Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 13:58
je n'ai jamais empècher les commentaires , sauf le samedi et le dimanche du premier tour des élections, afin de respecter la loi .

Partager cet article

Repost0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 13:51
nous avons au gouvernement des boni -menteurs et des incapables !!!
En effet, ce que l'on ne vous dit pas , c'est qu'en Allemagne tout va bien !!!

La croissance ralentit, l'inflation augmente !!

L'INSEE livre ce vendredi des chiffres inquiétants pour le pouvoir d'achat, l'emploi et la croissance

La croissance devrait ralentir au premier semestre, freinée par la crise financière mondiale et  une  forte inflation se maintiendra à 3% jusqu'à l'été, ce qui réduira à peau  de chagrin la hausse du pouvoir d'achat des ménages.

Enfin, le chômage devrait cesser de baisser, se stabilisant au premier semestre à 7,5% de la population active.


 

 
Croissance en berne

Dans sa note de conjoncture publiée vendredi, l'Institut national de la  statistique prévoit une progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,4% au  premier trimestre 2008 et de 0,3% au deuxième trimestre, soit un acquis de  croissance de 1,4%. De son côté, l'OCDE a estimé jeudi que la croissance française serait de  0,4% pour chacun de ces trimestres.

Dans l'hypothèse de l'Insee, pour atteindre les 2% de croissance en 2008 sur  lesquels le gouvernement tablait jusqu'à présent, il faudrait une progression de  0,8% pour chacun des deux derniers trimestres de l'année... une performance des  plus improbables au vu des mauvaises conditions économiques mondiales suscitées  par la crise financière.

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, l'a d'ailleurs reconnu jeudi:  la France va prochainement réviser en "légère baisse" sa prévision de croissance  pour 2008. Elle s'est refusée à donner un chiffre, mais il est vraisemblable  qu'elle soit de l'ordre de 1,8%, après 1,9% l'an dernier. Sur la base des prévisions de l'Insee, une croissance de 1,8% impliquerait  une progression du PIB de 0,5% pour chacun des deux derniers trimestres, soit le  rythme de croisière de l'économie française. La Commission européenne table quant à elle sur 1,7% tandis que l'Unedic  (assurance chômage) a retenu cette semaine 1,6% pour son "scénario central".

Dans un contexte international dégradé, le commerce extérieur français  pèserait de nouveau sur la croissance au premier semestre, amputant légèrement  le PIB. La baisse de l'activité et le resserrement des conditions de crédit dans le  monde freineraient également l'investissement productif (+0,5% par trimestre),  deuxième pilier de la croissance. Selon l'Insee, l'investissement des ménages en  logement stagnerait même durant tout le premier semestre.

 La croissance française sera donc une fois encore entraînée par son  principal moteur, la consommation des ménages, qui accuserait une très légère  baisse (un peu moins de 2% en rythme annuel) mais résisterait malgré tout à "une  inflation robuste et soutenue" et à des gains de pouvoir d'achat d'autant plus  faibles.


 
Hausse des prix, en particulier alimentaire

Le pic d'inflation initialement prévu par l'Insee en février à 3% devrait  finalement intervenir en mars, mais se maintiendrait à ce niveau jusqu'en juin.  L'inflation énergétique tendrait à se modérer tout en restant élevée, avec un  baril de pétrole stabilisé autour de 95 dollars, mais c'est surtout l'inflation alimentaire qui poursuivrait son envolée.

Conséquence : le "pouvoir d'achat" ne  progresserait que de 0,3% sur l'ensemble du premier semestre. En 2007, grâce notamment à une "forte baisse de l'impôt sur le revenu" et à  la faveur d'une inflation modérée, il avait progressé de 3,1%.

 
Fin de la baisse du chômage

Le chômage, qui a baissé en 2006 et en 2007,  devrait se stabiliser au premier semestre 2008 "autour de 7,5%" de la population  active en France métropolitaine, selon l'Insee, qui mise sur un ralentissement  des créations d'emploi.

Dans sa note de conjoncture publiée vendredi, l'Institut national de la  statistique et des études économiques estime que "le taux de chômage au sens du  Bureau international du travail resterait stable à 7,5%" (environ 7,8% avec les  Dom), "après deux ans de baisse quasi ininterrompue et une nouvelle forte baisse  au quatrième trimestre 2007".

