Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 09:55

 

A la lecture de l'excellent article du Journal des Flandres du mercredi 30 juin concernant le schéma d'implantations des éoliennes, je ne peux qu'avoir un sentiment d'amertume amusée.

 

En effet, le projet que j'avais lancé avec constitution d'une association en collaboration avec la municipalité de Ghyvelde à l'époque le long de l'A16 a été refusé à 2 reprises.

 

Or aujourd'hui, il figure dans une "zone favorable à l'éolien". Nous avions passé de très nombreuses heures de réunion et de travail pour en arriver à un résultat négatif suite à la décision de l'Etat.

 

D'autre part, un des avantages de ces projets éoliens étaient les retombées financières pour les collectivités locales, quand est-il aujourd'hui avec la suppression de la Taxe Professionnelle ?

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 09:36

Suite à l'amendement de l'UMP signé par le Député apparenté UMP Jean-Pierre DECOOL propose de permettre à l’industriel qui a un projet de porcherie de faire l’impasse sur l’enquête publique jusqu’à 2000 porcs (soit 5000 porcs engraissés à l’année) alors que le seuil actuel est à 450, je tiens à préciser mon sentiment.

Il m'arrive très souvent tant au niveau local, que départemental et même à l'Agence de l'Eau Artois Picardie de discuter, de travailler sur des solutions innovantes avec le monde agricole ; beaucoup d'efforts, il faut le souligner, sont faits par les agriculteurs pour protéger leur environnement immédiat en particulier dans le cadre de l'agriculture raisonnée (cela veut-il dire qu'elle ne l'était pas avant ?).

Aujourd'hui, cet amendement annihile tous les efforts fournis par le monde agricole afin d'améliorer son image auprès des autres habitants.

Puisque les agriculteurs jouent le jeu et appliquent tous les critères environnementaux pour installer leurs porcheries, pourquoi ne veulent-ils plus de dossier de demande d'autorisation ?

Leur réponse : « il faut gagner du temps pour vite se mettre en ordre de marche face à la concurrence »…

 Et  ce au risque de ne pas respecter l'environnement.

Mais, est-ce une raison pour ne pas appliquer le principe de précaution ?

De plus, la décision de notre très cher (trop cher) Nicolas SARKOZY de supprimer des milliers de postes de fonctionnaires entrainant la casse du service public, a pour conséquence l'impossibilité de répondre dans les délais aux dossiers présentés.

Les citoyens "ordinaires" eux doivent se mettre aux normes pour leur assainissement privé en milieu rural sous peine de contraintes financières et administratives lourdes.

Je suis extrêmement déçu de cet amendement qui va accroitre le fossé –sans mauvais jeu de mot-  entre les français et le monde agricole
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:48

DROIT DE REPONSES DES VOISINS à M. DECOOL

 

De vous à nous sans polémique … L’enfer est pavé de bonnes intentions

 

Suite à vos déclarations dans la Voix du nord, nous constatons, Monsieur DECOOLun discours « populiste et démagogue ».Derrière cette « fausse bonne idée » de relever le seuil (passage de 450 à 2 000 porcs), Monsieur DECOOL vous faites totalement le jeu des grands industriels de l’agriculture porcine au détriment de nos agriculteurs locaux en difficultés et responsables.

 

Monsieur DECOOL vous dites assumer « une position protectionniste » mais la réalité serait tout autre si cette loi passait. Un seul exemple et de taille, grâce à votre action sans aucune difficulté, la porcherie industrielle Belges de DICOPOR serait à ce jour déjà implantée à HOUTKERQUEsans aucune contrainte et sans aucune information des habitants. Monsieur DECOOL assumez-vous aussi de faire entrer le loup dans la bergerie auprès de nos agriculteurs locaux et de vos électeurs ?

 

Monsieur DECOOL vous indiquez que « la procédure d’autorisation n’est pas garante du respect de l’environnement » et « ce n’est pas parce qu’on la simplifie qu’on occulte la protection de l’environnement ». Mais malheureusement, Monsieur DECOOL comparaison n’est pas raison :

  • Parce qu’en Allemagne, les choses beaucoup vont plus vite grâce à des Landers (équivalents de nos régions) très strictes dès le départ et mettant en oeuvre des contrôles réguliers sur le respect des normes environnementales (capacité de stockage des déjections, modalités d’épandage, distances d’implantation des bâtiments, points de captage de l’eau, respect totale de la directive "nitrates", efficacité en matière d’énergie, de bruit, de prévention des risques, limitation des émissions dans l’air, l’eau et le sol ….). En France, Monsieur DECOOL assumez-vous aussi et revendiquez-vous la même harmonisation de cette législation environnementale et le même niveau de contrôle notamment au travers du SAGE ou du SCOT ? Si oui, nous disons banco et nous vous applaudissons.

