Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 10:15

Pour information, le groupement RAMERY-Enrobés du Nord Pas de Calais va réaliser des purges en chaussée à compter d'aujourd'hui sur les Routes Départementales  suivantes :

 

- RD 79 du PR 8+0861 au PR 14+0087 (REXPOEDE KILLEM)

- RD 947 du giratoire des Moëres à l'intersection RD947/RD601

Repost 0
Published by jean schepman - dans routes départementales
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 01:45
Bonne nouvelle .
L'usine des dunes est maintenue !!!


ayons une pensée pour les 188 personnes licenciées sur un autre site;
Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 01:22
Il pourra peut etre y aller avec son fils !! 

Enquête préliminaire sur l'appartement de Sarkozy à Neuilly
 
Une enquête préliminaire de police a été ouverte par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) sur les conditions d'achat par Nicolas Sarkozy d'un appartement en 1997 à un promoteur de Neuilly-sur-Seine avec lequel il traitait en tant que maire de la ville, apprend-on de source policière.
 
L'information a été révélée par le Canard enchaîné daté du 19 septembre. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE).
Le chef de l'Etat ne risque rien pendant son mandat qui prend fin en 2012, puisqu'il bénéficie de l'immunité pénale accordée au président en exercice par la Cour de cassation en 2001 et confirmée dans une réforme constitutionnelle adoptée à la fin du mandat Chirac.
La police peut en revanche déclencher des poursuites sur d'autres personnes, si les soupçons sont confirmés. Par hypothèse, le parquet peut aussi mettre en attente, si des charges apparaissent, la partie du dossier visant Nicolas Sarkozy en attendant son départ de l'Elysée, comme cela fut le cas pour Jacques Chirac.
Une plainte avec constitution de partie civile visant ce dossier de logement de Nicolas Sarkozy avait été déposée par un particulier à Nanterre et déclarée irrecevable par un juge d'instruction en avril dernier, ce particulier n'étant pas juridiquement victime éventuelle des faits.
Le plaignant, Marc Salomone, a ensuite transformé sa plainte en simple signalement et a été entendu par les policiers en juillet. A la suite de cette audition, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire, précise le Canard enchaîné.
COURROYE, PROCHE DE SARKOZY
Les faits concernant l'ancien logement de Nicolas Sarkozy ont été révélés pendant la campagne présidentielle par le Canard enchaîné. Fait non contesté, Nicolas Sarkozy a acheté un logement en 1997 au groupe Lasserre, un promoteur avec lequel il avait traité pour la municipalité qu'il dirigeait depuis 1983, justement pour aménager l'île de la Jatte, la zone où le logement a été construit.
Nicolas Sarkozy, qui a aujourd'hui revendu ce logement, aurait bénéficié, à l'époque de l'achat, d'un rabais et de travaux pour un total de 300.000 euros, a assuré le Canard enchaîné en publiant des documents, ce que Nicolas Sarkozy a nié dans des communiqués diffusés pendant la campagne
 
L'hebdomadaire a assuré par ailleurs que, quelques mois avant cette transaction, le même promoteur avait bénéficié d'un rabais de la mairie de Neuilly évalué à 775.000 euros, grâce à un étalement sur deux ans de l'achat des terrains où ont été bâtis trois immeubles de l'île de la Jatte, dont celui où se trouvait le logement acheté par Nicolas Sarkozy.
Concernant les travaux réalisés dans son logement, Nicolas Sarkozy a fourni à la presse une facture de 72.000 francs correspondant à la pose d'un escalier, mais selon le Canard enchaîné une remise de 30.O00 francs a été consentie encore sur cette dernière. Aucune autre facture n'a été ensuite produite.
Concernant le second volet de l'affaire, Nicolas Sarkozy a déclaré que le rabais s'expliquait par la baisse du marché, dont la réalité est mise en cause par les spécialistes de l'immobilier interrogés dans la presse.
La nomination en avril dernier de Philippe Courroye, jusqu'ici juge d'instruction anti-corruption réputé, comme procureur de Nanterre, avait suscité des critiques car ce magistrat ne cache pas sa proximité avec Nicolas Sarkozy.
Il a répondu dans son discours d'installation officielle et public le 25 avril. "J'ai pu vérifier que ma nomination à la tête de ce parquet avait suscité certains commentaires, revisitant mes décisions passées, tordant les réalités judiciaires, interprétant l'avenir. (...) Les seules réponses dignes à opposer sont l'action, l'exemple et l'indifférence", a-t-il dit
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 00:00
une journée et demi de réunions intensives ...
JE NE SUIS PAS PERSUADE  QU'UN CONPROMIS VA ETRE TROUVE !!!
EN TOUT CAS JE SUIS OPPOSE A TOUTE TAXE QUI FRAPPERAIT LES CONSOMMATEURS!!!
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 23:53
MAIS QUE FAIT NICOLAS SARKOZY ???

