Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 10:07

Philippe ADNOT

Sénateur

Président du Conseil général de l’Aube

Paris le 1

er octobre 2009

Cher(e) Collègue,

Sénateur, président non-inscrit du Conseil général de l’Aube depuis 1990, membre de la majorité

présidentielle, j’ai tenu, lors du dernier Congrès annuel de l’Assemblée des Départements de France, à

exprimer mon désaccord avec le projet de loi sur la réforme territoriale et avec la décision de suppression

de la taxe professionnelle.


Il est parfaitement normal de faire évoluer les lois et règlements. Pour autant, le titre de « réforme » ne

vaut pas label de qualité et je souhaite, à cet égard, vous faire part de mon analyse critique et des

suggestions alternatives possibles.

I. La réforme de la taxe professionnelle

Chacun connaît les travers de cette taxe, qui au gré des changements, est devenue portion congrue car

elle est, à 50% minimum, bloquée par le plafond de valeur ajoutée.

L’impôt économique est, cependant, juste et nécessaire. Pour fonctionner, les entreprises ont besoin de

nos investissements (routes, zones d’activité, équipements collectifs, etc.).

Ce qui pourrait être remis en cause, dans le mécanisme actuel, c’est le calcul des bases (qui ne prend

pas en compte les amortissements) et donc le ciblage centré, presque exclusivement, sur des entreprises

manufacturières et industrielles, alors que des activités de service à forte valeur ajoutée échappent à

l’impôt.

On aurait parfaitement pu réformer la TP sans la supprimer. Ce n’est pas le choix qui a été fait, dont acte.

Je le regrette car le Gouvernement profite de cette occasion pour réduire l’autonomie fiscale des

collectivités locales et particulièrement celle des départements. La capacité de faire évoluer l’impôt local

en base et en taux est essentielle pour les collectivités locales et indissociable du concept même de

décentralisation.

On aurait pu explorer d’autres pistes :

1/ faire en sorte que la nouvelle cotisation économique territoriale compense pleinement la taxe

professionnelle (cette dernière, en effet, n’a jamais été la cause du manque de compétitivité des

entreprises ou de leur délocalisation, c’est le coût du travail par le biais des charges sociales qui reste en

cause).

2/ dans le cadre du Grenelle de l’environnement, on aurait pu rétablir la vignette automobile

via

une taxe modeste (de 20€ en moyenne par véhicule), qu’il aurait été facile de légitimer, les voitures

ayant, par définition, besoin de routes : avec 40 millions de véhicules, ce sont ainsi près de 800 millions

d’€ qui auraient pu être collectés.

3/ toutes les activités économiques se doivent de participer au financement collectif (l’agriculture

aussi). Le rétablissement de la taxe sur le Foncier Non Bâti, à faible taux, serait juste, en partant de la

valeur locative réelle.

4/ pour limiter les excès, à la hausse comme à la baisse, il est possible d’encadrer les taux à plus

ou moins 20% par rapport au taux pivot. Il serait possible, dans ce cas, de diminuer les dotations que

reçoivent ceux qui ne s’imposent pas. Cela donnerait de la marge pour la péréquation. Ceci pourrait être

valable pour tous les impôts des collectivités locales.

II. La clause de compétence générale

Cette clause est la seule solution pour appliquer des politiques différentes dans des territoires qui

ont des problématiques différentes.

 

III. L’élu territorial

Il y a trop d’élus, cela coûte trop cher ! Voilà les attendus qui justifient la réforme.

- franchement, diminuer de moins de 1% le nombre d’élus au détriment du seul département

restera anecdotique.

- diminuer d’un tiers le nombre de conseillers généraux, et, ce faisant,

augmenter de 50% la

charge de travail par conseiller général et rendre difficile la présence de ses membres au sein des

conseils d’administration des collèges, des maisons de retraite, des MDPH, etc. me semble

inapproprié.

D’autant plus que, dans le même temps, notre Conseil régional par exemple, passerait de

50 élus à une centaine. Il n’y aura donc aucune économie, mais, au contraire, une explosion de

dépenses.