 

  • Un autre exemple encore plus criant démontrant l’ineptie du raisonnement : le DANEMARK malgré une procédure d’autorisation plus contraignante (experts plus une enquête publique) à partir d’un seuil de 250 porcs, l’obligation d’être propriétaire de ces terres pour l’épandage partir de 750 porcs et qu’une exploitation est une « ferme habitée » … est devenu le 3ème producteur européen de porcs (27 millions) devant la France en moins de 15 ans.

 

Monsieur DECOOL, vous vous targuez d’être le « défenseur d’une agriculture française durable ». Vos amendements simplistes vont à l’inverse détruire la compétitivité de notre monde agricole. Pourquoi ?parce que la logique économique que vous défendez est une impasse et ne favorise pas la mise en œuvre d’une véritable filière intégrée de qualité et d’excellence.

 

En effet, le prix au kilo se fixant selon la loi de l’offre et de la demande, cela amène à plus de productivisme, à plus de concentrationet la transformation de nos agriculteurs ende simples fournisseurs de matières premières des firmes agroalimentaires qui, par la domination qu’elles exercent, contribuent à mettre en cause l’identité de notre territoire et les produits de notre terroir.

 

Les chiffres de la profession parlent d’eux-mêmes !!!

 

 

2006

2008

Estima. 2009

Production Européenne

(en millions)

206 900

214 500

211 000

Coûts de production du Kg

1,35 €

1,669 €

Nc

Prix de vente du Porc au kg

1,378 €

1,399 €

1,146 €

(Observatoire des prix et des marges de la Dgccrf – Bercy – Décembre 2009)

 

Plus on produit, plus le prix baisse pour nos agriculteurs et plus les marges pour les distributeurs progressent !!! Voyez les producteurs de lait que vous avez déjà oublié !!! Votre logiqueobligeant nos paysans à la rentabilisation des bâtiments qu’il faut construire, des machines qu’il faut acquérir, qui conduit inéluctablement à produire plus pour rembourser ses dettes, à s’étendre en s’accaparant les terres des voisins, en incitant nombre d’agriculteurs à abandonner et à vendre aux industriels la ferme familiale pour finir en ville.

 

En ce qui concerne l’élevage, il est caractérisé aujourd’hui par le recours massif aux antibiotiques et la concentration d’animaux élevés hors-sol fragilisés. Résultat : les frais vétérinaires, pour l’élevage des truies, a été multipliés par deux – à l’inverse du salaire des éleveurs. Les contrats d’intégration (aliments et animaux) proposés par les mêmes groupes industriels comme DICOPOR transforment nos paysans en difficulté, en travailleurs précaires à domicile.

 

C’est cela, Monsieur DECOOL, votre vision du « développement durable de notre agriculture », C’est cela « votre vision globale » de l’U.M.P. – c’est ça aussi cela « le travail fantastique de la Chambre d’Agriculture » – de quelques princes locaux en col blanc ? Avons-nous encore besoin de plus de porcheries alors que la demande de porcs est en baisse en France (-2% en 2009) ?

 

Pour nous, c’est un NON MERCI à cet avenir

désiré par l’Union pour un Monde Productiviste (U.M.P.)

Nous défendons une agriculture responsable, paysanne, de QUALITE, labelisée, d’A.O.C, biologique, soucieuse de son environnement et des habitants.

 

 

Si vos amendements passent, c’est 80% de nos éleveurs familiauxdu bassin de l’Yser qui vont disparaître au profit d’une minorité d’industriels et du monde de l’Agroalimentaire.Faire autrement, dans le cadre du Grenelle de l’environnement II, c’est par exemple d’aider nos agriculteurs à produire de la qualité et non de la quantité, à moderniser leurs installations et à faire de la polyculture au lieu de se spécialiser ?

