Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 22:23
"1000 milliards d'impots prélevés par an en France, c'est le montant le plus élevé du monde. Celà montre just que ceux qui gèrent l'argent public n'ont pas la compétence ou le sérieux pour le faire "

je vous le donne en mille
c'est ...


Alain Lambert sénateur  UMP et président du Conseil Général de l'Orme , (au sujet de la nouvelle taxe pour financer le RSA )

il y a du rififi à l'UMP !!

Repost 0
Published by jean schepman - dans Qui a dit quoi
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 11:19

Depuis des années, je me bats au niveau national avec de nombreux collègues Vice Présidents de Conseils Généraux pour permettre la récupération de l'Eau de Pluie.
La loi sur l'Eau le prevoyait mais depuis maintenant plus d'un an, on attendait avec impatience le décret d'application.
Ce 1er septembre la bonne nouvelle est tombée:

Eaux de pluie: l’arrêté sur les utilisations enfin publié
01/09/2008 09:49
Les eaux de pluie pourront servir à alimenter les toilettes, à laver le sol, ainsi que le linge mais sous certaines conditions. Les professionnels sont soulagés de ce cadre légal qui, espèrent-ils, fera augmenter les ventes des équipements de récupération et d’utilisation.
Il était attendu depuis plusieurs mois. L’arrêté relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments vient d’être publié au Journal officiel. Il succède enfin à l’arrêté introduisant un crédit d’impôt sur les installations (1), et précise les types d’usages autorisés, et les conditions d’ installation, d’entretien et de surveillance des équipements. Cette nouvelle ravit les professionnels du secteur, qui attendaient avec impatience l’aval des autorités. «Maintenant, on existe vraiment, avec un cadre légal. Auparavant, on naviguait à vue», se réjouit Valéry Jimonet, président du Syndicat national des acteurs de la récupération d’eau de pluie (Snarep).
http://www.snarep.fr/

L’utilisation
d’eau de pluie est interdite à l’intérieur de certains établissements (2), et elle est autorisée pour les usages professionnels et industriels, sauf ceux qui nécessitent de l’eau destinée à la consommation humaine. L’eau peut être récupérée à l’aval des toitures inaccessibles et utilisée pour des usages externes tels que l’arrosage des espaces verts. A l’intérieur des bâtiments, elle peut servir à l’évacuation des excrétas au niveau des toilettes, et au lavage des sols. Le lavage du linge à partir des eaux de pluie est également autorisé mais à titre expérimental, à condition qu’un traitement adapté soit installé et d éclaré au ministère chargé de la santé par le metteur sur le marché. Selon le ministère chargé de la santé, cette déclaration des industriels lui permettra «de saisir l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) pour analyse des risques éventuels que peuvent poser ces dispositifs», et «la réglementation pourra alors être adaptée en fonction des ces conclusions». L’ installateur est par ailleurs tenu de garder la liste de ce type d’installations à disposition du ministère.

 

Selon Valéry Jimonet, l’arrêté vient légaliser des pratiques qui existent déjà sur le terrain, et les prescriptions techniques désormais imposées sont déjà respectées par les membres du Snarep. Les professionnels s’attendent toutefois, grâce à la publication de l’arrêté, à un fort développement des installations. « Une norme de réutilisation/récupération des eaux de pluie est en train de se mettre en place, et nous participons pour cela à la Commission de normalisation sur les performances, installation et maintenance des systèmes de récupération et d’utilisation des eaux de pluie à l’Afnor», indique Valéry Jimonet.

 

Pour le ministère chargé de l’environnement, «la récupération des eaux de pluie pré sente un intérêt en limitant les impacts des rejets d’eau pluviale en milieu urbain, face notamment à la croissance de l’imperméabilisation des sols et aux problèmes d’inondation qui peuvent en découler». Pourtant, c ’est l’aspect sanitaire qui a surtout alimenté les discussions pour la rédaction du nouvel arrêté , le ministère chargé de la santé ayant mis en avant les risques que peuvent présenter certains usages domestiques des eaux de pluie. Selon lui, l'arrêté est «l'aboutissement d'un travail interministériel conciliant la nécessité de répondre à l'engouement croissant que connaît la récupération de l'eau de pluie (…) et la nécessit é de garantir la sécurité sanitaire des consommateurs dans l'utilisation d'une eau qui n'est pas potable». Il affirme vouloir «rester vigilant dans l’application de cette réglementation, afin de conserver les acquis en terme d’hygiè ne publique obtenus par l’alimentation en eau potable de l'ensemble de la population française, depuis l'après-guerre ».

