Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 09:53

Le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, dénonce ce mardi la «tentation autoritaire» vers laquelle «glisse l’Etat Sarkozy», notamment avec la volonté prêtée au chef de l’Etat de supprimer le juge d’instruction.

«J’ai la conviction que depuis son élection, le président de la République malmène dangereusement l’Etat de droit», a indiqué Jean-Marc Ayrault en présentant ses voeux à la presse. Il a donné en exemple «l’annonce» que devrait faire le chef de l’Etat demain d’une «suppression du juge d’instruction qui met en cause l’indépendance de la justice».

Il a cité également «l’explosion ahurissante des gardes à vue, la prolifération incontrôlée des fichiers de police, les atteintes au droit d’asile et la gestion toujours plus arbitraire des expulsions du territoire».

«D’une conception sécuritaire, l’Etat Sarkozy est en train de glisser à une tentation autoritaire qui touche tous les domaines», a-t-il conclu.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 09:16
dégueulasse , il n'y a pas d'autres mots, désolé :
on vous laisse vous soigner pendant quelques heures puis on reprend le mssacre systématique avec la bénédiction de presque tout le monde "civilisé " .

Gaza: 660 Palestiniens tués, Israël va ouvrir un couloir humanitaire

Un homme porte un enfant palestinien blessé le 6 janvier 2009 à Gaza-ville

 

Tout en persistant dans son refus d'un arrêt de l'offensive contre la bande de Gaza, Israël a accepté mercredi l'ouverture d'un couloir humanitaire dans ce territoire palestinien soumis à des bombardements massifs qui ont fait la veille au moins 40 morts dans une école de l'ONU.

Sur le plan diplomatique, le président égyptien Hosni Moubarak a annoncé avoir invité Israéliens et Palestiniens à une réunion d'urgence pour tenter de mettre fin à la guerre. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé lui qu'il se rendrait la semaine prochaine au Proche-Orient.

L'offensive israélienne a coûté la vie à au moins 660 Palestiniens et fait plus de 2.950 blessés depuis son lancement le 27 décembre, selon les services d'urgence palestiniens.

Le cabinet du Premier ministre Ehud Olmert a annoncé l'ouverture d'un couloir humanitaire tôt mercredi "afin de prévenir une crise humanitaire dans la bande de Gaza".

"Cela implique l'ouverture de secteurs géographiques pour des périodes limitées de temps pendant lesquelles la population sera en mesure de recevoir de l'aide", a indiqué le cabinet sans toutefois préciser la date exacte de l'ouverture du corridor. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a été informée de cette décision.

Depuis plusieurs jours, les agences onusiennes et les organisations humanitaires ont dénoncé une crise humanitaire "totale" dans la bande de Gaza, un territoire pauvre et surpeuplé, où la population est prise au piège sans possibilité de fuir alors que l'aide d'urgence est entravée par les combats incessants et les hôpitaux débordés.

L'offensive déclenchée le 27 décembre a provoqué une grave pénurie de denrées, de carburant et d'eau courante ainsi que des coupures d'électricité.

Les combats entre activistes palestiniens et soldats israéliens se sont poursuivis mardi à Gaza-ville, dans les quartiers de Zeitoun, Choujaïya et Touffah à l'extrémité de Gaza-ville, mais aussi dans les zones urbaines du nord et du sud du territoire.

Trois écoles gérées par l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés (Unrwa), où des dizaines de civils s'étaient réfugiés pour fuir les combats, ont été bombardées.

L'attaque la plus meurtrière, menée à Jabaliya (nord), a coûté la vie à 43 Palestiniens, selon les services d'urgences palestiniens. L'ONU, dans un communiqué, a fait état de 30 morts et 55 blessés.

Cinq autres personnes ont trouvé la mort dans des attaques contre deux écoles de l'ONU à Gaza et Khan Younès (sud), alors qu'au moins 12 membres d'un même clan familial, dont sept enfants, ont péri dans le bombardement de leur maison à Gaza, selon des sources médicales.