 

Production de porcs dans le Bassin de l’Yser – Source : Préfecture du Nord – ICPE 2010

Taille de l'exploitation

Volume de Porcs

Nombre d’éleveurs

% Volume

% Eleveur

Moyenne de l'exploitation

500 à 999

11 709

18

16%

40%

6 51

1 000 à 1 999

26 653

18

37%

40%

1 481

2 000 à 3 000

10 455

5

15%

11%

2 091

Plus de 3 000

23 247

4

32%

9%

5 812

Total

72 064 porcs

45

 

 

1 601

 

 

exploitations

 

 

 

 

Monsieur DECOOL, que dire de vos autres amendements … pour un élu du peuple dédaignant les principes des droits à la défense des riverains / des communeseu égard à la complexité des dossiers, du mode de fonctionnement du tribunal administratif et des moyens financiers de l’industrie Agroalimentaire que vous connaissez !!! On frôle le ridicule et le déni de démocratie.

 

Mais encore plus grave pour les BAMBECQUOIS, vous ne prenez même pas en compte le principe de précaution écologique et géographiquedans vos amendements en tant qu’élu du bassin de l’Yser !!!

 

  •  
    • Ce fleuve, poumon de notre bien vivre ensemble,

    • Ce fleuve, l’avenir de notre développement touristique et économique,

    • Ce fleuve, patrimoine inestimable à transmettre à nos enfants,

    • Ce fleuve, identifié comme milieu naturel remarquable ...

 

En effet, grâce à vos amendements, tous le monde pourra venir s’installer à proximité de l’Yser, épandre sauvagement et sans contrôle engendrant des pollutions irréversibles. Monsieur DECOOL et l’Etat que vous représentez assumerez-vous les factures de dépollution comme en Bretagne, le rachat des maisons des riverains comme en Vendée et les amendes européennes sur la qualité de l’Yser étant pour mémoire une ressource en eau de nos voisins belges ?

 

 

Monsieur le Député, le principe du Pollueur – Payeur se trouve où dans vos amendements ? Allez-vous faire payer les habitants de la 14èmecirconscription du Nord à travers leurs factures d’eau et des taxes sur les ordures ménagères ? Certes c’est plus facile, c’est plus simple de faire payer les habitants que les industriels. Il est où votre courage politique ?

 

 

 

 

Nous vous demandons, Monsieur DECOOL, :

 

d’être exemplaire, de défendre votre territoire, vos agriculteurs et non les industriels parisiens ;

 

de retirer vos amendements ou de prendre en compte le principe de précaution environnementale et géographique pour vos habitants ;

 

d’exiger un moratoire sur les projets d’implantations des porcheries industrielles (Bambecque, Houtkerque, Hondschoote, Noordpeene, Ochtezeele …)pour les voisins ;

 

et nous invitons à en débattre avec nous et avec tout le monde y compris les éleveurs et le Préfet de Région dans le cadre d’un « grenelle de l’Yser » pour éviter l’incohérence des décisions prises au regard de la réalité de nos villages et de l’Yser.

 

 

Nous sommes à votre disposition,

 

Cordialement,

 

Le Collectif BAMBECQUOIS

Les voisins Contre les usines à cochons

et pour une agriculture paysanne, biologique,

raisonnée et responsable.

 

 

 

 

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 09:55

NTERVIEW - La loi doit être votée mercredi, et les riverains des porcheries, en Flandres, se pincent déjà le nez. Motif : le député du Nord Jean-Pierre Decool et ses collègues de l'UMP, dont Marc Le Fur, ont signé un amendement -contre l'avis du ministre- qui autorise les porcheries industrielles de moins de 2000 bêtes à s'installer sans enquête publique. Ça veut dire? Que si la loi passe mercredi, on ne demandera plus leur avis aux riverains.

 

À la tête d'une fronde anti méga-porcheries, le conseiller municipal socialiste à Bambecque Frédéric Wojtkowiak, décerne à Jean-Pierre Decool un carton rouge.

 

 

Pourquoi ce carton rouge à Jean-Pierre Decool?

C'est lui qui a proposé et signé cet amendement sur les porcheries industrielles dans le cadre de la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche. Jusqu'à aujourd'hui, si on veut installer une porcherie de plus de 450 porcs, il faut lancer une enquête publique, demander l'avis des habitants, des associations. Ce seuil est repoussé à 2000 bêtes. Or en Flandres en ce moment, au moins quatre projets émergent, à Bambecque, Houtkerque, Noordpeene, Ochtezeele. On est déjà autour 60.000 porcs dans un rayon de 15 km, on pourrait passer à 70.000, et cette loi ne ferait qu'aggraver les choses. On connaît les problèmes de la Bretagne. Ce n'est pas une fois que tout est pollué qu'il faut commencer à se préoccuper d'environnement.