Certains élus pensent s’en tirer mieux que d’autres et se réjouissent peut-être déjà à l’idée d’occuper les

deux fonctions, régionale et départementale. Qu’ils se détrompent, voici par exemple, la situation dans

mon département.

L’Aube compte 300 000 habitants.

- Ses 33 conseillers généraux seraient ramenés à 19 ou 21. Exit 12 ou 14 conseillers généraux,

auxquels il faudra ajouter la part réservée pour la proportionnelle (4 à 6).

- il en resterait donc 13 à 15, qui, naturellement, se trouveraient face aux 11 conseillers régionaux

actuels qui n’auront aucune raison de ne pas vouloir le rester. Alors combien d’anciens conseillers

généraux ?

Qu’ont donc fait les conseillers généraux pour mériter une telle punition ? C’est pourtant leur assemblée

qui a reçu les plus grands transferts dans le cadre de la décentralisation.

Nous sommes en train d’intégrer les routes nationales, l’équipement, bientôt les parcs, les handicapés,

les tutelles, le RSA, les TOS. Le nombre d’agents a doublé, nous sommes parties prenantes du plan de

relance de l’économie…Que feront les conseillers régionaux qui vont se retrouver dans des assemblées

pléthoriques avec peu de missions ? Etait-ce utile de doubler leur nombre et de doubler tous les

hémicycles ?...

Chacun sait où se trouve le trop plein d’élus, s’il existe. Certains exécutifs d’intercommunalité peuvent

compter jusqu’à 100 élus pour des populations assez faibles. Alors pourquoi s’acharner sur les

assemblées départementales ?

 

Il aurait été plus simple de proposer une diminution de 10% des effectifs d’élus, par exemple, pour

la totalité des assemblées et des exécutifs, ce qui, au lieu des 3000 conseillers généraux visés,

représenterait une baisse de 50 000 élus sans aucun dommage.

Si on avait voulu mieux imbriquer les fonctions des conseillers généraux et des conseillers régionaux (ce

qui pour moi est discutable, dans la mesure où, nous n’avons que 6% d’actions en commun), il aurait été

très simple de garder le système actuel des Régions et d’y adjoindre 15% des conseillers généraux

désignés à la proportionnelle.

Voilà, Cher(e) Collègue, les raisons qui m’ont conduit à intervenir lors du Congrès de l’ADF.

Je ne

voulais pas laisser à penser que cette réforme n’était qu’un duel droite/gauche

. Je considère la

situation grave, car c’est l’avenir des Départements qui est en cause et notre capacité à développer nos

territoires. Derrière cet ensemble, pointe le nez de tous ceux qui n’ont jamais admis l’autonomie de

gestion des collectivités locales, de tous ceux qui rêvent de remplacer la centralisation parisienne par une

centralisation régionale et de tous ceux qui voudront transformer les Conseils généraux en exécutants de

politiques décidées ailleurs.

Je considère qu’il est possible de réagir avant l’examen de ce texte par le Sénat. Il vous appartient de

prendre la mesure de ce qui se passe et d’agir auprès de vos parlementaires.

Pour faciliter nos échanges, je vous invite à me répondre soit par lettre, soit par courriel. N’hésitez pas à

me faire connaître votre opinion en écrivant à l’une ou l’autre des adresses suivantes :

Conseil général : 2 rue Pierre Labonde BP 394 10026 TROYES CEDEX

ou

Sénat : Palais du Luxembourg 15 rue de Vaugirard 75291 PARIS CEDEX 06

ou par mail :

 

philippe.adnot@cg10.fr ou p.adnot@senat.fr

Ensemble, nous pouvons encore faire changer ce texte.

Amicalement.

Philippe ADNOT

Nous connaissons tous des exemples originaux qui prouvent le

bien fondé de la décentralisation et la capacité d’initiative de nos départements.

En réduisant notre périmètre d’action, c’est par exemple, tout le travail en direction de l’innovation, de la

recherche pour favoriser le développement des entreprises qui est mis en cause, ainsi que nos politiques

d’appui en direction des communes et donc, notre action de solidarité.