Dunkerque-Calais débordés par l'afflux de réfugiés
Avec la ville de Cherbourg, les deux municipalités régionales demandent des moyens à l'Etat ;
"A l'heure où le gouvernement demande des chiffres à ses préfets, les maires demandent eux des moyens pour faire face à l'afflux croissant de migrants cherchant à gagner la Grande-Bretagne", écrivent les maires dans un communiqué ;
 
Ils estiment également que "la fermeté souvent excessive des nouvelles mesures annoncées ne sera d'aucun effet sur la réalité quotidienne d'un certain nombre de villes frontalières".
 
Les trois députés-maires rappellent également que "le contrôle de l'immigration et des frontières est une compétence de l'Etat et en aucun cas des collectivités locales", et se disent "impuissants" face à "la création de camps de fortune, la multiplication des échauffourées allant dans certains cas jusqu'aux blessures par balle comme ce fut le cas à Cherbourg cet été ;
 
Enfin, selon les trois maires, la fermeture du centre de Sangatte par Nicolas Sarkozy en 2002 n'a rien résolu mais a tout juste permis de sortir ce sujet de l'actualité. Ils précisent que les migrants (majoritairement non demandeurs d'asile) ne sont souvent pas expulsables car venus la plupart du temps d'un pays en guerre comme l'Irak.

Repost 0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 23:49
Bernard Kouchner lit mon blog, j'en suis sur !!!      ( voir mon article du17 / 09 ) 


Iran : Kouchner se défend d’être «va-t-en-guerre» 
Le ministre et son entourage recadrent les propos tenus dimanche.
 
 
Les mots étaient lourds de sens dans la bouche d’un ministre des Affaires étrangères évoquant la nécessité pour le monde «de se préparer au pire […], à la guerre» avec l’Iran, si les sanctions ne suffisent pas à convaincre Téhéran de suspendre son programme nucléaire. Bernard Kouchner s’active maintenant à recadrer le sens de ses propos de dimanche soir sur RTL. «Je ne suis pas un va-t-en-guerre, et tout doit être fait pour éviter la guerre», a insisté le ministre en visite hier à Moscou affirmant qu’il faut «négocier sans relâche. Et travailler avec nos amis européens à des sanctions crédibles».
Malentendu.   «Dire qu’il faut se préparer au pire ne signifie pas que l’on prépare le pire», explique Eric Chevallier, conseiller spécial du mini


peut etre qu 'il va s'abonner à mon Blog !!!
JE VOUS RAPPELLE QUE C'EST GRATUIT !!!
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 15:01
Ce dimanche 16 septembre Bernard Derosier est venu inaugurer le  bâtiment la Source à Rexpoede, batiment  qui se compose d'une médiathèque, d'un centre d'animation sociale, et d'une salle de spectacles.

J'ai pu discuter avec Monsieur Philippe CATTEZ, descendant de la Famille CATTEZ concernant les origines de ce lieu avant la transformation. Il m'a transmis un rappel historique de cet endroit et surtout un hommage aux anciens propriètaires bien connus dans le secteur.
Voici l'intégralité de son texte qui permet de mieux connaître le patrimoine culturel et historique de REXPOEDE mais aussi de notre territoire.
Un grand Merci à Mr CATTEZ pour cette explication nécessaire au travail de mémoire:


"De « la Source » jaillit la bière !
 
Monsieur Schepman, Vice président du Conseil Général,
Monsieur Bruno Brongniart, Maire de Rexpoëde,
 
Nous vous remercions de l'invitation reçue lors de l'inauguration de la résidence "la Source" à Rexpoëde et nous vous présentons toutes nos félicitations pour la réussite de cet ouvrage.
 