 

(1) Arrêté du 4 mai 2007 pris pour l'application de l'article 200 quater du code général des impôts relatif aux dépenses d'équipement de l'habitation principale et modifiant l'article 18 bis de l'annexe IV à ce code, J.O. du 29 août 2008

 

(2) les établissements de santé et les établissements, sociaux et médico-sociaux, d’hébergement de personnes âgées; les cabinets médicaux, les cabinets dentaires, les laboratoires d’analyses de biologie médicale et les établissements de transfusion sanguine; les crèches, les écoles maternelles et élémentaires

Principales mesures
• Dans les bâtiments, la présence de robinets de soutirage distribuant des eaux de qualité diffé rentes est interdite dans la même pièce, sauf dans les caves, sous-sols et autres pièces annexes.
• Le raccordement temporaire ou permanent du réseau d’eau de pluie au réseau de distribution d’eau potable est interdit. Toutefois, un appoint est possible lorsque le réservoir d’eau de pluie est vide, via un système de disconnexion par surverse totale installé de façon permanente.
• Une plaque de signalisation sur laquelle est inscrit le message «eau non potable» accompagné d’ un pictogramme «explicite» doit être apposées près des points de soutirage d’eau de pluie non potable.
• Les eaux de pluie utilisées dans les bâtiments et rejetées dans les égouts sont soumises à la taxe d’assainissement, les propriétaires devant déclarer ce type d’usage à la mairie. Le volume d’eau de pluie utilisé est calculé via un système d’évaluation obligatoire pour les installations raccordées au réseau collectif d’assainissement.

Repost 0
Published by jean schepman - dans développement durable
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 10:06

 

Embuscade du 18 août : la version des talibans

France Info - 09:09

Le journaliste Eric de la Varenne, collaborateur de France Info en Afghanistan, est allé à la rencontre des fondamentalistes qui ont donné "leur" version des faits. Dix soldats français avaient trouvé la mort au cours de cette embuscade.  

D’après les propos recueillis par Eric de la Varenne, le groupe de talibans rencontré a notamment expliqué qu’ils avaient été prévenus de l’arrivée d’une patrouille française.
Les fondamentalistes afghans avaient revendiqué l’attaque.

©RADIO FRANCE/ Valerie Crova

Ils ont également réitéré leurs menaces à l’encontre des forces françaises participant à la force de coalition Isaf. Environ 3.000 hommes sont toujours déployés à Kaboul, et dans l’ouest du pays.

Le récit, en direct ce matin, d’Eric de la Varenne  (2'39")
 
Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 09:45

Franchement on s'en moque un peu, tant mieux pour elle . 
sur France Inter, on parle d'un plan de com bien organisé à ce sujet !!!

Rachida Dati ne veut pas parler de son éventuelle grossesse

L'histoire du jour

LaDepeche.fr | 03 Septembre 2008 | 08h18

C'est à la sortie du premier conseil des ministres restreint la semaine dernière qu'un détail a attiré les regards. Là, sur le perron de l'Élysée, alors que Roselyne Bachelot arborait une paire de sabots roses, une autre femme est remarquée. Les regards se posent surRachida Dati, qui présente quelques petites rondeurs, dissimulées sous un ensemble noir très chic, comme à son habitude.

La rumeur est lancée et une question se pose : la Garde des Sceaux attendrait-elle un heureux événement ? En visite à la prison de Fleury-Mérogis, la ministre a été interrogée sur son éventuelle grossesse mais elle a n'a répondu à aucune question avec précision. Rachida Dati a rétorqué : « ce n'est ni le lieu, ni l'endroit, ma vie personnelle est ma vie personnelle ». Une réponse directe, qui ne dit pas oui, mais qui ne dit pas non plus… Alors qu'une journaliste la relance sur le sujet, « mais ce serait une bonne nouvelle ? », la ministre réussit une fois de plus à éluder la question en déclarant : « la bonne nouvelle c'est que nous favorisons la réinsertion des personnes détenues pour lutter contre la récidive » et a ajouté « moi j'ai un engagement en tant que Garde des Sceaux, c'est de lutter contre la délinquance ». Interrogé sur la possibilité de grossesse de Mme Dati, son porte-parole s'est contenté d'un « pas de commentaire ».

