Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:49

 

 

Réponse de Monsieur Patrick KANNER, Président du Conseil Général du Nord, à la question d'actualité posée par Monsieur Jeans SCHEPMAN concernant la valorisation de l’apprentissage de la langue flamande.

 

 

Monsieur le Vice-Président, Cher collègue,

 

Vous abordez une question qui touche à la définition même du creuset culturel de notre territoire.

 

Je partage votre sentiment sur l’importance de la préservation de notre patrimoine culturel en toutes ses dimensions et au titre desquelles la sauvegarde et la transmission de la richesse linguistique sont des piliers essentiels.

 

Le Département soutient d’ailleurs déjà les initiatives associatives qui promeuvent ces échanges culturels.

L’apprentissage des langues étrangères et de tradition locale est une source importante d’ouverture culturelle des enfants et adultes. Et en ce territoire frontalier, il constitue aussi un atout économique et d’emplois important.


Cette question et les marges de manœuvres départementales font nécessairement écho au débat relatif à la reconnaissance de la Charte européenne sur les langues régionales ou minoritaires élaborée en 1992 par le Conseil de l’Europe.

 

La France, en signant celle-ci le 7 mai 1999, s’était engagée à ratifier la moitié de ses engagements, notamment en matière éducative. Mais à ce jour, aucune ratification n’est intervenue et ce débat sensible perdure. Le candidat socialiste à la Présidentielle s’est d’ailleurs engagé à aller au terme de ce processus au cours de leur mandat.

 

Il est clair que cette volonté ne peut être déconnectée des moyens affectés à l’Education. Alors que le Rectorat de Lille s’est fixé comme objectif de favoriser l’apprentissage des langues étrangères, les suppressions des postes d’assistants de langue se multiplient chaque année (-44 postes à la rentrée prochaine). Cette situation met d’ores et déjà en péril les possibilités de diversification d’apprentissage d’autres langues que l’anglais. Qu’en serait-t-il alors si l’on imposait l’ouverture culturelle vers d’autres langues ?

 

En référence aux ambitions que ces mêmes candidats portent aussi pour l’Ecole, je crois qu’il y a là un signe supplémentaire de cohérence et de responsabilité pour la définition stratégique de ce que doit être demain l’éducation des jeunes.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman
commenter cet article

commentaires