Comme me l'a demandé Mr Schepman et dans le prolongement de notre brève conversation dimanche lors de l'inauguration de « la Source » à Rexpoëde, je me suis permis de vous signaler que notre famille avait été surprise de constater qu'à aucun moment les noms des anciens propriétaires CATTEZ Michel et Anne-Marie de l'ancienne brasserie devenue aujourd'hui "la Source" n'aient été cités dans les allocutions publiques d'inauguration de ce nouveau lieu à vocations multiples.
 
Et pourtant... sans être nostalgique du passé, il faut toutefois préciser que "la Source" prend son eau dans les profondeurs des terres de Rexpoëde pour avoir fait jaillir de son puit artésien une eau transformée et parfumée par le houblon en bière traditionnelle ! que depuis longtemps ce lieu fut la convergence d'une histoire locale forte marquée par la convivialité  des habitants, des cafetiers et des brasseurs (Sept dans le canton d'Hondschoote !). Rappelons que Rexpoëde fut aussi le lieu d'une présence considérable pour ne pas dire exceptionnelle de cafetiers dénombrés sur 75 frontons, (soit un café toutes les trois portes au centre du village et rues annexes) au début du 20e siècle ! ... 
Inutile de décrire l'ambiance locale à cette époque euphorique du "Petit-Paris" dans les rues de Rexpoëde ! vous imaginez... 
C'est dans le prolongement de cette histoire  qu'il aurait été heureux de citer les noms des anciens propriétaires en leur rendant hommage auprès de bon nombre de villageois présents et partenaires de cette vie locale intense de l'époque où le flamand se parlait dans toutes les chaumières... 
 
Historiquement,
La Brasserie L. THUILLIEZ cédée en 1910 à la Brasserie Alfred Beyaert en 1918, cédée à son beau-fils Raymond Guilbert en 1926, puis à la Brasserie Beyaert Lieven en 1946, (Monsieur Maurice Beyaert-Lieven était depuis 1914 un important marchand de Vins et Spiritueux, dans la maison Mislanghe, route d'Oost-Cappel), elle devient en 1950 Brasserie Veuve Beyaert et R. Ryckelynck, qui arrêteront la fabrication à cause de la vétusté des installations et de l'augmentation importante du prix du cuivre, conséquence de la guerre de Corée, qui rendait les réparations impossibles.
Les successeurs-entrepositaires furent Monsieur et Madame Michel CATTEZ en 1963 et ce jusqu'en 1996. Le Centre Communal d'Action Sociale de Rexpoëde la rachète en 1998 et met fin définitivement aux activités de brasserie et commerce pour en faire un lieu à vocation sociale et culturelle.
 
Pour mémoire et en hommage,
Michel et Anne-Marie CATTEZ ont repris cette brasserie –datant à l’origine de 1752- en 1963 pour en devenir dépositaires des brasseries Motte et Cordonnier d'Armentières en y développant sous leurs marques des bières régionales françaises puis belges, telles que VEGA, STELLA ARTOIS et CLUB, aux côtés d'autres grandes marques françaises de boissons (eaux, limonades, bières, vins et spiritueux).
 
Ce couple a connu toutes les mutations du commerce local à Rexpoëde et vécu de près la transformation du milieu rural en général. (disparition progressive du commerce local avec des conséquences financières, changements des mentalités, vie locale renouvelée, etc...).  
 
Pendant près de 35 ans Michel CATTEZ a sillonné routes et campagnes, fermes et maisons pour apporter aux consommateurs cette "eau vive" qui jaillissait de la "Source"... présent au comité des fêtes, à toutes les manifestations locales comme bénévole, donnant la "plate-forme de son camion"  pour les courses cyclistes lors des nombreuses ducasses....participant aux carnavals avec son "estafette" pour distribuer crêpes et confettis... manifestant sa solidarité dans toutes les organisations réalisées par les associations locales (concours de belotes, manifestations sportives, nettoyage de la salle du tir à l'Arc...route d'Oost-Cappel, kermesses des écoles...etc...), accueillant (dimanche compris) les nombreux Rexpoedois au 10 place de la Mairie pour leur mettre à disposition boissons et objets promotionnels (coupes, parasols, jeux de cartes, verres... etc...  la liste étant non-exhaustive) et d'assurer par sa présence le meilleur service auprès des habitants ; clients ou non...
 
Ni riches ni célèbres (C'était après tout leur métier et leur fonds de commerce, vous nous direz...), ils ont  contribué au développement local et à son essor très modestement et discrètement.
 
