Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 23:52

Il s'augmente son indemnité de 170 % et baisse les allocations pour les familles !
Ce qui fait presque rire (jaune), c'est de penser à toutes celles et ceux qui ont voté pour lui, NS  le président du pouvoir d'achat et qui vont voir leurs  allocs baisser !!!

Economie

François Fillon confirme la majoration unique des allocations familiales

Le Premier ministre François Fillon a confirmé mercredi soir qu'une majoration unique des allocations familiales à 14 ans sera instaurée à compter du 1er mai prochain, mettant ainsi à terme à un nouvel épisode de cacophonie sur la politique familiale du gouvernement. Pour les futures familles bénéficiaires, cette mesure pourrait se traduire par des allocations diminuées d'environ 600 euros par an.

"Alors que les allocations familiales étaient jusqu'ici majorées de 33,51 euros à partir de l'âge de 11 ans et de 59,57 euros à partir de 16 ans, la majoration sera désormais unifiée et le montant sera augmenté de 59,57 euros dès l'âge de 14 ans", explique le chef du gouvernement dans un communiqué. "Un décret en ce sens sera publié dans les tout prochains jours".

Le gouvernement a choisi une majoration unique à 14 ans car c'est à "cet âge que les dépenses des familles augmentent, comme l'ont montré de nombreuses études sur les dépenses des familles, notamment celles de l'INSEE", selon M. Fillon, qui précise que la mesure ne concernant que "les nouveaux bénéficiaires".

Cette annonce du Premier ministre intervient alors que le porte-parole du gouvernement Luc Chatel avait affirmé à l'issue du conseil des ministres que rien n'était "prévu pour l'instant" sur le sujet. Après le communiqué de Matignon, la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano a assuré sur France-2 que "ce n'est pas du tout un couac gouvernemental. Nous sommes complètement sur la même ligne avec Luc Chatel".

Le gouvernement avait pourtant présenté le 5 février dernier au conseil d'administration de la CNAF un projet de décret en ce sens avec application au 1er mai. Le quotidien "Le Monde" est revenu dans son édition datée de jeudi sur ce texte, présenté comme un décret, "passé inaperçu", réformant les bonifications accordées pour les adolescents qui ne seraient plus versées dès les 11 ans, mais après 14 ans.

Ce projet de décret avait déjà provoqué de vives réactions syndicales et la désapprobation du conseil d'administration de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) lors de sa présentation pour avis consultatif le 5 février. La CNAF avait alors elle-même fait part de sa "vive insatisfaction" dans un communiqué de presse.

En France métropolitaine, les allocations familiales sont actuellement versées dès le deuxième enfant sans condition de ressources. Elles sont versées aux familles jusqu'à ce que les enfants aient 20 ans, et sont majorées à 11 et 16 ans. A compter du 1er mai, une seule majoration sera désormais versée à 14 ans.

"Il ne s'agit en aucun cas pour l'Etat de faire des économies sur les dépenses de la branche famille: l'argent récupéré grâce à cette réforme servira à financer d'autres mesures en faveur des familles, et notamment la garde des jeunes enfants", explique le Premier ministre.

En particulier, souligne-t-il, "dès le 1er mai, l'allocation pour garde d'enfants versée aux familles qui font garder leurs enfants par une assistante maternelle sera majorée. Le reste à charge de ces familles sera alors de 50 euros, alors qu'il était jusqu'à présent supérieur à celui supporté par les familles dont les enfants sont gardés en crèche, y compris pour les familles modestes".

La CNAF estime que cette mesure va conduire à une économie de 138 millions d'euros par an "au détriment des familles", selon son communiqué le 5 février. Selon elle, les allocations en moyenne passeront de 4.918 euros entre les âges de 11 et 20 ans à 4.331 euros entre 14 et 20 ans, soit une baisse d'environ 600 euros.

"Nous sommes opposés à cette mesure", a réagi sur France-Info François Fondart, président de l'Union nationale des associations familiales (UNAF). "Sur les cinq années (entre 11 et 16 ans, NDLR), ce sont 600 euros que les familles ne toucheront pas".