Info ou intox ? Seul le temps confirmera ou infirmera la rumeur.

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 09:31
Cela fait même très peur
Attention , mes amis vous risquez d'être fichés si vous continuez à me soutenir
....

Edvige, le fichier scandaleux

Éditorial

Jean-Claude Souléry | 03 Septembre 2008 | 08h13
 

Vous êtes-vous demandé si, par hasard, vous étiez fichés à la police ? « Bien sûr que non ! Et d'abord, pour quelles raisons ? Nous sommes tous d'honnêtes citoyens ! »… ça pourrait vite changer…

La manie du fichage est une vieille obsession qu'on prête généralement aux régimes autoritaires. Ce qui se passe aujourd'hui en France est d'une nature inquiétante. Insidieuse - et peut-être, un jour, dangereuse.

Le nouveau fichier Edvige (1), institué en juillet, s'apparente à un énorme instrument de contrôle qui concerne ou pourrait concerner des millions de Français, vous et moi - dès l'âge de 13 ans. Edvige, qui remplace l'ancien fichier des Renseignements généraux, doit en effet recenser des informations sur tous les citoyens ayant « sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique » - ou jouant « un rôle institutionnel, économique, social ou religieux ». À ce titre, le fichier doit mentionner : les coordonnées personnelles des citoyens ainsi désignés, leurs adresse, téléphone, e-mail, l'immatriculation de leurs voitures, des informations fiscales, l'état du patrimoine, les origines, les opinions philosophiques, politiques ou religieuses, mais également… les noms de leurs amis et relations ! Pire encore : dans un premier temps, Edvige devait aussi noter leur état de santé et leur « orientation sexuelle », mais, devant les premières protestations, ces mentions ne seront désormais enregistrées qu'à « titre exceptionnel »… Au fait : que veut dire « à titre exceptionnel » ?

Le défi de la sécurité et la menace du terrorisme paralysent aujourd'hui nos démocraties. En France, pays des droits de l'homme, on admet bien entendu que le fichier génétique permette d'arrêter quelque abominable assassin d'enfant. On admet également que la vidéosurveillance, de plus en plus étendue aux carrefours des villes, puisse résoudre diverses affaires d'agressions. On admet à la rigueur que certains individus et quelques rares organisations, « susceptibles » de porter atteinte à l'ordre public, soient étroitement surveillés. Peu à peu, le fameux sentiment d'insécurité pousse ainsi nos sociétés à tailler quelques encoches dans nos libertés individuelles, tout comme les attentats autorisent nos démocraties à se doter de lois de plus en plus répressives et des moyens qui vont avec. Soit.

Edvige, en revanche, permet un fichage de masse performant et rapide - bref un contrôle de la société jamais atteint dans l'histoire. On fiche le mauvais garnement puis le « mauvais » sans-papier, puis le « mauvais » chômeur, le « mauvais » pratiquant puis le « mauvais » syndicaliste, puis le « mauvais » riche et le « mauvais pauvre » - enfin le « mauvais » Français et ses meilleurs amis.

Un homme aussi peu extrémiste que François Bayrou appelle à un « mouvement de refus républicain » pour y faire « barrage ». Les partis de gauche, les syndicats mais aussi des associations diverses - comme celle des paralysés de France ! -, en tout près de 700 organisations s'insurgent contre la mise en place d'un tel outil. Leur indignation se comprend. C'est aussi la nôtre.

(1) Edvige, initiales de : Exploitation Documentaire et Valorisation de l'Information générale. QUEL JOLI NOM !!!

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 09:19

L’éviction manu militari du coordinateur des forces de sécurité en Corse, Dominique Rossi, après l’intrusion, samedi, d’une cinquantaine de militants nationalistes dans la propriété, à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), de Christian Clavier, ami personnel du Président, suscite un tollé. Les hommes politiques mais aussi les commissaires de police et même les élus corses dénoncent le fait du prince. C’est en effet sur ordre de Nicolas Sarkozy que la ministre de l’Intérieur a décidé de «relever de ses fonctions» Dominique Rossi, 59 ans, «grand flic» corse pourtant réputé «loyal» et «compétent» à ce poste sensible d’adjoint à la sécurité du préfet de région. Il a appris sa mutation-sanction à l’IGPN (la police des polices) lundi soir, par un coup de fil du cabinet de Michèle Alliot-Marie, qui a justifié la punition par sa «mauvaise gestion» de l’occupation de la villa de Christian Clavier.

