Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 09:08

Le Parti Socialiste défend le monde agricole au contraire de ce que certains osent prétendre!!!

 

Le groupe parlementaire dépose une proposition de loi qui sera discutée ce jeudi pour revitaliser le monde rural, abandonné par l'Etat. Garantir l'accès au service public, soutenir les territoires, s'engager vraiment pour l'agriculture... le PS propose!

Le bouclier rural, en quoi cela consiste-t-il? Les explications avec Germinal Peiro, secrétaire national à la ruralité et la mer.

 

http://www.parti-socialiste.fr/articles/a-l-assemblee-les-socialistes-s-engagent-pour-l-instauration-d-un-bouclier-rural

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 10:01

lundi 21.02.2011- La Voix du Nord – Hazebrouck – par Jean-Baptiste Martin

 

Marie-Christine Lambrecht participe à la création d'un dictionnaire flamand

Passionnée par le flamand, Marie-Christine Lambrecht participe à la réalisation d'un dictionnaire.

 

Le troisième samedi de chaque mois, une quinzaine de membres de l'Institut de la langue régionale flamande (ILRF) se retrouvent au centre culturel Jean-Paul-Bataille de Steenvoorde pour réaliser un dictionnaire de la langue flamande. La Dunkerquoise Marie-Christine Lambrecht, est vice-présidente de la commission de collectage de mots. Elle explique l'utilité de ce dictionnaire, déjà accessible sur Internet et édité en version papier d'ici un an.

 

En quoi consiste exactement le travail de la commission collectage de mots de l'ILRF ?

« L'ILRF crée un dictionnaire le plus complet possible du flamand parlé par 1,5 million de Belges en Flandre occidentale et environ soixante mille locuteurs dans l'arrondissement de Dunkerque. Pour l'instant, il n'en existe pas, même en Belgique, où la langue officielle est le néerlandais mais où de très nombreuses personnes sont attachées à la langue flamande. Ce dictionnaire est consultable sur le site de l'ILRF (www.anvt.org) et sera édité en version papier d'ici un an. Pour la réalisation, nous réunissons des flamandophones de Flandre maritime et de Flandre intérieure. Pour l'essentiel des retraités qui ont été habitués à parler flamand pendant leur enfance et qui souhaitent faire perdurer son apprentissage.

Il y a une vraie complémentarité : les membres de Flandre maritime sont de vrais spécialistes de tout le vocabulaire marin, alors que ceux de Flandre intérieure connaissent extrêmement bien les mots du monde agricole. Pour faire partie de notre commission, il faut être excellent flamandophone. »

 

Depuis quand votre commission existe-t-elle et combien de mots avez-vous déjà collectés ?

« Nous nous réunissons depuis la mi-décembre et avons déjà collecté mille deux cents mots, dont l'origine et l'orthographe sont contrôlés avec la plus grande rigueur par un linguiste, Philippe Simon. Le président de notre commission, Jean-Paul Couché, actualise fréquemment notre dictionnaire en ligne, ce qui est très utile pour toutes les personnes désireuses d'apprendre le flamand. Notre site a d'ailleurs beaucoup de succès avec un millier de visites depuis le début de la publication de notre dictionnaire. D'ici un an et la publication de la version papier, notre objectif est de réunir dix mille mots et cinq mille expressions. »

 

Pourquoi souhaitez-vous publier une version papier ?

« Certaines générations ne vont pas sur Internet et ont donc besoin de ce support. En plus, je pense que nous n'aurons pas de difficultés à trouver un éditeur. »

 

À titre personnel, d'où vient votre intérêt pour la langue flamande ?

« Mes parents parlaient toujours flamand à la maison. En l'entendant, j'ai toujours été curieuse de cette langue et au fur et à mesure, c'est devenu une véritable passion qui me rappelle mon enfance. Il y a vingt ans, j'ai appris à lire et à écrire le flamand et aujourd'hui j'anime quatre cours par semaine à Bergues. »

 

Parallèlement à la réalisation du dictionnaire, la promotion et la sauvegarde de la langue flamande semblent être une véritable priorité à vos yeux.