Dans un communiqué, le Parti socialiste a estimé qu'après le cafouillage révélateur à propos de la carte 'familles nombreuses', le gouvernement semble récidiver dans sa politique de rigueur et d'austérité", laquelle "consiste toujours à s'en prendre aux plus faibles, notamment aux familles et au monde du travail".

A l'intérieur de la majorité, le député UMP Jean-Frédéric Poisson, suppléant de la ministre du Logement Christine Boutin, a demandé mercredi au gouvernement de "revenir sur cette décision", en critiquant "une mauvaise idée". 

 

 

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 15:39
Après m'être rendu au bureau de la Maison Départementale de Dunkerque, je me suis rendu ce midi au repas du club du 3ème âge à Les Moëres en présence de Monsieur le Maire Hervé Laniez, j'ai passé un agréable moment dans une ambiance sympathique et conviviale.
J'ai ensuite rendu visiste à la partie de pêche organisée par le Syndicat d'Initiative et la Gaule Ghyveldoise où j'ai donné des lots aux 22 enfants présents.
Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 22:11
c'est un député ( dépité ) UMP.

Sarkozy: "Une année de déception", pour Georges Tron (UMP)

AP | 15.04.2008 | 20:42

Georges Tron, député UMP de l'Essonne, estime que la première année de Nicolas Sarkozy à la présidence "est une année de surprises et finalement de déception" et "crain(t) à court terme des déconvenues", dit-il dans un entretien publié dans l'édition de mercredi de "France-Soir".

"Je crains à court terme des déconvenues et je pense qu'il serait utile de rechercher des économies en revoyant par exemple les aides apportées aux grandes entreprises ou celles dispensées aux collectivités territoriales", déclare le député villepiniste.

"Je ne vois pas réellement des réformes d'ampleur nécessaires pour faire face à cette crise. Je reconnais bien volontiers à Nicolas Sarkozy sa volonté de réforme. Mais celles-ci généreront dans un premier temps plus de dépenses que d'économies", prédit-il.

Georges Tron critique également la façon dont sont traités les députés de la majorité. "Nous avons l'impression que nous ne sommes plus écoutés comme nous le devrions, et que l'Assemblée est transformée en chambre d'enregistrement", lance-t-il.

"Aujourd'hui, une grande partie de la majorité s'interroge et fait part de ses inquiétudes (mais) la moindre critique est le plus souvent interprétée comme une attaque personnelle, ou un manquement à une solidarité obligée", juge-t-il, alors que selon lui "la profusion des idées serait profitable à la majorité si aujourd'hui l'UMP cherchait réellement à l'organiser". AP

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 21:59

« Ponant », un retour bien huilé

 

Tapis rouge, un Président le pouce levé, des familles en larmes à quelques dizaines de mètres des caméras : le retour des ex-otages du Ponant hier soir, s'est déroulé à merveille à l'aéroport d'Orly. A 19 h 40 pile, vingt minutes avant le début des JT, les membres de l'équipage du voilier français pris d'assaut par des pirates somaliens la semaine dernière ont pu être accueillis en « héros ». Normal, tout avait été prévu pour.
 
« Tout le programme a été monté pour que les otages arrivent à 20 h à Paris, pour les journaux télévisés, a indiqué à l'AFP un responsable militaire sous couvert d'anonymat. La Jeanne a avancé à plein moteur, et l'opération héliportée visait aussi à accélérer le transfert. »

Sur le tarmac, que de belles images. Outre les poignées de main présidentielles, les étreintes des familles avec leurs proches, dont certains toujours en tee-shirt et en short, ont duré une bonne dizaine de minutes. Bronzé, le capitaine du voilier, Patrick Marchesseau, un beau gosse tout sourire enlace sa fiancée, puis s'avance vers les caméras. Ses premiers mots sont pour Ingrid Betancourt : « Pendant notre période de détention 4 étoiles, nous avons pensé à elle, on était coupés du monde, mais aujourd'hui, c'est extraordinaire. »

Nicolas Sarkozy passe derrière lui, direction le salon d'honneur, pour discuter avec les familles. Le capitaine applaudit le chef de l'Etat. Les caméras ne manquent rien de la scène.

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 21:48
Appelés à tort bio-carburants dans cet article !!!
la tendance que j'avais décélée lors des dernières réunions du Grenelle à Paris se confirme.

biocarburants accusés d'exacerber la crise alimentaire.