Bon enfant. A l’issue d’une manifestation contre le projet de Padduc (Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse), qui doit être discuté cet automne à l’Assemblée de Corse, les militants nationalistes ont poussé jusqu’au domaine de Punta d’Oro, le lotissement sélect du président de l’Assemblée de Corse et député de Porto-Vecchio, Camille de Rocca Serra (UMP) : «Il est le promoteu r de ce lotissement, il y est propriétaire et, en tant que président de l’Assemblée de Corse, il fait le Padduc que nous combattons», explique Jean-Guy Talamoni, leader de Corsica nazione indipendente (CNI). «En plus, il est ami avec Christian Clavier et Nicolas Sarkozy. Tout cela sent la république bananière !» Une fois sur place, les manifestants se rendent chez Christian Clavier, absent. «Nous n’avons rien contre lui mais il est caractéristique des étrangers fortunés qui font grimper les prix du marché immobilier et qui font que les Corses ne trouvent plus à se loger», poursuit Talamoni. L’occupation est symbolique et bon enfant selon les manifestants. Pour Talamoni, «ça s’est passé dans la plus grande décontraction».

A Paris, Nicolas Sarkozy apprend la nouvelle après coup par un appel de Christian Clavier et - selon une source en haut-lieu - «ça le met très en colère. Mécontent de ce qui est arrivé, et de ne pas en avoir été informé, le Président exige une enquête qui détermine rapidement que ses services, avertis de l’occupation par le ministère de l’Intérieur, ne l’ont pas tenu au courant. Et qui révèle au passage la petite faute de Rossi.» L’enquête express du cabinet de MAM montre que Dominique Rossi a été «averti vendredi soir par une note écrite de la Direction centrale du renseignement intérieur du risque que des nationalistes investissent ce lotissement». Or, justifie le cabinet de MAM, «aucune disposition n’a été prise par le coordinateur des services de sécurité intérieure dans l’île afin d’empêcher l’envahissement, alors même qu’il disposait d’un escadron de gendarmes mobiles. Il s’agit d’une erreur d’appréciation d’ordre public». Quand Nicolas Sarkozy, «déjà de très mauvaise humeur, a appris cela», selon notre source en haut-lieu, «il a demandé à virer le fautif» . Le cabinet de MAM ne s’étend pas sur la volonté présidentielle mais lâche juste : «Nous avons échangé avec ses collaborateurs à l’Elysée»… Du côté de l’Elysée, c’est «no comment» : «Il s’agit d’une décision de mutation d’un contrôleur général de police qui relève du ministère de l’Intérieur.» Son successeur a été nommé hier : Gilles Leclair, numéro 3 de la police judiciaire, qui briguait le poste suprême de directeur, déjà réservé pour un autre.

«Injuste». La sanction de Dominique Rossi, ancien expert du renseignement, qui a passé 18 ans à la DST avant d’épauler les préfets délégués à la sécurité en Corse à partir de 1999, a déclenché la foudre des commissaires, qui la jugent «disproportionnée», «injuste». «Son choix a été excellent car il n’y a pas eu de dégâts chez Christian Clavier», soutient Emmanuel Roux, numéro 2 du syndicat des commissaires de police : «Qu’aurait-on fait à Rossi si face à des forces de police lourdes, des manifestants s’étaient rebellés devant la "provocation policière" et avaient cassé le lotissement ? On l’aurait fusillé ?»

Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, juge certes «inacceptable» la violation du domicile de Christian Clavier mais ne veut «pas croire que c’est parce que c’est chez lui qu’il y a sanction», ironise-t-il. De son côté, François Bayrou, président du Modem, dénonce «le fait du prince» et «le copinage avec les puissants» qui, dans le régime actuel, «remplace la raison d’Etat» : «Autrefois, il existait le crime de lèse-majesté. Maintenant, il y a le crime de lèse-copain de sa Majesté.» Talamoni n’en revient pas que sa petite manif tourne à l’affaire d’Etat : «La sanction montre bien comment la Corse est gérée. C’est l’arbitraire total ! D’habitude, c’est nous qui en faisons les frais. Là, c’est un rouage de l’Etat français.» Le procureur de la République d’Ajaccio a ouvert une enquête pour «violation de domicile» sans effraction ni dégradation, et a fait entendre, hier, Christian Clavier et les gardiens de sa villa. L’ami du Président peut ajouter un nouveau sketch à son rôle désopilant dans l’Enquête corse, adaptation de la BD de Pétillon.