« Oui c'est vrai, et cela pour plusieurs raisons. Déjà, il est important de souligner que les Français du Nord ont toujours parlé le flamand. Cette diversité culturelle fait partie de notre patrimoine, c'est une richesse qu'il faut conserver et entretenir. Depuis une trentaine d'années, cette richesse est en train de se perdre et il n'y a que l'enseignement qui peut changer cela. D'où l'idée de faire un dictionnaire complet. Il me semble également important d'aborder les choses sous un angle économique : je viens tout juste de terminer une carrière de trente-huit ans en tant que conseillère chez Pôle Emploi. J'y ai vu de très nombreuses offres provenant de Belgique où il était demandé de parler flamand, et non néerlandais. »

 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 23:14

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:10

 

Le nom du Plan a changé par rapport à celui présenté par JL BORLOO au mois de juillet dernier (Plan de prévention des submersions marines et des crues rapides dit « Plan digues », devenu « Plan submersions rapides – Submersions marines, crues soudaines et ruptures de digues »).

 

Cela semble traduire un recadrage de la démarche, le plan vise uniquement la sécurité des personnes et les phénomènes brutaux! Quid des dégâts aux biens avec des phénomènes plus progressifs. On n’est pas dans l’esprit de la Directive européenne Inondations qui a une vocation plus large (pourquoi scinder les 2 démarches, alors que les plannings de réalisation coïncident quasiment). Plan recentré sur les priorités … faute de moyens sans doute ?

 

On évoque de nouveau clairement le recul stratégique (des réflexions approfondies doivent être menées) mais aussi heureusement la gestion particulière des zones poldérisées.  

 

Le nouveau plan ne comprend plus que 4 axes au lieu de 6 ; l’organisation d’une gouvernance en tant que telle a disparu, il est désormais prévu de soutenir les collectivités locales pour l’engagement de leurs travaux (intervention des collectivités locales sur la base du volontariat … comment mobiliser le cofinancement des collectivités ?). Les conclusions du CEPRI ont été reprises (statu quo aménagé – pour inciter les collectivités à intervenir en appui des associations locales, il envisagé dans le cadre du projet de loi de finances 2012 de lever une taxe additionnelle afin de disposer de ressources pérennes + texte afin de permettre un meilleur encadrement juridique de l’intervention des collectivités ; les pistes «redevance via les agences de l’eau » et impôts semble avoir été écartées).

 

Des décisions sur ce point essentiel sont reportées à plus tard (2012 …).

 

Les ouvrages d’évacuation des crues des wateringues et notamment les stations de pompage sont toujours ignorées …

 

Les polders « historiques » feront l’objet d’une approche spécifique ; en revanche les zones agricoles ne sont pas éligibles … sauf si cela permet aussi de protéger les populations.

 

Sur le plan financier, 500 M€ pour l’Etat de 2011 à 2016 ; en fait ressources actuelles pour la cartographies, les études, la vigilance, … + 70 à 80 M€ du Fonds Barnier pour les travaux (ce qui change, c’est éventuellement le taux d’intervention de 25 à 40% si PPRi, donc moins de travaux), et FEDER si possible jusqu’en 2013... Donc pas d’augmentation significative, rien à voir avec les moyens mis en œuvre en Flandre ou aux Pays Bas.

 

Conclusion:

 

Le nouveau document est un peu plus étayé, mais n’apporte pas de grandes nouveautés.

 

Les objectifs prioritaires sont précisés, mais les questions fondamentales relatives à la gouvernance et au financement sont reportées à 2012.

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 09:08

Je vous suggère de diffuser autour de vous le site de la candidature de Laurent DENYS et d'Odile LESAGE candidats de la Gauche rasemblée pour le Canton de WORMHOUT

 

Comme le dit très bien mon ami Christian HURIN, Député, il est temps de réveiller la belle endormie.

 

wwww.laurent-denys.fr

 

Les 20 et 27 mars 2011 dans les cantons renouvelables, votez et faîtes voter les candidats socialistes où ceux soutenus par le Parti Socialiste


Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 15:57

Suite à la parution du Plan de lutte contre les submersions marines rapides par le Ministre de l'Ecologie ce jeudi 17 février 2011, France 3 m'a demandé mon analyse en ma qualité de Président de l'Institution Interdépartementale des Wateringues.

 

Ce plan découle du fameux plan digues  initié après les évenements dramatiques de la tempête Xynthia en Vendée et en Charentes Maritimes en 2010.

 

Le reportage sera diffusé ce vendredi 18 février au journal de 19h sur France 3.