Bien entendu, le Gouvernement se réserve la possibilité de nous demander de cofinancer des actions

qui, à présent, relèvent de sa seule compétence. Il aurait été plus sensé de faire référence à l’obligation

de respecter le principe de subsidiarité.

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 10:18
N'ayant pas pu inclure plus tôt les photos prises par Cédric lors de la Karyole Feest, voici quelques clichés de cette excellente journée ensoleillée placée sous le signe de la tradition locale, du patrimoine rural et de l'histoire de notre territoire:

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 09:54

j'ai représenté l'Agence de l'Eau Artois Picardie à l'ouverture du 9ème Parlement Européen des Jeunes en Russie dans la Province de Nijni-Novgorod en particulier.




Voici le Discours que j'ai prononcé officiellement au nom de la France  :


Madame la Vice - Présidente, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Maire, Chers Parlementaires, Chers amis,

 

C’est avec un immense plaisir et beaucoup d’honneur que j’ouvre en tant que parrain cette 9ème session du Parlement de la Jeunesse Européenne pour l’Eau.

 

Je tiens d’abord à remercier du fond du cœur nos amis russes pour l’accueil de ce Parlement et l’excellente organisation mobilisée autour de l’événement.

 

En tant que français, c’est forcément avec émotion que je mets pour la première fois le pied sur la terre de la grande Russie.

 

Nos deux peuples ont en effet des liens séculaires d’amitié et d’échanges économiques et culturels, ce que n’ont pas manqué de rappeler nos chefs d’Etat, les présidents Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy, en s’engageant à faire de 2010 l’année croisée France/Russie.

 

Par ailleurs, comme chacun le sait, dans la devise de la France figure le mot « liberté ».

 

Mais si aujourd’hui, elle peut vivre en tant que tel, c’est aussi parce que chaque français doit une part de cette liberté à un russe, depuis qu’un jour d’avril 1945, votre peuple a écrasé de son drapeau, aux prix des plus grands sacrifices, la pire barbarie que l’Histoire ait connue.

 

C’est donc avant tout pour moi la fraternité entre les peuples, sous le signe de laquelle je place les travaux de notre Parlement, qui est célébrée durant cette belle semaine en Russie. 

 

Le grand Léon Tolstoï n’a-t-il pas écrit « de toutes les sciences que l’homme peut et doit savoir, la principale, c’est la science de vivre de manière à faire le moins de mal et le plus de bien possible » ?

 

Que cette citation vous inspire, vous les jeunes, durant votre séjour et au fil de tous les échanges que nos amis russes nous permettent d’avoir chez eux.

 

Il est beaucoup attendu de vous dans l’impulsion que chaque Parlement des Jeunes pour l’Eau, dans les différents pays, saura donner à une prise de conscience toujours plus grande de la nécessité d’une coopération internationale en matière de protection de l’environnement, et tout particulièrement de nos rivières, trésors de l’humanité.

 

Paul Claudel, grand auteur français, a un jour écrit que « l’eau est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps » ; aujourd’hui, vous êtes en la matière les garants des temps qui ne sont pas encore.

 

Ne modérez pas votre enthousiasme, ne freinez pas votre ardeur ; je vous sais très motivés, suivant de près les travaux du Parlement de l’Agence de l’Eau Artois - Picardie, que je représente aussi aujourd’hui.

 

Votre plus grand défi sera de convaincre les adultes, décideurs, de répercuter vos aspirations et votre sage contribution dans leurs décisions.

 

Je m’engage, moi élu du peuple français, à relayer vos travaux auprès de nos autorités, afin qu’elles en tiennent compte à leur juste valeur.

 

L’Agence de l’Eau Artois - Picardie, où je préside la Commission des Affaires Internationales et du Développement Durable, est très impliquée dans les échanges internationaux et le rôle fondamental de relais en matière de politique environnementale que doit pouvoir jouer la jeunesse.

 

Son Secrétaire Général, Monsieur Vincent Delobelle, sera ce 6 octobre, jour même de notre retour de Russie, en réunion avec les autres membres français du Conseil Mondial de l’Eau, sous la présidence de Madame Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, pour évoquer la préparation du prochain Forum Mondial de l’Eau, qui se tiendra en France, à Marseille, en 2012.