C'est une dénonciation sans appel : "La fabrication de biocarburants est aujourd'hui un crime contre l'humanité." Jean Ziegler, le rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation, accuse les pays développés d'être responsables de l'importante inflation qui touche les denrées alimentaires. Une flambée des prix qui a entraîné des "émeutes de la faim" à Haïti et dans plusieurs pays d'Afrique et d'Asie.

Le rapporteur spécial vise plus particulièrement la politique de subventions aux cultures destinées aux biocarburants mise en place par les pays développés. "Quand on lance, aux Etats-Unis, grâce à 6 milliards de subventions, une politique de biocarburant qui draine 138 millions de tonnes de maïs hors du marché alimentaire, on jette les bases d'un crime contre l'humanité pour sa propre soif de carburant", explique-t-il dans une interview au quotidien Libération. Plus rentables parce que subventionnées, les cultures destinées à la fabrication de biocarburants tendent à remplacer les cultures alimentaires, provoquant une raréfaction de produits de base comme le maïs, et donc une augmentation des prix.

Les biocarburants sont élaborés à partir de graisses et de sucres tirés de végétaux comme le blé, le colza, le maïs ou la betterave, qui sont également cultivés pour l'alimentation. Les futures générations de biocarburants devraient utiliser des résidus – fanes ou pailles – de ces aliments, mais ils sont encore loin d'être prêts techniquement.

L'UE DIVISÉE SUR LES SUBVENTIONS AGRICOLES

Plusieurs dirigeants européens, dont le chef du gouvernement italien Romano Prodi, ont dénoncé le fait que les cultures destinées à la fabrication de biocarburants bénéficient d'aides importantes. Une position soutenue par la Grande-Bretagne, qui demande la suppression de ces subventions.

L'Union européenne prévoit de porter à 10 % la part de biocarburants utilisés dans les transports dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. L'Agence européenne de l'environnement avait recommandé une suspension de cet objectif vendredi 11 avril ; une éventualité démentie par le Commissariat à l'environnement lundi 14.

La France, qui doit prendre la présidence de l'Union au second semestre, a d'ores et déjà annoncé qu'elle lancerait une discussion sur la place des biocarburants dans la politique agricole commune. Le ministre de l'agriculture Michel Barnier souhaite également renégocier le fonctionnement des aides au développement, dans le cadre d'une "initiative européenne pour la sécurité alimentaire". Les négociations devraient s'avérer complexes, l'Union étant notamment divisée sur le maintien de barrières douanières, contestées par l'Organisation mondiale du commerce mais défendues par plusieurs pays dont la France.

Repost 0
Published by jean schepman - dans développement durable
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 18:53

Mr Becquet a été élu président de la CCF (il est maire d'Uxem, commune de la CCF,mais qui fait partie  d'un autre canton) avec 20 voix, 5 voix à  Mr Brongniart, maire de Rexpoede , et 4 à Mr Decool , maire de Ghyvelde .
Je lui présente mes félicitations et espère que nous pourrons travailler ensemble même si sa commune ne fait pas partie du canton !

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 12:39

Hausse de 0,8% des prix en février, selon l'INSEE

AP | 15.04.2008 | 08:58

L'indice des prix à la consommation des ménages s'est accru de 0,8% en février après une hausse de 0,2% le mois précédent, selon les chiffres publiés par l'INSEE, mardi.

Dans son communiqué, l'Institut national de la Statistique et des Etudes économiques précise qu'il faut remonter à 1987 pour trouver une progression mensuelle au moins aussi importante (+0,9%).

Sur un an, les prix ont progressé de 3,1% après +2,8% en février. AP

Repost 0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 12:12
Sondages: Sarkozy retombe, Kosciusko-Morizet plébiscitée
Après le psychodrame sur les OGM de la semaine dernière, 8 Français sur 10 soutiennent la secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Dans un autre sondage, Sarkozy est en baisse (-3) comme Fillon (-4).
Je connais les problèmes de la Camargue !!!
au lieu d'y parader Tzarko 1er  ferait mieux de financer les travaux nécessaires (comme chez nous !!!) pour empêcher ou au moins retarder les invasions marines dans le delta du Rhone !!! 
Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 12:06

Smic : il ne serait plus obligatoire

Il concerne deux millions de salariés


Le Smic ne serait plus obligatoire

Quand les prix augmentent trop, le Smic suit. Le gouvernement voudrait qu'il n'en soit plus ainsi.