S'agissant du bombardement à Jabaliya, le gouvernement israélien a affirmé que ses forces avaient riposté à des tirs d'obus depuis l'école. Et l'armée a affirmé ne pas viser les populations civiles. Mais, a-t-elle ajouté, "le Hamas a disposé des installations militaires, et des dépôts d'armes dans des zones civiles".

Ban Ki-moon a qualifié de son côté de "totalement inacceptables" les attaques contre les écoles, dont les emplacements "avaient été communiqués aux autorités israéliennes".

"L'attaque contre l'école de l'ONU montre que la guerre n'est pas dirigée contre le Hamas mais contre tout le peuple palestinien", a déclaré de son côté le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, dont le mouvement contrôle Gaza.

Le chef des opérations de l'Unrwa à Gaza John Ging a qualifié la situation de "tragédie horrible". "Tout le monde est terrorisé et traumatisé car il n'y a plus de refuge pour fuir les violences".

Malgré les appels internationaux à un cessez-le-feu, Israël a maintenu son refus de cesser les opérations, soutenu par son allié américain qui réclame un "cessez-le-feu durable", comprenant un arrêt définitif des tirs de roquettes.

"Que les actes de terrorisme cessent, que cesse la contrebande d'armes du Sinaï (égyptien) vers Gaza, et les combats israéliens cesseront", a dit le Premier ministre sortant Ehud Olmert.

Mais au 11e jour de l'offensive, 34 roquettes ont encore été tirées depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël, selon l'armée. L'une d'elle est pour la première fois tombée à plus de 45 km au nord-est du territoire palestinien, sur Gedera, blessant un nourrisson.

Quatre Israéliens sont morts dans ces tirs depuis le 27 décembre.

Dans la bande de Gaza, six militaires israéliens ont été tués depuis l'offensive terrestre samedi, dont quatre par des "tirs amis".( et en plus ils sont nuls !!!)

L'armée a affirmé avoir tué 130 combattants du Hamas depuis samedi.

A Charm el-Cheikh (Egypte), M. Moubarak a lancé un appel aux deux parties pour "aboutir à des accords et garanties" sur la bande de Gaza pour "faire cesser l'escalade actuelle".

Les garanties devraient inclure "la sécurisation des frontières", "l'ouverture des points de passage frontaliers et la levée du siège" dans la bande de Gaza, a dit M. Moubarak, à l'issue d'un sommet avec son homologue français Nicolas Sarkozy.

M. Sarkozy, qui s'était rendu plus tôt à Damas et au Liban, a appelé la Syrie à "peser" sur son allié Hamas pour favoriser un arrêt des combats.

Enfin, le numéro 2 d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, a appelé les musulmans à "s'attaquer aux intérêts occidentaux et israéliens n'importe où", en riposte à Israël, dont il a qualifié l'offensive de "campagne de l'Occident contre l'islam". Il a en outre accusé le président américain élu Barack Obama de "complicité".

Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 09:12
On décuvre aujourd'hui probablement la "politique de civilisation" annoncée par le candidat Sarkozy, savamment inspirée par Bush, Berlusconi et Poutine. La suppression promise des magistrats instructeurs va permettre de téléguider les procédures d'instruction via les procureurs, inféodés à la chancellerie. Il faut alerter, mettre en garde, et espérer que le sommeil des Français sera moins profond que celui des Américains.  
Repost 0
Published by jean schepman - dans démocratie en danger
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 22:22
par contre il faudrait plus d'abonnés !
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 22:15
"Je suis un ami mais qui veut parler franchement : je suis profondément inquiet de la situation",
en parlant du massare en cours en palestine ( terre des palestiniens , non ?)

notre mini tzar est inquiet , ah boN !!! il y aurait il un conflit queLque part ???
Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 22:04




On peut se réjouir de notre action commune : L'UMP lit notre blog et a eu peur !
comme quoi la mobilisation paye !!!