 

Je lui demande, s’il en a la possibilité, de bien insister sur la nécessité d’une association maximale de la jeunesse de toutes les nations à ce qui sera entrepris, à l’échelle internationale, pour la préservation et la juste répartition de la ressource en eau, et l’assurance de sa qualité et de son abondance.   

 

Certes, on pourrait dire que mes propos d’aujourd’hui ne sont que paroles d’espoir.

 

Mais l’instant et le lieu sont idéaux pour retenir ces mots d’Alexandre Pouchkine : « les paroles d’un poète sont déjà ses actions », (mais je n’ai pas la prétention d’être un poète), et ces mots de Fiodor Dostoïevski : « vivre sans espoir, c’est cesser de vivre », (et je n’ai pas l’intention de cesser de vivre).

 

Merci à vous tous et tout particulièrement, à l’aube de cette semaine qui, je ne peux en douter, sera riche d’espoirs et d’actions, à Mesdames Elena Kolpakova et Nicole Crochet, grâce auxquelles l’amitié franco - russe prend, durant ces sept jours et sur le thème qui nous unit, toute sa signification.

 

Bon travail aux parlementaires et longue vie au Parlement de la Jeunesse Européenne pour l’Eau !

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans agence de l'eau
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 12:09
Le forfait hospitalier va augmenter, je suis scandalisé!!!
 on va contraindre les français à payer 20 euros au lieu de 16 euros le forfait, ce qui représente pour une population déjà affaiblie par la maladie, une saignée financière impressionnante.
Au motif de renflouer le trou de la sécu, on va piocher dans la poche des malades, alors que très facilement, l'Etat a su trouver des centaines de millions d'un coup de baguette magique pour sauver le système bancaire .
Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 10:00
Revue de presse Mediscoop du vendredi 02 octobre 2009

« Cent dix médicaments moins remboursés »

Le Parisien

Le Parisien indique que « dès le début de l’année prochaine, 110 médicaments vont être en partie déremboursés. Leur taux de remboursement passera de 35 à 15% ».
Le journal note que « la mesure a été annoncée hier par le gouvernement lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010. Confronté à un déficit de 30,6 milliards d’euros en 2010, le gouvernement espère ainsi économiser 145 millions d’euros ».
Le quotidien explique que « le gouvernement s’appuie sur les décisions de la Haute Autorité de santé. Cette dernière a jugé que l’efficacité médicale de 88 médicaments était «faible» et la performance de 22 autres a été déclarée tout simplement «insuffisante» ».
Le Parisien relève que « la liste complète de ces produits déremboursés n’a pas été rendue publique », mais indique que « le ministère de la Santé a cité un antibiotique local (Flammazine), une crème antivirale (Zovirax), un désinfectant (Hexomédine), un décontractant musculaire (Coltramyl) […] ».
Le journal ajoute que « des vasodilatateurs tels que le Tanakan sont aussi concernés. Certains laxatifs ou les compléments en magnésium (Magné B6) le seront aussi ».
Le quotidien observe que « les 5 millions de Français qui n’ont pas de complémentaire santé devront mettre la main à la poche », puis note que de leur côté, « les mutuelles n’ont pas encore décidé si elles compenseraient cette mesure ».
Roselyne Bachelot a quant à elle précisé que « ces déremboursements ne s’appliqueront pas aux personnes «actuellement exonérées du ticket modérateur» ».
Le Parisien observe enfin que « ces déremboursements sont, selon la ministre de la Santé, «compensés par l’entrée au remboursement de médicaments présentant un intérêt thérapeutique très élevé (Varnoline, la pilule de troisième génération, Revlimid, etc.)» ».
« De nouveaux remboursements estimés à 1 milliard d’euros »,
remarque le journal.


Avec TSarko 1er vaut mieux pas tomber malade!!

Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 09:51
message de Vincent Caesteker de l'US Warhem Football:

Bonjour à toutes et tous,

Pour votre information, Mme Martine BRACHOT, Présidente de l'US WARHEM Football de 1998 à 2006, est lauréate du concours régional "Femmes et Sports".