Quels problèmes posent les méga-porcheries en Flandres?

Porcheries industrielles veut dire épandage. En Bretagne, les nitrates ont fait proliférer les algues vertes dans les rivières et sur les plages. Ici, l'Yser coule au bout des champs. Or, notre sol est argileux. En cas de forte pluie, c'est l'Yser qui est polluée. Or ce cours d'eau alimente les Belges en eau potable. Ils seraient en droit de nous dire «vous avez pollué l'eau, c'est à vous de payer».

Selon Jean-Pierre Decool cette loi est indispensable aux agriculteurs des Flandres, parce qu'ils subissent la concurrence belge, qui n'est pas soumise aux mêmes seuils. Que dites vous aux agriculteurs?

Que cette loi ne les protègera pas. Si un gros éleveur, Belge ou Français, arrive avec son projet, ça ne protègera pas l'éleveur des Flandres, mais les plus gros. Ceux que j'appelle les petits princes de la FNSEA.

Que demandez vous?

Cette loi ne doit pas passer. On espère que notre lettre ouverte au député va faire bouger les gens. On réclame un « Grenelle de l'Yser », avec tout le monde autour de la table, y compris les éleveurs.

Recueilli par Haydée Sabéran

Le débat en commission autour de l'amendement CE339.

Le carton rouge à Jean-Pierre Decool.

Le blog du député (où ne figure pas un mot sur l'amendement).

 

 

http://www.libelille.fr/saberan/2010/06/le-d%C3%A9put%C3%A9-la-porcherie-industrielle-et-les-voisins.html

 

Repost 0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 14:42

 

inondations dans le var,

 

Coût pour remettre tout en état: 700 millions d'euros.

 

Mais sais-tu que le G8 aura coûté...1 milliard de dollars pour 3 jours.

Le sujet était:

comment aider les pays les plus pauvres!!! Cela devient de l'indécence!

 

On se fout vraiment de notre gueule!

 

Apparemment, ce n'est pas la crise pour tout le monde!

Et les pays les plus pauvres sont privés de 1 milliard de dollars!

 

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 10:48

 

En tant que Président de la Commission Locale de l’Eau du SAGE de l’Yser, je tiens tout d’abord à remercier l’ensemble des partenaires français et flamands ayant permis le bon déroulement de ces animations établies dans le cadre transfrontalier. Mes remerciements vont également aux partenaires financiers de ce projet pédagogique que sont l’Agence de l’Eau Artois – Picardie, le Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais et l’USAN.

 

Démarré en novembre 2007, ce projet est le fruit de deux années de réflexion commune de la Commission Locale de l’Eau du SAGE de l’Yser, de l’inspection académique du Nord et des partenaires financiers susnommés.

 

Destiné aux enfants des classes de cours préparatoire, de cours élémentaire et de cours moyen des écoles du bassin versant de l’Yser, ce projet pédagogique s’est articulé autour de 3 thèmes choisis en fonction des enjeux du SAGE de l’Yser. Ces 3 thèmes sont :

Le fonctionnement naturel des cours d’eau ;

L’écologie des cours d’eau ;

Le cycle de l’eau.

 

A chaque thème ont été associés des objectifs pédagogiques, une animation en classe et une animation sur le terrain. Cinq intervenants présents sur le territoire du SAGE ont participé directement à la sensibilisation des enfants. Il s’agit :

du Centre d’Education Nature du Houtland (CENH)

du Centre Permanent d’Initiatives Environnement (CPIE) Flandre Maritime

de la Communauté de Commune de Flandres (CCF)

du Conservatoire des Sites Naturels (CSN)

du Savoir-Vert

 

Ce projet a été proposé aux enseignants des écoles du bassin versant qui ont eu l’opportunité de choisir un thème parmi ceux proposés et ont pu mettre en place un programme de sensibilisation des enfants aux enjeux de l’eau tout au long de l’année scolaire. Les deux animations proposées par les partenaires de ce projet de sensibilisation sont ainsi venues ponctuer le travail de fond réalisé par les enseignants adhérents au projet.

