faut avouer que cette volonté de regrouper les intercommunalités va dans le bon sens. Il y a là une opportunité à saisir car les occasions de revoir la géographie administrative sont extrêmement rares. Inciter à la patience et croire qu'il sera possible de rouvrir le dossier dans deux ou trois ans est un leurre. Le débat étant engagé, je me demande s'il ne faut pas réfléchir à une intercommunalité la plus large possible, à l'échelle du SCOT par exemple.

 

Le Schéma de cohérence territoriale a atteint ses limites au niveau de la réflexion. Il faut passer à un autre stade. L'avantage est que cette éventualité permettrait de mettre fin au débat urbain/rural. Réunir uniquement les intercommunalités rurales, c'est risquer d'amalgamer des entités qui n'auront peut-être pas les capacités financières nécessaires à réaliser les aménagement voulus. Faire une grande union permettrait d'aller plus loin dans le développement harmonieux du territoire. je l'ai dit au préfet quand il m'a consulté. » Désormais, dans chaque commune, l'heure est à la réflexion. •

BRUNO VERHEYDE

(1) Armbouts-Cappel, Bourbourg, Bray-Dunes, Cappelle-la-Grande, Coudekerque, Coudekerque-Branche, Craywick, Dunkerque, Fort-Mardyck, Grand-Fort-Philippe, Grande-Synthe, Gravelines, Leffrinckoucke, Loon-Plage, Saint-Georges-sur-l'Aa, Saint-Pol-sur-Mer, Téteghem, Zuydcoote.

Partager cet article

Repost 0

commentaires