La publication, aujourd'hui, du chiffre de l'inflation en mars pourrait entraîner une augmentation du Smic dès le 1er mai, sans attendre l'habituelle revalorisation de juillet. Si la hausse des prix atteint 2 % depuis mai 2007, le Smic augmentera, sans attendre, dans les mêmes proportions. La mesure concerne deux millions de salariés, actuellement payés 1 000 € net par mois... à condition d'être à temps plein.


Le côté « automatique » de cette augmentation incite le gouvernement à revoir les mécanismes de fixation du salaire minimum. Actuellement, son calcul, établi au 1er juillet, prend en compte la hausse des prix de mai à mai et la moitié des gains de pouvoir d'achat du salaire ouvrier.


Or, un groupe d'économistes vient opportunément apporter de l'eau au moulin de Bercy. « Inefficace pour réduire les inégalités », un Smic « trop élevé » conduirait à un « tassement global des salaires » et « réduirait le dialogue social ». Et, en plus, coûterait cher en allégements de charges accordées aux entreprises (20 millions d'euros par an).


Le rapport propose donc benoîtement de ne plus retenir le pouvoir d'achat du salaire ouvrier dans le mode de calcul. Avec ces critères là, au 1er juillet 2007, l'augmentation du Smic n'aurait été que de 1,2 % au lieu de 2,1 %.


Source : Ouest-France


Repost 0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 11:44
Berlusconi annonce des jours très difficiles pour l'Italie
il n'en a bien sur rien  dit avant le vote  !
La gauche doit se reconstruire et vite !
élections en italie

A peine élu, Berlusconi annonce des mois difficiles pour l'Italie

Le conservateur Silvio Berlusconi a obtenu un troisième mandat de président du Conseil avec une majorité plus forte que prévu. Il a aussitôt averti qu'il ne serait pas facile de régler les problèmes économiques du pays. Et il dit vouloir sauver Alitalia.

La droite italienne dirigée par le milliardaire Silvio Berlusconi a largement remporté les élections législatives, en obtenant la majorité absolue au Sénat et à la Chambre des députés, selon les projections des instituts de sondage et des résultats partiels lundi soir. D'après les résultats du ministère de l'Intérieur portant sur 55.600 des 60.000 bureaux de vote (hors vote des Italiens de l'étranger), la coalition de droite dirigée par Silvio Berlusconi obtient 47,1% des voix au Sénat contre 38,1% au centre-gauche de Walter Veltroni, l'ex-maire de Rome.

En termes de sièges, la droite a obtenu la majorité absolue au Sénat avec 171 sièges sur 315. C'était l'enjeu crucial du scrutin qui s'est déroulé dimanche et lundi, car le contrôle de cette chambre est indispensable pour gouverner. La droite a également gagné à la Chambre des députés avec 340 élus sur un total de 630.

Silvio Berlusconi a salué sa victoire: "Oui nous avons gagné, et c'est ce que je n'ai cessé de dire pendant toute la campagne électorale", a-il déclaré. "Je vais gouverner pendant cinq ans", a-t-il affirmé, annonçant "des mois difficiles" qui "demanderaient un grand courage" de la part des Italiens. Auparavant Walter Veltroni avait reconnu sa défaite, estimant que le résultat était "clair".

C'est la troisième fois que Silvio Berlusconi, 71 ans, accède au pouvoir. En avril 2006, après un mandat de cinq ans et un bilan controversé, le magnat des médias avait été battu par son vieil adversaire de gauche Romano Prodi.

A peine élu, "Il Cavaliere" a déclaré qu'il ferait tout pour sauver la compagnie aérienne nationale Alitalia, mise en vente par le précédent gouvernement et que doit racheter, moyennant d'importantes suppressions d'effectifs, Air France-KLM. Une solution qui déplait à Silvio Berlusconi qui rêve de voir émerger une offre italienne, ce qui est loin d'être acquis.

Lire également le blog de Franck-Paul Weber, notre correspondant en Italie

 

Repost 0