Sous l'égide du CROS et de la DRDJS, ce concours a pour objectif de promouvoir l'image, la place et le rôle de la Femme dans les pratiques physiques et sportives et leur accès aux responsabilités, dans la région Nord/Pas-de-Calais.



Mme Martine BRACHOT sera récompensée samedi 10 octobre à Tourcoing dans le cadre de la journée festive sportive comprenant :
- l'inauguration d'un nouveau complexe sportif  "L'Atelier" et la labellisation "2012" de la salle de lutte,
- la remise du label "ville handisportive" à Tourcoing,
- la mise à l'honneur d'athlètes de haut niveau,
- la remise des prix du concours régional "Femmes et Sport".

Dans la  catégorie "Sport, Coup de coeur" qui récompense une personne, pour son parcours et son investissement exemplaire, en qualité de bénévole, dirigeante, arbitre, sportive, éducatrice,...  un jury régional a classé Mme Martine BRACHOT deuxième de cette catégorie, la gagnante étant Mme Christine VASSEUR du club des archers du blason Berckois.  

Deux autres catégories complètent le concours :
2) « Sport, Coup de pouce » qui récompense une personne de moins de 30 ans, pour son investissement exemplaire, en qualité de bénévole, dirigeante, arbitres, sportive, éducatrice.
3) « Sport, Filles et Cités » qui récompense la meilleure stratégie ou action en matière de développement de la
pratique physique et sportive féminine ou mixte dans les quartiers urbains sensibles.

Voici le palmarès du concours "Femmes et Sport" qui, suite à la réunion du Jury Régional du 16 juin 2009, a nommé :


Dans la catégorie "Sport, Coup de coeur"
:
1) Christine VASSEUR
Club : les Archers du Blason Berckois
2) Martine BRACHOT

Club : US WARHEM Football

Dans la catégorie "Sport, Coup de pouce" :
1) Claire SOUFFLET-LEMARCEL
Club : Rugby Club ARRAS

Dans la catégorie "Sport, Filles et Cités" :
1) Pour son "Pôle féminin" le club : Jeunes Pongistes de la Bourgogne.



Très sportivement
@+ Vincent.

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:40

Elections territoriales : stopper, maintenant, le coup d’Etat

 

 

Le sarkozysme est impitoyable aux petits, on le savait : fonctionnaires, salariés, accidentés du travail, malades, handicapés... tout le monde paye cher les cadeaux aux puissants amis. La défenseure des enfants, récemment, les consommateurs étranglés par les prix du téléphone portable et les accidentés du travail en ont encore fait les frais la semaine dernière...

Le sarkozysme n’a que faire des libertés publiques et du formalisme démocratique, on le voyait aussi : vidéosurveillance à tous les étages, fichiers de police en toute illégalité, Coupat qui subit 9 mois de prison iniques, rafles à la sortie des écoles, viol de tous les ordinateurs à travers hadopi, vérification systématique des mails dans la foulée, juges d’instruction supprimés, télévisions et radios publiques aux ordres, avec un président nommé par une lettre de cachet du monarque, et Villepin embastillé, sans doute bientôt -en tous cas c’est ce dont rêve Sarko-.

Le sarkozysme affaiblit la France : dette publique qui dépasse 75 % du PIB, ridicule diplomatique permanent, errements des politiques économiques et fiscales...

Mais tout cela, on pourrait penser le réparer un jour, si la France reste une République et si l’alternance joue son rôle.

Mais pour cela, il faudrait que le sarkozysme respecte la démocratie elle-même. Or, à bien des égards, le sarkozysme ressemble de plus en plus à un lent et inexorable coup d’Etat au service de l’Oligachie.

Ne souriez pas. Ne dites pas que Anglade et Betapolitique crient au loup depuis des années. Il y a des signes vraiment inquiétants.

La quinzaine passée, par exemple, on a appris que Christian Blanc, le faux nez de Nicolas Sarkozy, allait soumettre au parlement une loi lui permettant de réquisitionner 100 % de la surface de Paris, 80 % de la Seine Saint-Denis ou encore 60 % du Val de Marne, pour le confier à un Etablissement public du grand Paris qui pourra donc, sans aucune possibilité d’appel, vous exproprier de chez vous et confier votre terrain à M. Bouygues pour construire ses éléphants blancs.