 

A vos postes et n'hesitez pas à me communiquer vos remarques et observations.

 

Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 09:00
S'il vous plait Carla occupez le ! Faîtes le taire ! Des qu'il parle, cela provoque des réactions importantes!

L'affaire "Laetitia" ? Pour Tsarko ,c'est la faute des juges et des policiers, il accuse sans preuve, il ne dit pas: " si il ya faute..." , non lui c'est "il y a faute!" ! Résultats:  Les juges et les policiers en grève !
L' affaire Florence Cassez ? Il montre ses peti ts poings et bombe son petit torse face au pouvoir mexicain! 
Résultat :  Le président du Mexique le renvoie dans les cordes!!
Ce n'est plus un Président de la Républque mais bien une catastrophe ambulante !!
S'il vous plait Carla , occupez le !!!
Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 14:05

Vous pouvez suivre en direct la séance plénière du Conseil Général du Nord consacré au Budget 2011 du département où nous déciderons de ne pas augmenter l'impot malgré les contraintes budgétaires très fortes provoquées par un désengagement  manifeste de l'Etat.

 

http://www.cg59.fr//frontoffice/WebTv.aspx?IdVideo=144

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:08

Voici les grandes lignes de l'article de La Voix du Nord conacré aux explications de Monsieur Bernard DEROSIER, Président du Conseil Général qui assurera sa dernière séance plenière ces lundi et mardi 14 et 15 février :

 

"Un budget 2011 sans hausse d'impôt et dernière séance pour Bernard Derosier"

Les conseillers généraux du Nord examinent en ce début de semaine le budget 2011. Il ne comporte pas de hausse d'impôt et marque la dernière séance au « perchoir » du président Derosier.

 

Aucun suspense à l'horizon : le budget 2011 du conseil général du Nord devrait être adopté sans difficulté demain soir. Le groupe socialiste détient dans l'assemblée la majorité absolue. À quelques semaines des cantonales, l'accord avec les élus communistes est sans nuage... d'autant que le projet de budget ne comporte, pour la seconde année consécutive, aucune augmentation d'impôt. On écrit désormais « impôt » au singulier car après avoir perdu sa part de taxe professionnelle puis de taxe d'habitation, le Département ne conserve comme unique levier fiscal que le foncier bâti que paient les propriétaires. Son taux (17,06 %) restera donc inchangé.

 

« L'impôt départemental est devenu marginal. En 2009, la fiscalité directe représentait encore 818 millions d'euros, soit 35 % de nos recettes de l'époque. Cette année, ce sera 334 millions, 13 % des recettes », commente Bernard Derosier.

Côté chiffres, il faut retenir que ce projet de budget s'équilibre à hauteur de 3,099 milliards d'euros (+ 2,41 %). Les dépenses de solidarité, notamment d'action sociale, en représentent près des deux tiers.

Quelques indicateurs traduisent le contexte de difficultés budgétaires. Ainsi, si le budget de fonctionnement (2,397 milliards) augmente de 2,86 %, celui des investissements (702 millions) ne progresse que de 0,92 %. Hors gestion de la dette, les réels investissements sont même en léger recul (401 millions contre 405 autorisés l'an dernier). Quant au recours à l'emprunt, il s'affiche en hausse (273 millions contre 255 l'an dernier). Seule éclaircie : les droits de mutation liés au marché de l'immobilier devraient rapporter 230 millions, 65 de plus qu'en 2010.

Pour son dernier exercice budgétaire, le propos de Bernard Derosier n'est pas alarmiste mais positif. Au-delà des chiffres, le président défendra un bilan de douze ans dont il se dit fier, notamment en matière de politique sociale et d'actions en direction de la jeunesse."

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 10:26

Gilles PARGNEAUX, député européen,
1er secrétaire de la fédération PS du Nord, réagit à l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy

 

 

Lors de son intervention télévisée de ce jeudi 10 février, Nicolas Sarkozy a une fois de plus donné aux Français l’occasion de constater combien il n’est à la hauteur ni de sa fonction ni des enjeux auxquels notre pays doit faire face.

 

Face à présentateur ami et à un parterre de Français repérés dans une émission notoirement bienveillante à l’égard de sa politique, le Président de la République a infligé aux téléspectateurs deux heures et demie d’une opération de communication aussi ennuyeuse que dépourvue de substance.

