Ce n'est pas la première fois... Déjà en 2001, le même candidat avait été condamné pour diffamation après avoir dit, entre les deux tours des élections municipales, lors d'un reportage sur France 3, que le candidat de l'extrême-droite et moi-même nous "arrangions" sur des marchés publics. Franck Dhersin a été condamné pour ces paroles complètement farfelues, reprochées à la fois par moi et par le candidat d'extrême droite.

Je pense qu'il a de nouveau dérapé en assurant, sur les ondes de RTL, que je distribuais une prime aux personnes âgées des maisons de retraite de Dunkerque pour leur dire "votez pour moi". A l'écoute de cette nouvelle insulte à mon honneur, j'ai décidé d'intenter une action devant le tribunal correctionnel de Dunkerque dans l'optique de condamner des propos qui m'apparaissent totalement diffamatoires.

En premier lieu parce que cette distribution de prime est devenue depuis bien des années une tradition. D'autant que ce n'est pas moi qui l'aie initiée mais mon prédécesseur. Je joins d'ailleurs, à la fin de ce billet deux documents dans lesquels le maire de l'époque parlait de distribution de "dons en espèces et de douceurs" aux personnes résidant dans les hospices civils et maisons de retraites...

Franck Dhersin ne peut pas ne pas être au courant de cette tradition dunkerquoise puisqu'il faisait partie, avant 1989, du cabinet de mon prédécesseur... La seule différence avec l'époque est que, sans doute, nous distribuons sensiblement plus de primes, puisque nous avons ouvert de nombreuses maisons de retraite, dans les quartiers de notre ville dans le cadre de notre politique en direction des personnes âgées... vraisemblablement plus dynamique que ce qui se passait précédemment.

Depuis des dizaines d'années, sont donc distribuées, à l'occasion des étrennes et des fêtes des mères et pères, des fleurs, chocolats et primes (d'abord 50 F puis aujourd'hui 10 euros) deux fois par an. Des paquets de cigarettes étaient également distribués à une certaine époque avant que je ne décide d'y mettre fin. A noter qu'à chaque fois les représentants de l'opposition municipale sont présents à ces visites dans les maisons de retraite. Cette distribution n'a donc strictement rien à voir avec les élections puisqu'elle se déroule deux fois chaque année... depuis des lustres, années électorales ou non.

La diffamation du candidat UMP me semble d'autant plus avérée que c'est justement lorsque j'ai été élu Maire de Dunkerque que j'ai voulu "moraliser" cette distribution. C'est pourquoi après avoir fait prendre en charge cette prime par le Centre Communal d'Action Sociale et non plus directement par la mairie, j'ai également tenu, en 1998 à ce qu'elle soit légalisée par une délibération du conseil d'administration du CCAS, délibération votée y compris par les représentants de l'opposition de l'époque...
Pour terminer, il faut savoir que chaque personne qui reçoit cette enveloppe, souvent bienvenue, émarge une liste qui est ensuite remise à la trésorerie générale, payeuse de ces primes.

Cette nouvelle incartade du candidat UMP est digne de la campagne qu'il a menée, faite de rumeurs et de coups bas, me touchant souvent personnellement. La justice a été saisie et Franck Dhersin a été assigné à comparaître le vendredi 22 juin devant le tribunal correctionnel de Dunkerque.

Télécharger un document datant d'avril 1982 au format pdf
Télécharger un document datant de décembre 1983 au format pdf
Télécharger la délibération du CCAS concernant la distribution des primes au format pdf