La semaine dernière, on apprenait que dans la nuit, une poignée de députés UMP avaient confisqué le patrimoine du Syndicat Intercommunal des Transports d’Ile de France (soit 3 milliards d’euros de rails, RER et gares) pour les confier à la seule RATP (régie AUTONOME des transports parisiens). Les copains et les coquins s’organisent pour se remplir les poches.

Tout ceci n’était donc rien. Vendredi, François Fillon confirmait l’information distillée depuis des semaines par le Canard Enchaîné. Le conducator suprême ne se contente pas d’avoir décidé seul de supprimer à la fois les Régions et les Départements pour les remplacer par d’improbables "Territoires". Il décide surtout de bouleverser le mode électoral.

"Scrutin majoritaire à un tour", laisse tomber Fillon. Quelques petits mots qui signifient très simplement que le type arrivé en tête du premier tour, quel que soit son score, sera élu.
- Même avec 20 % des suffrages ?
- Oui. Même avec 20 % des suffrages.

Pourquoi cette curieuse décision ? Fillon nous sert une incompréhensible bouillie : "Le mode de scrutin qui vous est proposé pour la désignation des conseillers territoriaux favorisera leur positionnement : notre choix est en effet celui de l’élection dans le cadre du canton, donc au scrutin majoritaire à un tour, qui garantit l’ancrage territorial et la proximité des élus avec la population". Vous avez compris ? Moi non plus.

Mais ce que j’ai compris, en revanche, c’est que l’UMP a fait rentrer au forceps toutes les droites dans un moule unique : de Philippe de Villiers et des transfuges FN à Hervé Morin et les transfuges UDF en passant par les RPR, les libéraux, les Giscardiens et toute une clique de droite.

Et que ceux qui n’entre pas dans le moule subissent les coups les plus tordus.

Et que par de savantes machinations (et aussi à cause de sa propre stupidité), la gauche est émiettée en 3 partis trotskystes, un parti communiste, un parti vraiment de gauche, un parti écologiste et un parti socialiste au bord de l’implosion.

Traduction électorale ? Aux dernières européennes, 72 % des Français désavouent Sarkozy, mais l’UMP apparaît en triomphatrice avec 28 % des suffrages. Triomphe de facade, direz-vous ? Certes, cette fois là. Mais avec le nouveau mode de scrutin, les choses vont bien changer. Avec 28 % des suffrages, l’UMP va raffler une quantité inouïe de présidences. ET nous resservir un bon tour de vis.

Cette décision est une forfaiture. Les démocrates de ce pays doivent la rejetter massivement.

Sarkozy a choisi délibérément une stratégie de tourbillon. Il enchaîne sans les assauts sans trève ni répis et l’opposition ne sait plus à quel saint se vouer.

Je lui propose ce combat là. C’est le point central sur lequel nous devons unir nos forces. Ce combat là doit être le tombeau politique du sarkozysme.

Et nous en serons.


- Anglade

 



Repost 0
Published by jean schepman - dans démocratie en danger
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:10
voici un superbe article de mon collègue et ami Roger Vicot :

Présentation en Conseil des Ministres du Projet de loi de finances pour 2010… bref du budget de l’Etat pour l’an prochain. Déficit record, suppression de la taxe professionnelle (l’une des principales ressources fiscales des colllectivités territoriales), et de 34 000 postes de fonctionnaires (après les 30 000 de 2009, et les milliers d’autres les années précédentes). Cela signifie clairement que, sous prétexte de plan de relance, de sortie de crise et de je-ne-sais-quoi, le moins d’Etat continue d’avancer inexorablement. Le moins d’Etat, le moins de services publics, de services aux Français. Je ne prendrais que l’exemple de la police nationale, qui va voir ses effectifs fondre deprès de 10% dans les trois ans qui viennent. 8000 postes de policiers en moins, 8000 interlocuteurs de moins au coeur de nos villes, 8000 présences en moins… et des millions de Français de plus en plus abandonnés, à qui on propose par pages entières de publicité dans les journaux de se doter d’alarmes de plus en plus sophistiquées, des abonnements qui vont avec, etc… Pas à tous les Français, bien entendu… à ceux qui en ont les moyens. Par un même mouvement de balancier qui offre nos droits à la concurrence et au profit, les mêmes pages de publicité proposent de confier vos enfants à des officines privées qui ont même les moyens de se payer des campagnes de pub sur tous les murs de France… au moment où on annonce 16 000 supressions de postes dans l’Education Nationale. La crise a décidément bon dos, et se transforme jour après jour en autel de la mise à mort des services publics.