Travail dominical: examen reporté sine die

- Assemblée Nationale - France3 -

Assemblée Nationale

© France3

L'examen du texte sur le travail dominical, initialement inscrit le 15 janvier au menu des députés, est reporté sine die

Alors que le Parlement fait sa rentrée, l'ordre du jour de l'Assemblée fixé par le gouvernement et communiqué mardi ne fait pas mention du projet de loi sur l'extension du travail le dimanche et ne fixe aucune date pour sa discussion en séance.

Le gouvernement a tenté de minimiser ce report, Luc Chatel affirmant "ce n'est pas une reculade". 

La proposition de loi UMP est ajournée notamment en raison des débats qui  s'annoncent houleux sur la réforme du travail législatif.

La gauche a  promis de livrer une bataille d'amendements contre ce projet de loi qui vise,  selon elle, à "bâillonner" l'opposition. Deux semaines entières de débats -au  lieu d'une initialement- sont d'ores et déjà prévues sur ce texte.

L'examen du texte sur le travail du dimanche se retrouve donc de nouveau ajourné et n'apparaît pas à l'ordre du jour de l'Assemblée jusqu'au 25 janvier, communiqué dans la matinée en conférence des présidents.

Jusqu'à présent, sa discussion à l'Assemblée nationale -dont le président Nicolas Sarkozy avait exigé qu'elle débute avant Noël pour ne pas donner l'impression de reculer- a été purement symbolique. Les débats sur ce texte qui divise fortement la droite n'ont en effet duré que deux petites heures en soirée, le 17 décembre, dans une ambiance électrique  qui a obligé la majorité à battre en retraite, officiellement pour "calmer les esprits".

Pour secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le parlement, "la détermination du  gouvernement reste entière" sur ce texte.Son absence "dans l'ordre du jour des trois prochaines semaines est simplement mécanique", a-t-il insisté.

 
Réactions politiques et syndicales

- Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a affirmé que les milliers d'amendements du PS rendaient impossible un débat "serein" sur le travail dominical et s'est interrogé sur un report du texte au printemps, après la réforme du règlement de l'Assemblée nationale.

- François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem), a souhaité que le report sine die de l'examen à l'Assemblée nationale du texte sur l'extension du travail  dominical "dure le plus longtemps possible".

- Le gouvernement "ne renonce à rien" concernant l'extension du travail du dimanche, a assuré mardi le porte-parole du  gouvernement Luc Chatel après l'annonce du report de l'examen de cette proposition de loi UMP.

- La CFTC s'est félicitée du report de l'examen à l'Assemblée nationale de la proposition de loi sur l'extension de l'ouverture dominicale des magasins. "La CFTC se félicite de (ce) report (...). Celui-ci est un acte de bon sens, qui devrait permettre à chacun de mesurer l'impact négatif qu'aurait, pour la société française, l'extension du travail le dimanche".

- Le Parti communiste français s'est félicité mardi de la "reculade" du gouvernement sur le travail du dimanche et a demandé que le texte, dont l'examen à l'Assemblée nationale a été reporté sine die, soit "définitivement enterré".

jean luc

(source France 2)

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 18:34

Des tirs israéliens devant une école de Gaza font 40 morts

Des tirs israéliens devant une école de Gaza font 40 morts (© REUTERS2009)

© REUTERS2009

GAZA (Reuters) - Deux obus de char israéliens sont tombés mardi devant une école administrée par l'Onu dans le nord de la bande de Gaza, faisant une quarantaine de morts et des dizaines de blessés, rapporte-t-on de sources médicales concordantes.

Les projectiles de Tsahal ont explosé en répandant des éclats parmi les Palestiniens qui se trouvaient à l'extérieur de l'établissement et les centaines d'autres qui s'étaient réfugiés à l'intérieur pour fuir les combats.