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 02:29

sans vouloir dénigrer notre Tzarko 1er, se tenir les mains dans les poches face à un soldat qui pleure ses camarades fait plutot mauvais genre !, heureusement le Figaro veille !
article de Backschich
Le Figaro » apprend le savoir-vivre à Sarkozy

Trucs et astuces / mardi 26 août par Bertrand Rothé

Le Figaro a adroitement coupé une photo de Nicolas Sarkozy, qui avait été shooté en flagrant délit de laisser-aller, les mains dans les poches en face d’un soldat pleurant ses camarades tués en Afghanistan. À chaque année, suffit sa peine : l’année passée, Paris Match avait fait disparaître ses poignées d’amour, au tour du Figaro de lui apprendre la politesse ?

Une des photos que Le Figaro publiait le lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy en Afghanistan, représente le président en train d’écouter un soldat du 8eRPIMa pleurant la mort de ses camarades.

 
Photo tirée de l’édition papier du Figaro du 21 août 2008
© Le Figaro

Cette photo est doublement surprenante.

D’abord, Nicolas Sarkozy a un regard un tantinet hautain. Le lecteur attentif pourra y voir une pointe de dédain, voire un rictus légèrement méprisant. Regarde-t-il de haut ce militaire plié par la douleur ? Difficile de dire où se porte le regard du président. Regarde-t-il de travers le jeune homme en pleurs, ou montre-t-il son indifférence ? Le lecteur a le choix entre deux interprétations. Un, que Sarkozy est en train de penser « mais quel est ce militaire qui ne sait pas se tenir, on peut assister à la mort de ses camarades sans se répandre ainsi… » . Deux, que le président s’impatiente : « C’est pour voir des hommes en pleurs que l’on m’a dérangé pendant les vacances ? »

Cette interprétation serait bien malveillante si le président n’écoutait pas les mains dans les poches ce jeune homme en larmes.

La direction du Figaro s’est très certainement aperçue de sa bévue. Les parents des soldats envoyés en Afghanistan s’en sont d’ailleurs plaints à Bakchich, jugeant cette posture « indécente ». Mais c’est la seule photo existante qui met en scène Sarkozy aux côtés d’un soldat en larmes.

Les professionnels savent que la souffrance créé l’empathie des lecteurs. C’est sans doute pour cela que Le Figaro utilise cette photo une deuxième fois dans Le Figaro Magazine du 23 août dernier. Cette fois-ci, le journal est plus précautionneux, l’image est cadrée plus serrée. Du coup, le président de la République n’a plus les mains dans les poches !

 
Photo tirée du Figaro Magazine en date du 23 août 2008
© Le Figaro

L’honneur est sauf et l’histoire davantage cohérente. Le jeune parachutiste peut continuer à pleurer ses camarades morts pour la France, et le Président de la République peut souhaiter que l’armée intensifie son « combat contre le terrorisme ».

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 02:15

Dégel de l'Arctique, et ses Multiples...."Conséquences"

Dans l’Océan Arctique, la diminution des glaces constatée, en ce mois d’Août 2008, est la plus forte depuis près de 30 ans !!
 

Depuis le début du mois, les glaces de l’Arctique, ont reculé de plus de 2 millions de km2 !

 Depuis 2005, c’est 25% de la surface des glaces qui a disparu ! 

Ce qui fait dire aux scientifiques, qu’aux alentours de 2030, l’océan Arctique, sera navigable l’été !! 

Certains pays se frottent les mains, car la fonte des glaces rend accessible les fonds marins riches en pétrole. 

La  banquise tout au Nord sera, « peut-être » bientôt recouverte de forages !

 Les cinq pays qui bordent l’Arctique, cherchent donc à marquer leur territoire !

 Pire : le Canada et la Russie ne cessent de militariser la zone pour affirmer leurs prétentions !

 En ces temps « écolo-responsables », on pourrait croire que c’est une provocation !

Mais la tentation est immense, comment renoncer à quelques 100 Milliards de barils de pétrole, quand on sait que partout dans le Monde, les automobilistes se plaignent du prix de l’essence. 

Il faut savoir qu’économiquement à 140 dollars le baril, aller chercher le pétrole sous la banquise polaire devient très rentable !