Aujourd'hui,
En leurs noms, il nous semblait nécessaire de faire mémoire de cette époque qui s'inscrit dans la mission nouvelle du lieu "la Source", dont la vocation est la promotion humaine et la convivialité du plus grand nombre telle que le signifie le nom donné à cette nouvelle demeure... longue vie à « la Source » ! en portant verre à la main… comme nous le rappelle en clin d’oeil le personnage crayonné du Meulenhof,  pour les générations avenir de Rexpoëde !
 
Vous remerciant de cette lecture, 

Cordialement,
 
Philippe CATTEZ"


Comme d'habitude , les photos suivent ...

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 10:02
Samedi dernier en tant que représentant de Bernard Derosier, Président du Conseil Général du Nord, j'ai inauguré à Wormhout le Parc Paysager et les aménagements du chemin de Randonnée.
Le Conseil Général a financé à
hauteur de 83 945 € pour le Parc Paysager au titre du FDAN et de        8 400 €, au titre des aides aux équipements du PDIPR .WORMHOUTa15092007.jpgWORMHOUTB15092007.jpg















 
J'ai déclaré lors de mon discours que cet aménagement était exceptionnel compte tenu des efforts extraordinaires entrepris pour la gestion différenciée. 
J'ai décidé d'emmener à Paris un dossier de cette gestion différenciée qui mérite de figurer dans les actes des ateliers préparatoires du Grenelle de l'Environnement.
Repost 0
Published by jean schepman - dans Vice Président
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 00:02

Sarkozy contre l'euro

Dsc04686 Ce banquier central d’un pays de la zone euro ne cache pas sa colère : « que veut Nicolas Sarkozy ? Faire exploser l’euro ? A-t-il un agenda caché ? » Les nouvelles attaques contre la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et la gouvernance économique de l’eurozone menées, sabre au clair, par le chef de l’État, ont consterné, et le mot est faible, les ministres des Finances et les banquiers centraux des Vingt-sept réunis à Porto, vendredi et samedi. Alors que la situation des marchés financiers demeure plus que précaire, après la crise du crédit immobilier spéculatif, Sarkozy a donné l’impression de verser de l’huile sur le feu au pire moment. Face au comportement jugé « irresponsable », selon le mot d’un participant, du Président français, les grands argentiers et les banquiers centraux ont serré les rangs.

Selon Le Monde daté de dimanche/lundi, le chef de l’État a jugé que le Président de la BCE, Jean-Claude Trichet, et le président de l’Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, n’avaient pas été à la hauteur dans la gestion de la crise financière de l’été. « Quelle initiative a prise » Juncker, s’est-il interrogé devant quelques journalistes, dans l’avion qui le conduisait vendredi en Hongrie ? « Sur le capitalisme financier, c’est Angela Merkel et moi qui menons le débat. Il n’est pas absurde que le président de l’Eurogroupe s’interroge ».

Certes, la BCE, pour rassurer les marchés, n’a pas augmenté ses taux d’intérêt le 6 septembre dernier, contrairement à ce qui était prévu, « mais j’ai trouvé curieux d’injecter des liquidités sans baisser les taux ». Pour le chef de l’État, « on a fait des facilités pour les spéculateurs, on complique la tâche pour les entrepreneurs ». Ravi de ses « coups de boutoir », comme il le dit lui-même au Monde, il ne s’est pas arrêté en si bon chemin : il a accusé Peer Steinbrück, le grand argentier allemand avec lequel il a eu une vive prise de bec le 9 juillet dernier (Libération du 13 juillet) d’avoir une « vision comptable des choses ». « Que la croissance soit à 1,9 % ou 2,3 %, au fond cela ne change pas grand-chose, car, ce que je veux, c’est 3 % »

Jean-Claude Juncker s’est gentiment moqué de son homologue : « je ne commente pas les propos enDsc04690 l’air. Ils ont bien été tenus dans un avion, non ? » Et, montrant ses magnifiques bretelles : « je les ai mises pour me les faire remonter par Sarkozy », s’est-il esclaffé devant quelques journalistes… Le président de la Bundesbank, Axel Weber, lui, a réagi avec un mépris à peine déguisé, les Allemands n’ayant pas l’habitude de plaisanter avec la monnaie : « le degré de nouveauté des propos du Président est nul, leur influence sur les décisions de la BCE l’est aussi ». Peer Steinbrück, lui, a rappelé que « l’action de la BCE a été très largement saluée ici ». Le ministre des finances autrichien, Wilhelm Molterer, considère aussi que « la BCE agit de façon appropriée, correcte ». Et de souligner : « il est dans l’intérêt de tous de soutenir la BCE, c’est ce que je fais et je pense que tout l’Eurogroupe le fait également ».

