Il s’est prêté à un manège dans les rues de la capitale qui m’a sidéré. S’il avait le droit de célébrer sa victoire, il avait le devoir de respecter les millions de Français qui n'avaient pas voté pour lui (lui qui prétend vouloir être le Président de tous les Français) et surtout, il se devait d'être respectueux vis à vis des millions de familles modestes.

Ostensiblement, suivi par des dizaines de caméras, il s’est rendu, avec famille et amis, dans l’un des restaurants les plus chers de France, sur l’une des avenues les plus chic, sous le regard de millions de Français modestes, qui vivent à peine avec le Smic. Il se devait d’être exemplaire et il ne l’a pas été.

Quelle provocation! Mais le pire est à venir car, vous verrez, cela n’est qu’un début. A présent qu’il est Président, il va s’arroger tous les droits, sauf celui d'être exemplaire et de se remettre en question.

Face à ce Sarkocirque, je me suis rappelé le discours de Ségolène. Elle nous a transmis sa force et sa détermination. Avec elle, quelque chose d’irréversible s’est levé. Cette énergie nouvelle nous est indispensable pour avancer. Utilisons-la pour aller de l’avant et construire un grand mouvement de rassemblement démocratique et républicain. Ce grand rassemblement sera notre force. Le temps ne s’est pas arrêté hier soir. L’avenir nous appartient pourvu que nous restions mobilisés et vigilants.