 L’an dernier, le Canda a annoncé qu’il allait construire huit navires patrouilleurs pour réaffirmer sa souveraineté sur le Nord du pays. 

Les Russes, eux, ont planté un Drapeau en titane inoxydable au fond de l’eau, sous le Pôle Nord, une façon de montrer que le sol et le sous-sol leur appartenaient.

 Bref, la Batialle commence, BP, et TOTAL, sont déjà sur les rangs ! 

Vous imaginez le DESASTRE écologique sur la flore polaire, en cas de marée noire !

 Cette situation sans précédent sonne le glas pour les espèces animales de la région…

Selon un rapport scientifique Américain, le plus grand prédateur terrestre, encore en vie, l’Ours Polaire pourrait quasiment disparaître, en l’espace d’une génération, 
La fonte des glaces de l’Arctique  est un ultime avertissement préfigurant le dégel  des sols  de la Région,  qui relâcheraient des quantités de méthane dans l’atmosphère, aggravant le réchauffement climatique, qui est (on le voit bien avec l’Arctique) le plus Grand Défi de l’Histoire Humaine !!

Repost 0
Published by jean schepman - dans développement durable
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 01:32

(Merci à Marc P!!!)

Nous avons un ministre de l'Education Nationale qui ne sait pas faire un calcul élémentaire: une simple règle de trois.

L'exercice, que tout élève devrait savoir faire en fin de sixième, était le suivant:

4 stylos coûtent 2,42 euros. Combien coûtent 14 stylos?

Ma grand-mère, qui avait arrêté l'école à l'âge de 12 ans, aurait su faire! Mais notre ministre de l'Education Nationale, NON! Ma grand-mère lui aurait hurlé: Reviens à l'unité! Calcule d'abord le prix d'un stylo! Et aurait ajouté: Boubourse!
Voir le site suivant...ce n'est pas une blague! Hélas!

http://eppee.ouvaton.org/article.php3?id_article=540

Mais pour les suppressions de postes, il y va... il doit confondre dizaines de postes et milliers de postes!

Repost 0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 01:21

Un rapport très critique sur l'embuscade en Afghanistan

Dans son édition de mercredi, le Canard enchaîné publie des extraits d'un rapport confirmant, selon lui, les critiques sur la conduite de l'opération et les moyens mis à la disposition du détachement pris dans une embuscade des taliban le 18 août, et dont dix hommes ont été tués.

le canard enchaîné maintient que quatre soldats ont été capturés et exécutés par les taliban qui ont tendu une embuscade meurtrière à des militaires français en Afghanistan le 18 août.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire publie en outre des extraits d'un rapport confirmant, selon lui, les critiques sur la conduite de l'opération et les moyens mis à la disposition du détachement, dont dix hommes ont été tués.

A l'appui de la thèse sur la capture de soldats, démentie par les autorités militaires, Le Canard enchaîné publie un extrait précisant que des corps de militaires français ont été retrouvés alignés, comme les victimes d'un peloton.

Interrogé par l'hebdomadaire, un officier en poste au ministère de la Défense avance notamment que "les rebelles adorent la mise en scène" et "ont peut-être voulu faire des photos".

Autre hypothèse, les cadavres auraient peut-être été mis de côté pour être emportés, avant que les occidentaux revenus en force sur les lieux des combats ne les en empêchent.

L'hebdomadaire réaffirme que tous les soldats ne sont pas morts dans les premières minutes, comme l'ont affirmé le ministre de la Défense, Hervé Morin, et le "patron" des armées, le général Jean-Louis Georgelin, au lendemain de l'embuscade.

D'autres extraits du rapport, émanant d'une cellule de renseignement français, la Frenic (French national intelligence cell), semblent confirmer le retard avec lequel sont parvenus des renforts en combattants et en munitions.

"Est-il normal que des professionnels s'engageant dans une opération de reconnaissance en profondeur de plusieurs jours soient à cours de munitions dès le premier accrochage ?", peut-on lire.

De même, les auteurs du document demandent pourquoi le "timing des engagements de riposte" a été "aussi mal géré avec si peu de matériel mis à disposition".

En réponse au général Benoît Puga, qui a estimé que les taliban avaient reçu une "sacrée raclée", évoquant 40 puis 80 tués dans leurs rangs, Le Canard enchaîné avance que les militaires français ont trouvé sur place un seul cadavre.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article