Au cours du premier semestre 2008, les créations d'emploi (96.000) seraient  encore "soutenues" mais "moins dynamiques" en raison du tassement de la  croissance et de la baisse des contrats de travail aidés. Plus de 350.000  emplois ont été créés en 2007.

Dans l'industrie, 35.000 emplois devraient être détruits au premier semestre  (-41.000 en 2007). Dans la construction, l'emploi augmenterait "un peu moins  rapidement" avec 23.000 créations d'emploi (+59.000 en 2007). Et dans le  tertiaire marchand, l'emploi croîtrait de 89.000 postes (+276.000 en 2007). 

 
Moins d'heures sup

L'Insee considère que la loi en faveur du travail, de l'emploi  et du pouvoir d'achat (TEPA) devrait avoir à court terme un impact "modéré" sur  la durée du travail car "le ralentissement de l'activité limiterait le besoin  d'heures supplémentaires pour les entreprises". Il sera donc difficile de "travailler plus pour gagner plus", comme le préconisait en 2007 le candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy.

L'institut laisse aussi entendre que la loi TEPA n'aurait pas augmenté  sensiblement le recours aux heures supplémentaires, en notant que les résultats  du quatrième trimestre 2007 "sont comparables à ceux de l'année 2005, mais  probablement un peu supérieurs si l'on tient compte du délai de montée en charge  du dispositif".

 Les données de l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale faisaient état de sept heures supplémentaires en  moyenne par salarié au quatrième trimestre dans les entreprises de plus de 10  salariés, contre environ huit heures dans l'enquête Insee de 2005 sur le coût de  la main d'oeuvre et la structure des salaires.  "Cette comparaison doit être interprétée avec prudence à la fois parce que  la montée en charge du dispositif actuel n'a pas été instantanée et parce que  les sources d'information sont de nature différente", prévient l'Insee.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 20:14

Bernard Derosier a été élu Président  par ... 59  voix et une abstention contre ...19 !!!

j'ai été élu Vice Président ( 5ème ) pour le quatrième mandat consécutif, en charge de la politique de l'Eau dans toutes ses composantes .

Partager cet article

Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 00:14

Et pas un mot sur le logement  !!!


Selon lui, "la plus mauvaise réponse serait de ralentir le changement".

"Il faut continuer [à réformer, NDLR]. C'est la seule façon de tenir nos engagements, c'est la seule façon de répondre aux difficultés du moment. Dans la tempête économique  mondiale, il faut fermement tenir le cap", a-t-il poursuivi dans une allocution rendue publique par l'Elysée.

"Il n'y aura pas de changement de cap, il n'y aura ni ralentissement des réformes, ni plan de rigueur", a affirmé Nicolas Sarkozy .

Il a fixé au gouvernement remanié quatre priorités : "Remettre le travail au coeur des politiques publiques", "renforcer la compétitivité de notre économie", "continuer à gérer avec sérieux les finances du pays" et "concilier solidarité et responsabilité en matière de retraites, de prise en charge de la dépendance et de santé".

La réforme des retraites, précisément, "sera l'affaire du deuxième trimestre".

Les autres chantiers sont l'éducation (réforme de l'école primaire, du lycée, rénovation des campus universitaires, réforme de la recherche), la sécurité (loi de programmation militaire, loi d'orientation et de programmation de la sécurité intérieure), l'immigration (mise en oeuvre de la politique des quotas, suppression de la double compétence juridictionnelle). "Je n'oublie pas bien sûr la réforme de notre Constitution", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Dans le même temps, l'hôte de l'Elysée a défendu  le "paquet fiscal" adopté à l'été 2007, cible des critiques de la gauche, en affirmant que ces mesures n'avaient pas "diminué les marges de manoeuvre" du gouvernement. "En réalité, dans la conjoncture actuelle, on se rend compte qu'il les a accrues", a-t-il dit. "Notre objectif reste l'équilibre des comptes à l'horizon 2012".