Même Christine Lagarde, la ministre française, a déclaré à un journaliste de Reuters que « la BCE est une institution indépendante, il n'y a pas de débat à ce propos, et nous sommes tous très contents de ce que la BCE a fait cet été face (...) aux turbulences sur les marchés financiers ». Mais il est vrai que la déclaration a été faite vendredi, avant que les déclarations de Sarkozy ne soient connues...

Diplomatiquement, Jean-Claude Trichet (photo) s’est dit surpris des propos du Président : la semaine dernière, a-t-il rappelé, « il a dit qu’il approuvait » la décision de son institution de maintenir les taux d’intérêt inchangé, et même, a-t-il ironisé, « qu’il pensait que c’était grâce à son influence ». Pourquoi un tel Dsc04711 changement de ton ? Il a aussi rappelé que, durant la crise financière, Jean-Claude Juncker et lui-même avaient été en contact permanent, contrairement à ce que semble penser le Président français.« Notre action depuis le 9 août dernier a été sage, rapide, conduite avec sang-froid. Cela a été salué unanimement ici », a estimé Trichet.

Ce qui a frappé tout le monde à Porto, c’est l’incroyable amateurisme de Sarkozy qui ne semble pas savoir de quoi il parle. Ainsi, les centaines de milliards d’euros de prêts à très court terme accordés aux banques par la BCE ont déjà été récupérés et n’avaient pour objet que d’éviter l’implosion du système bancaire, qui aurait nui gravement à l’ensemble de l’économie, et non d’aider les « spéculateurs ». Trichet l’a souligné :  « le monde entier sait que nous avons lutté contre la spéculation et les spéculateurs »

La Banque d’Angleterre vient d’ailleurs de démontrer que sa réticence à injecter des liquidités dans le système se paye cash : elle a dû intervenir en urgence pour sauver de la faillite la banque Northern Rock, sans parvenir à enrayer la panique des petits épargnants. Rien de tel dans la zone euro. De même, considérer qu’une baisse de la croissance de 0,5 % n’est pas grave, car on vise 3 % l’an est un raisonnement qui en a laissé plus d’un bouche bée. Enfin, chacun se demande si le Président a conscience qu’il fait de la politique à crédit, sur le dos de ses partenaires : si le franc existait encore, ses déclarations auraient déclenché une crise monétaire grave qui aurait coûté cher à la France.

Au final, la sortie de Sarkozy ne fait que souligner davantage le total isolement de la France sur les sujets monétaire et financier. Certains voient dans les déclarations de Sarkozy l’influence de son « conseiller spécial », le souverainiste Henri Guaino qui se comporte en véritable ministre « fantôme » de l’Économie et des Finances. La question est désormais sur toutes les lèvres : à quoi sert Christine Lagarde qui s’est, une nouvelle fois, retrouvée désavouée et en porte-à-faux vis-à-vis de ses collègues ?

Commentaires

On pourrait formuler l'hypothèse que si Sarkozy met en scène un joli zoom médiatique sur l'euro, c'est qu'il s'apprête à faire tout autre chose en France.Hors champ?

Je penses qu'il n'y comprends pas grand chose. Comme moi d'ailleurs!
Mais j'ai une confiance beaucoup plus grande en M.Junker qu'a notre suprea-président sur ces sujets.
Il est plus facile qe faire de la communication que d'être éfficace sur une politique économique....

Je suis atterré par l'amateurisme de notre Président. Ce soir j'ai honte de ce que doivent penser les étrangers de la France.

Encore une fois 53% des Français ont voté pour un homme et ses sbires

 
Repost 0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 23:24
La france va peut être faire la guerre à l'Iran ...
Le ridicule ne tue pas ???
Il faut se préparer au pire" et le pire, a dit M. Kouchner en répondant à une question, "c'est la guerre".
Téhéran n’a pas manqué à riposter par voie diplomatique. Condamnant les propos de Monsieur Bernard Kouchner en les situant comme opposés a "la tradition historique et culturelle de la France et à sa civilisation", et de préciser que le ministre français des Affaires étrangères s’écarte en outre de la politique de l’Union européenne, ce constat est celui du porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad al Hosseini.
Repost 0