 

Cette année, sept écoles du bassin versant, regroupant au total douze classes et près de 250 élèves, se sont inscrites au projet. Parmi celles-ci se trouvaient les écoles d’Arnèke, de Bambecque, de Bollezeele, de Cassel, de Rubrouck, de Winnezeele et de Wylder.

 

Cette journée de sensibilisation qui nous réunit aujourd’hui dans les villes de Nieuwpoort et de Diksmuide, ainsi que celle organisée le 17 juin, viennent conclure ce projet de sensibilisation des enfants aux enjeux de l’eau. Ces deux journées leur ont permis de mieux appréhender la dimension transfrontalière de notre fleuve et ainsi de comprendre la responsabilité de chacun dans l’usage de cette ressource qui n’a pas de frontière.

 

Afin d’inciter les enfants à s’approprier ce sujet, il leur a été proposé de travailler à la rédaction d’un document appelé « Charte pour l’eau » qui inscrit dans le marbre leur volonté de s’investir pour la protection de la ressource en eau. La sensibilisation de nos enfants aux enjeux de l’eau constitue en effet l’investissement le plus sûr que nous puissions réaliser pour notre avenir. Les enfants sensibilisés aujourd’hui formeront les adultes responsables de demain.

 

J'ai dans ce cadre l’honneur de partager avec M. Guido DECORTE, Député de la Province Flandre Occidentale chargé de la nature, du milieu et des paysages, la signature de cette Charte pour l’eau.

 


 

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans SAGE YSER
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 10:47

DSC09456.JPGDSC09461.JPGDSC09472.JPGDSC09474-copie-1.JPGDSC09481.JPGDSC09483.JPGDSC09487.JPG

Repost 0
Published by jean schepman - dans SAGE YSER
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 14:25

Et oui, après le fiasco de l'équipe de France de Football, TSarko 1er a reçu Thierry Henry en urgence (en lieu et place d'une ONG) pour faire le point sur un dossier dont l'importance est à relativiser.

 

Ce qui me choque ici  pour notre territoire?

les courriers que j'ai adressé au représentant de l'Etat à savoir le Préfet de Région concernant les projets de porcheries industrielles sont restés sans réponse, et le rendez-vous sollicité par mon Collègue Patrick Kanner et par moi même  il y a 3 semaines n'a toujours pas été accordé et le plus révoltant c'est que nous n'avons même  pas reçu un accusé de réception.

 

 

Evidemment, le Football professionnel ou règnent l'argent et les contrats publicitaires scandaleux semble préoccuper nos dirigeants à un niveau bien plus important que le sacrifice environnemental d'un territoire tel que l'Yser!!!

 

 

Je n'ose pas demander au Député apparenté UMP Decool, d'intervenir avec nous sur ce dossier, puisqu'il a signé un amendement qui à terme risque d'entériner les projets industriels sans que les avis des citoyens et des élus locaux soient entendus!!!!

 

Repost 0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 14:19

Je publie sur mon blog un communiqué du MODEM concernant les porcheries, décidemment les citoyens les partis politiques se mobilisent sur ces projets dénaturant notre territoire, évidemment et je le regrette le Député apparenté UMP de la 14ème sur le terrain s'offusque mais à Paris il participe à un amendement qui va à l'encontre des paroles qu'il peut tenir en Flandre:

 

 

Position du Modem Flandre - amendement Jean Pierre Decool sur les porcheries industrielles

 

omuniqué de presse du Mouvement Démocrate de Flandre Intérieure Projets de porcheries industrielles : Le tour de cochon du député de la 14ème à notre Flandre.

En décembre la presse, nous montrait un député participant à un barbecue à Bambecque au côté de ses concitoyens en lutte contre les projets de porcheries industrielles. Mr Decool   prenait d’ailleurs « des risques » car le maire s’était fendu d’un arrêté interdisant cet exercice de démocratie locale.


La démocratie locale : Lui aussi souhaiterait-il s’asseoir dessus en étant cosignataire de plusieurs amendements du député UMP M Lefur pour faciliter le développement de l’agri-industrie.


L’amendement qu’il a signé (donc beaucoup plus qu’un simple vote) propose d’éviter à l’industriel ayant un projet de porcherie de faire l’impasse sur l’enquête publique jusqu’à 2000 porcs (soit 5000 porcs engraissés à l’année) alors que le seuil actuel est à 450. Concrètement pour le projet d’Houtkerque, la porcherie aurait été ouverte, sans que le voisinage n’en ait été informé.