Partager cet article

Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 22:12
le préfet aurait refusé le projet des éoliennes d'Hondschoote sur recommandation du ministére de l'Environnement et de la Santé.
Ce qui est pour le moins étrange est que cette lettre est datée du 17 Février ...
et qu'elle n'apparait que maintenant , quelques jours aprés les municipales !!!
( J'emploie le conditionnel car je n'ai pas vu le courrier, on me l'a lu au téléphone . )

Partager cet article

Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 22:00
j'étais aujourd'hui ( en fait ce matin ) à Paris pour un atelier de travail rue de Varennes  dans le cadre du Grenelle de l'environnement

Atelier un :  FAVORISER LES NOUVELLES ENERGIES sans G E S (gaz à effet de serre )
j'ai à nouveau proposé le lancement d'une filière photovoltaique silicium  (on produit de l'électrcité  à partir du soleil ).
Je pense avoir été entendu , faisons confiance aux élus du peuple !!!
(c'est en effet le parlement qui devrait maintenant légiférer trés vite (?)


500 000 m/2  de photovoltaique sur nos batiments départementaux ,de  quoi lancer une filière ! ;
Nous ,départements de france nous sommes préts

Partager cet article

Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 21:55

Je vous passe un trés bon article de Bernard Roman, trouvé ce soir sur son Blog


Le déni est une mauvaise posture.

C'est pourtant celle qu'adopte en permanence la majorité actuelle. Premier déni, la droite refuse d'admettre le vote-sanction des Français. Les dirigeants de l'UMP l'ont martelé tout au long de la campagne électorale et même une fois les résultats connus : ils ne changeront rien. Les députés UMP qui ont mené des campagnes locales ces dernières semaines ont bien constaté le désarroi des catégories populaires, leur paupérisation, leur précarisation. Mais qu'importe, au sommet de l'Etat, on ne veut rien entendre. Le mini-remaniement intervenu hier soir confirme cette obstination dans une politique pourtant sévèrement condamnée. Deuxième déni : le gouvernement n'accepte toujours pas de réviser ses prévisions de croissance, pourtant fantaisistes, et désormais incohérentes compte tenu du contexte international de crise. Il serait temps qu'il précise ses intentions. Nous le lui demanderons jeudi prochain, lors d'un débat économique à l'Assemblée nationale organisé à l'initiative des députés socialistes. Enfin, le troisième déni consiste pour l'exécutif à assurer qu'il n'y aura pas de plan de rigueur. Pourtant, la « réforme des structures économiques » que promet François Fillon ressemblera très vite à une cure d'austérité : les mesures en préparation n'auront pas d'effet sur la croissance et le pouvoir d'achat et conduiront à la dégradation des services publics donc à davantage d'exclusion. A ce triple déni, les socialistes répondent par une triple exigence. Nous demandons que le gouvernement annule le paquet fiscal, revalorise immédiatement les petites retraites et anticipe l'augmentation du Smic. Bref, qu'il admette que les difficultés des Français les plus défavorisés sont réelles, que sa politique les a amplifiées, et qu'il accepte enfin d'agir pour y remédier. Car si le déni a pour fonction de se mentir à soi-même, il ne permet pas de mentir aux électeurs. C'est la leçon de ces deux dimanches électoraux.

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 09:42

Messages à faire suivre sans modération pour le bien du plus grand nombre

 

1) Les ambulanciers ont remarqué que très souvent lors d'accidents de la route, les blessés ont un téléphone portable sur eux. Toutefois, lors des interventions, on ne sait jamais qui contacter dans ces listes interminables de contacts.
Les ambulanciers ont donc lancé l'idée que chacun d'entre nous rentre dans son répertoire, la personne à contacter en cas d'urgence sous le même pseudonyme.
Le pseudonyme international connu est « ICE » (= In Case of Emergency). C'est sous ce nom qu'il faut entrer le numéro de la personne à contacter, utilisable par les ambulanciers, la police, les pompiers ou les premiers secours.Lorsque plusieurs personnes doivent être contactées on peut utiliser ICE1, ICE2, ICE3, etc.
Facile à faire, ne coûte rien et peut apporter beaucoup.
2) Accident Vasculaire Cérébral
Cela peut servir ! Prenez quelques minutes pour lire ceci et peut-être sauver une vie ..et contribuer à faire connaître le danger que représente l'Accident Vasculaire Cérébral.
Lors d'un barbecue, Julie trébuche et fait une chute. Elle affirme aux autres invités qu'elle va bien et qu'elle s'est accrochée les pieds à cause de ses nouveaux souliers.Les amis l'aident à s'asseoir et lui apportent une nouvelle assiette. Même si elle a l'air un peu secouée, Julie profite joyeusement du reste de l'après-midi... 
Plus tard le mari de Julie téléphone à tous leurs amis pour dire que sa femme a été transportée à l'hôpital....Julie meurt à 18h. Elle avait eu un Accident Vasculaire Cérébral lors du barbecue. Si les personnes présentes avaient été en mesure d'identifier les signes d'un tel accident, Julie aurait pu être sauvée. Un neurologue dit que s'il peut atteindre une victime d'AVC dans les trois heures, il peut renverser entièrement les effets de la crise. Il affirme que le plus difficile est que l'AVC soit identifié, diagnostiqué et que le patient soit vu en moins de trois heures par un médecin.
Reconnaître les symptômes d'un AVC : Poser trois questions très simples à la personne en crise :