La scène de l'attaque, filmée par des correspondants de Reuters, offrait une vision de dévastation: corps, chaussures et vêtements déchirés jonchaient le sol, au milieu de flaques de sang.

Cette 'bavure' dans le camp de réfugiés de Djabaliah porte à plus de 600 - dont une proportion croissante de civils - le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l'offensive lancée il y a 11 jours par l'armée israélienne contre le mouvement islamiste armé Hamas.

Mardi, en début de journée, un raid aérien israélien avait visé une autre école de l'Agence de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), tuant trois civils.

Nidal al Moughrabi, version française Marc Delteil

Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 16:22
GAZA •  Sarkozy a fait le mauvais choix
 
En réservant au Hamas ses critiques les plus acerbes, le président français, qui a entrepris une tournée au Moyen-Orient, a fortement irrité les milieux nationalistes arabes. Comme en témoigne cet article d'Al-Quds Al-Arabi.
 
   
   
 
 
   
Le président français Nicolas Sarkozy a déçu les espoirs de centaines de milliers d'Arabes et de musulmans, le 5 janvier, quand il a révélé sa partialité et son soutien total au massacre israélien en cours à Gaza. Il a confirmé la déchéance morale de l'Occident démocratique et civilisé quand il a blanchi le bourreau et blâmé la victime. Il est consternant que le pays des libertés et des valeurs de justice et de défense des faibles soit tombé si bas, alors qu'on voit sur les écrans du monde entier les images de dizaines d'enfants déchiquetés par les missiles israéliens.

Sarkozy n'est pas venu dans la région pour chercher un cessez-le-feu. Il est venu pour offrir à Israël une couverture européenne et pour permettre de poursuivre l'holocauste d'une population isolée, assiégée et affamée. Chaque jour, les éléments de la conspiration apparaissent un peu plus clairement. Après le silence occidental et le blocage de toute résolution condamnant Israël par les Etats-Unis et les membres permanents européens du Conseil de sécurité, voici le président français qui s'exprime à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, pour déclarer que "le Hamas porte une grande responsabilité dans les souffrances des Palestiniens à Gaza". Voilà l'hypocrisie de l'Occident, qui a conduit le monde dans la situation dramatique dans lequel il se trouve, pris entre la montée de la violence et du terrorisme d'une part, l'effondrement économique de l'autre.

Il est évident que le gouvernement français soutient ce massacre. Depuis la visite surprise de la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni, le 1er janvier à Paris, la position officielle de la France ne consiste plus à chercher un cessez-le-feu mais à avaliser la poursuite des opérations israéliennes. Le véritable objectif n'est pas de faire cesser les tirs de roquettes, mais de produire un changement de régime, c'est-à-dire de faire tomber le Hamas et de remettre Gaza sous la tutelle de l'Autorité de Mahmoud Abbas. Israël suit l'exemple de son maître américain. George Bush a réussi des changements de régime en Irak et en Afghanistan. Pourquoi donc Israël se priverait-il d'essayer d'en faire autant avec le gouvernement de Gaza, même s'il a été librement élu ? Tel-Aviv prend prétexte des tirs de roquettes, à défaut de fosses communes, de liens avec Al-Qaida ou d'implication dans les attentats du 11 septembre 2001 que la CIA avait inventés à propos de l'Irak.

Les Israéliens ont eu recours au siège pour affamer les Gazaouis, les mettre à genoux et les pousser à se dresser contre le gouvernement du Hamas. Cela n'ayant pas eu les effets escomptés, ils ont lancé des raids aériens. Cela n'ayant toujours pas suffi à briser la Résistance, ils ont entrepris une opération terrestre. Or, comme les Américains en Irak et en Afghanistan, les Israéliens vont s'embourber à Gaza, après avoir fait des milliers de morts. Israël est toujours sorti affaibli de ses dernières guerres. Il en sera de même à Gaza, qui est pourtant le maillon le plus faible de l'"axe du mal". Mahmoud Abbas a confirmé, le 5 janvier, qu'il ne reviendrait pas à Gaza sur des chars américains. Cela ferait de son gouvernement une sorte de régime de Vichy, ce régime de collaboration installé en France par les nazis. Pourtant, il se pourrait bien que Sarkozy tente de promouvoir une telle idée.
Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 16:11