En Flandre, localement ,chez nous, cette soit disante facilité pour nos agriculteurs est un piège, qui détruira le tissu local des petits élevages.


La Flandre, et tout particulièrement notre bassin de l’Yser, est la ressource en eau de nos voisins belges. Le coût du traitement et les amendes européennes seront autant de surcoût que l’agence de l’eau facturera aux habitants à travers leurs factures d’eau. Où est le principe du pollueur - payeur ?


Au passage nous avons relevé, que notre député vendait à la population qu’il était contre les projets belges. De quoi parle-t-il ? Peut-il préciser ? Si ce sont les exploitants ils sont deux, si se sont les projets, il y en a sept. Sait-il que le vendeur d’aliments dans ces projets est certainement la même société belge. Sait-il que 54% du coût de revient d’un porc vient du prix de l’aliment. C’est bien donc de plusieurs projets de porcheries belges dont il s’agit.


Certes la distorsion de concurrence invoquée par la FNSEA, avec le porc Allemand, au niveau de la facilité de créer une porcherie est réelle. Mais alors faisons également comme en Allemagne, en Belgique, au Pays-Bas, ayons avant le passage à 2000 cochons, la même réglementation environnementale, à savoir traitement des lisiers obligatoire pour les sécher avant épandage.


La France doit certes lever le carcan administratif, mais cela ne peut se faire sans contreparties obligatoires en terme d’investissements par l’industriel pour sauvegarder notre eau pour nous et nos enfants.

Repost 0
Published by jean schepman - dans SAGE YSER
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 14:17

Lu sur le site de Bambeke en Campagne

 

http://bambeke.hautetfort.com/porcheries-industrielles/

 

 

Le Cochon qui rit « rouge »

Pas un, pas deux mais trois amendements déposés par notre Député : Monsieur Jean Pierre DECOOL dans le cadre du projet de loi relatif à « la modernisation de l’Agriculture » sous la pression de quelques « petits princes locaux de la FNSEA » sans aucune concertation avec les habitants de sa 14ème circonscription et surtout en contradiction avec sa parole donnée.

Des amendements signés et défendus par notre député permettant :

  • à un industriel ayant un projet de porcherie jusqu’à 2 000 porcs de faire l’impasse sur l’enquête publique sans que le voisinage n’en ait été informé et pour les autres établissements, l’acceptation tacite d’exploiter en l’absence de réponse du Préfet ou du Commissaire Enquêteur. Qui ne dit mot consent ouvrant ainsi la voie à toutes les dérives possibles !

  • de réduire le temps d’instruction de la procédure d’autorisation à 1 an des Installations classées pour la protection de l’environnement rendant ainsi caduc l’obligation aux industriels de prouver leurs qualités environnementales via une étude d’impact. Dorénavant, il sera largement plus facile de construire une porcherie que pour un citoyen de construire sa maison individuelle.

  • d’empêcher toute possibilité de recours des tiers, des communes ou des associations en réduisant le délai de recours auprès d’un tribunal administratif à un an au lieu de 4 ans. C’est un déni des droits de la défense eu égard à la complexité des dossiers et du mode de fonctionnement du tribunal administratif.

 

C’est pourquoi, nous vous octroyons un carton rouge bien mérité. Monsieur DECOOL, rien ne justifie de telles dérogations en faveur des intérêts particuliers de l’élevage industriel au détriment de notre santé publique, de notre environnement et des habitants du bassin de l’Yser. Au lieu de tirer les conséquences des dommages écologiques causés (algues vertes en bretagne, inondations dans le var, saturation de nitrates de nos terres et pollution de l’Yser …) et d’essayer de tirer vers le haut en imposant aussi la même réglementation environnementale que la Belgique ou l’Allemagne, Monsieur DECOOL préférez-vous un nivellement par le bas et la disparition de nos petits élevages ? Monsieur DECOOL prenez–vous aussi à votre compte que « l’environnement est secondaire » ?

Nous vous demandons, Monsieur DECOOL, d’être exemplaire, d’exiger un moratoire sur les projets d’implantations des porcheries industrielles (Bambecque, Houtkerque, Hondschoote, Noordpeene, Ochtezeele …) et d’initier rapidement « un grenelle de l’Yser » pour éviter l’incohérence des décisions prises au regard de la réalité de nos villages et de l’Yser – moteur et poumon essentiel de l’avenir de nos enfants et de notre Tourisme.

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article