 

1. * Lui demander de SOURIRE.

 

2. * Lui demander de lever LES DEUX BRAS.

 

3. * Lui demander de PRONONCER UNE PHRASE TRES SIMPLE (ex. Le soleil est magnifique aujourd'hui).

 

Si elle a de la difficulté à exécuter l'une de ces tâches, appelez une ambulance et décrivez les symptômes au répartiteur.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 23:41

Et pendant ce temps là, aucune mesure concrete n'est pris pour notre polder, pendant que les Hollandais et les flamands belges construisent avec acharnement des ouvrages de défense partout !!!


Selon le Service international de surveillance des glaciers, créé par les Nations unies, les glaciers fondent à une rapidité alarmante, faisant craindre leur complète disparition dans les prochaines décennies.

Les spécialistes affectés à la surveillance d'une trentaine de glaciers de par le monde ont découvert que la fonte des glaces a atteint des niveaux sans précédent en 2006.

L'ONU tient à rappeler que de ces glaciers dépendent des millions de personnes, tant pour leur eau potable que pour l'irrigation des cultures ou la production d'électricité.

La plus forte perte en 2006 a été mesurée en Norvège, sur le glacier de Breidalblikkbrea, qui a reculé de 3,1 mètres, alors qu'en moyenne les glaciers ont perdu 1,5 mètre durant l'année. Une seule exception à ce tableau inquiétant, le glacier chilien Echaurren Norte qui est le seul des glaciers surveillés à avoir gagné en épaisseur.

Wilfried Heberli, le directeur du Service international de surveillance des glaciers a indiqué que la tendance générale était à une accélération de la fonte des glaces, ce qui fait craindre leur disparition avant la fin de ce siècle.

Avec le réchauffement climatique, on se rapproche peu à peu des températures élevées enregistrées durant la période chaude du Moyen-âge, période appelée Optimum Médiéval, qui se situe vers l'an mil et durant laquelle on pouvait cultiver du blé au Groenland (pays actuellement toujours recouvert par les glaces), de l'avoine et de l'orge en Islande alors que la vigne prospérait dans le sud de l'Angleterre et que Paris et l'Île-de-France étaient les plus grands vignobles de France.

Selon certaines études, la perte de terres agricoles à cause de la sécheresse provoquée par le réchauffement climatique devrait être largement compensée par l'acquisition de nouvelles terres actuellement inutilisées à cause d'un climat trop froid.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 22:17
i l y a eu un remaniement ministériel ce soir ...
uniquement pour des UMP
où est passé l'ouverture ???
Rappelez vous la presse qui vantait l'initiative de Tzarkozy 1er  !  l'ouverture l'ouverture l'ouverture !!!
elle a fait pschitt !!!
c'est fini .
en fait cette démarche  machiavelique de N S  n'avait qu 'un seul but : faire éclater le PS !!!
à voir les résultats des deux derniers dimanche c'est super raté !!!
la seule  réponse de ce pouvoir sourd et aveugle  ; il faut accélérer les réformes !
Quant à la parité, les récompenses données aux fidèls la saborde  fortement !!! 38 membres du gouvernement , 13 femmes !

La plupart des nouveaux postes récompensent des fidèles de Nicolas Sarkozy - Alain Joyandet, Yves Jégo, Nadine Morano - et des personnalités de droite ayant obtenu de bons résultats aux municipales.

Le député Nouveau Centre Christian Blanc, ancien président de la RATP et d'Air France, qui fut proche de Michel Rocard, fait figure de seul nouveau membre d'"ouverture".

La parité ressort sérieusement écornée de ce remaniement. Sur 38 membres, en comptant le Premier ministre François Fillon, le nouveau gouvernement compte 13 femmes.

Partager cet article

Repost0