L'examen du texte sur le travail dominical est (encore) reporté

Les désaccords au sein de la majorité poussent le gouvernement à botter en touche. Selon Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP, ce n’est «ni un désaveu, ni un recul». «La priorité des priorités, c’est le vote du plan de relance»

Repoussé, encore. L’examen du texte sur le travail le dimanche, initialement inscrit le 15 janvier au menu des députés, est reporté sine die, selon l’ordre du jour de l’Assemblée nationale fixé par le gouvernement jusqu’au 25 janvier. Il avait déjà été reporté fin décembre. Nicolas Sarkozy souhaitait alors faire adopter le texte avant Noël, mais devant les divisions de la majorité, l’examen avait été repoussé, après un débat symbolique de deux heures, dans une ambiance pour le moins tendue.

 

Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP, explique à Libération ce report pour des questions de «contingence» et par la recherche «de la majorité la plus large possible». La «contingence», c’est «le calendrier parlementaire extrêmement chargé. La priorité des priorités, c’est le vote du plan de relance.» Surtout, l’examen prévu le 13 janvier de la réforme constitutionnelle, prévoyant une réforme du droit d’amendement, risque de ralentir les travaux, l’opposition s’opposant fermement au projet. «Nous avons des débats longs du fait de l’obstruction systématique de l’opposition», dénonce le porte-parole.

 

Mais si l’examen du texte est repoussé – à moins qu’il soit purement et simplement mis aux oubliettes – la majorité le doit avant tout à elle-même et à sa difficulté à trouver un consensus sur le sujet. «Ce temps indéterminé du report doit être mis à profit pour discuter et pour convaincre sur le bien-fondé du travail le dimanche», reconnaît Dominique Paillé.

 

Est-ce un désaveu pour Nicolas Sarkozy ? «Je ne crois pas, estime le porte-parole. L’ordre du jour est encore maîtrisé par le gouvernement. Il avait l’assurance d’avoir une majorité, même si elle était courte. Ce n’est pas un désaveu, ni un recul. Il faut maintenant chercher le consensus le plus large possible». Dominique Paillé ne croit pas non plus au retrait du projet. «A aucun moment le Président n’a enterré une réforme de son programme». Il y a bien la réforme Darcos des lycées, retirée du jour au lendemain. Officiellement, elle est repoussée d’un an.

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 15:33

Grève aux hôpitaux de Strasbourg pour accueillir Nicolas Sarkozy

L'intersyndicale des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) appelle les 8500 agents à un mouvement de grève de 24 heures le 9 janvier à l'occasion de la venue de Nicolas Sarkozy, qui doit visiter le nouvel hôpital civil (NHC), mis en service au printemps 2008, et présenter ses voeux aux personnels de santé. Dans un tract commun, la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, Sud et l'Unsa s'alarment notamment du "déficit de 30 millions d'euros" des HUS, qui leur fait craindre de prochaines suppressions de postes, et de "l'obligation de rentabilité de la santé". Ils dénoncent également des problématiques de sous-effectifs et un manque de reconnaissance professionnelle. Un rassemblement des grévistes est prévu venrdredi à 10 heures devant le bâtiment "Chirurgie A" de l'hôpital civil, tandis que Nicolas Sarkozy doit prononcer ses voeux en fin de matinée au restaurant du personnel du NHC. Selon la CGT, qui a déposé en décembre un préavis pour une grève reconductible à partir du 8 janvier, les organisations syndicales pourraient s'entretenir durant une vingtaine de minutes avec un conseiller de l'Elysée.

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article