 

Affirmant dès l’entame son intention d’agir contre la délinquance des mineurs, thème rabâché ad nauseam depuis bientôt 10 ans, Nicolas Sarkozy semble oublier les 42 lois contenant des mesures sécuritaires votées depuis 2002 par la droite, soit 10% de tous les textes adoptés sur la période, dont une partie n’a toujours par reçu de décrets d’application. Un constat de carence masqué par les accents populistes d’un discours jouant une nouvelle fois sur le seul registre de l’émotion.

 

En réponse aux magistrats, Nicolas Sarkozy a affirmé que les moyens de la justice avaient augmenté sur les dernières années, passant sous silence la forte augmentation parallèle du nombre de procédures et surtout le fait ces moyens restent sans commune mesure avec ceux des pays comparables : la France ne consacre que 58€ par an et par habitant à ses tribunaux (ministère public et aide judiciaire comprise) contre 72€ en Italie, 75€ en Angleterre, 86€ en Espagne et 114€ aux Pays-Bas. Notre pays compte 9 juges professionnels pour 100 000 habitants, contre 20 en moyenne en Europe.

 

Faisant porter aux 35h une lourde part de responsabilité dans la désindustrialisation de la France, le Président de la République dédouane à bon compte son gouvernement, dont l’absence de politique industrielle, de soutien aux grandes filières publiques comme au PME est en réalité responsable au premier chef de cette évolution. Les 35h, couplées à l’annualisation du temps de travail, ont, faut-il le rappeler, permis de créer 350 000 emplois entre 1998 et 2002 et freiné l’augmentation du nombre de contrats précaires, en offrant davantage de souplesse à notre industrie.

 

Les promesses annoncées d’offrir une formation à chaque chômeur et de développer l’apprentissage se heurtent à la forte réduction des budgets des conseils régionaux, premiers financeurs de la formation professionnels, aujourd’hui pratiquement privés de la possibilité de lever l’impôt et soumis au bon vouloir d’un Etat de plus en plus chiche. Aucune solution en revanche pour le service public de l’emploi, insuffisamment doté et totalement engorgé face à un chômage qui continue d’augmenter en France alors qu’il baisse dans plusieurs pays européens.

 

Malgré la mobilisation des enseignants, dont les conditions de travail se dégradent fortement, malgré l’augmentation prévisible du nombre d’élèves, Nicolas Sarkozy maintient sans surprise sa désastreuse politique de réduction massive des effectifs de l’Education nationale, en évoquant des embauches trop généreuses au début de la décennie, alors même que le budget de ce ministère a moins augmenté entre 2000 et 2007 que dans les pays comparables.

 

Evoquant la dépendance, Nicolas Sarkozy propose de recourir à l’assurance privée pour financer ce risque, suivant là la logique à l’œuvre dans le domaine de la santé, et dont on peut constater chaque jour les effets catastrophiques pour les Français les plus modestes ou les plus éloignés des grandes villes, peu à peu privés d’une médecine de qualité.

 

Partisan du même immobilisme que son prédécesseur sur les questions agricoles, Nicolas Sarkozy se contente de défendre le maintien de la PAC quand la productivité de la filière et la qualité de nos produits sont en cause, faute de soutien public à la transformation de nos exploitations. Avec 2% de production biologique, la France est ainsi en queue de peloton des grands pays agricoles européens.

 

Le Président de la République a enfin défendu ses deux ministres coupables d’avoir profité pendant leurs vacances personnelles des largesses, pour l’une d’un homme d’affaires tunisien proche de Ben Ali, pour l’autre du président égyptien Moubarak. De telles pratiques, qui coûteraient ailleurs leur poste aux ministres concernés, sont donc considérées par celui qui promettait une République irréprochable comme d’anodines maladresses.

 

Du manque de cohérence politique du Président de la République ou de sa moralité à géométrie variable, difficile de dire ce qui est le plus inquiétant pour l’avenir de notre pays. Les socialistes, pour leur part, présenteront le 28 mai aux Français leur projet présidentiel, bâti depuis un an avec des experts, des professionnels et de nombreux citoyens, et leur ambition d’une présidence de la République digne et éthique, à même de retrouver le respect des citoyens français et l’estime des partenaires de la France.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article