Pas encore de réponses

  1. je le mets sur mon blog merci
    trés bon .

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 19:00
Guinée Conakry : massacre et arrestations. La junte au pouvoir révèle son vrai visage !
Communiqué commun

Les organisations signataires, actives en Guinée, condamnent avec la plus grande fermeté la violente répression survenue le 28 septembre à Conakry, à l’occasion de manifestations pacifiques organisées pour protester contre la candidature de Moussa Dadis Camara à la prochaine élection présidentielle.

Les organisations signataires, qui viennent de tenir à Paris une semaine de concertation avec leurs partenaires guinéens, appellent la communauté internationale à se mobiliser de toute urgence pour mettre un terme aux graves violations des droits de l’Homme perpétrées et à réagir fermement face aux exactions de la junte militaire du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara depuis décembre 2008.

Selon les informations recueillies, les militaires auraient violemment réprimé les manifestations en tirant à balles réelles causant au moins 157 morts, plus de 1 250 blessés et de nombreuses femmes auraient été victimes de violences sexuelles. Il semble que la plupart des leaders de l’opposition présents sur les lieux aient été violemment pris à partie et, pour certains, arrêtés arbitrairement.

Comme en 2007, le bilan de cette répression sera difficile à établir. Des militaires auraient procédé au ramassage des corps des victimes des exactions, par exemple à l’hôpital Ignace Deen de Conakry. En 2007, les marches de janvier et février avaient fait plus de 180 morts. Les chefs de la répression de 2007 sont ceux qui aujourd’hui dirigent la junte.

Les organisations signataires tiennent à affirmer leur soutien à la société civile guinéenne qui se bat pacifiquement au sein des Forces vives pour que soient organisées enfin en Guinée Conakry des élections libres et transparentes, permettant que la Guinée accède enfin à la démocratie et au développement.

Elles demandent instamment aux autorités en place de procéder immédiatement à la libération de toutes les personnes détenues dans le cadre de cette répression, de garantir l’intégrité physique de tous les Guinéens, de rétablir sans délai les libertés individuelles et collectives. Elles rappellent aux autorités et aux forces de sécurités guinéennes qu’elles sont tenues, de par les conventions internationales ratifiées par la Guinée, au respect et à la protection en toutes circonstances de l’intégrité physique des individus et qu’elles seront considérées comptables et responsables de leurs actes.

Elles interpellent la Communauté internationale pour que soient immédiatement prises des sanctions ciblées contre les responsables de la junte et leurs proches afin que ces crimes ne restent pas impunis. Elles appellent la France à peser de tout son poids au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU afin que soit rapidement mise en place une commission internationale indépendante d’identification des faits et exigeant des actes forts de la part des autorités pour lutter contre l’impunité des auteurs de ces crimes.

Elles demandent enfin que le CNDD respecte ses engagements d’organiser des élections libres et démocratiques et de se tenir à l’écart du pouvoir.

Paris, le 30 septembre 2009

Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - Terre solidaire - CCFD
Comité Français pour la Solidarité Internationale - CFSI
Confédération Générale du Travail - CGT
Coopération Atlantique Guinée 44
Etudiants et Développement
Ligue des droits de l’Homme - LDH
Solidarité Laïque
Repost 0
Published by jean schepman - dans Politique internationale
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 11:18
Ce n'est pas moi qui l'affirme mais bien la photo tirée de l'excellent journal "Le Phare Dunkerquois" de ce jeudi qui me présente comme  Conseiller Régional alors que vous le savez , je suis "encore" Conseiller général du Nord.

Les réformes des institutions ne sont pas  décidées à ce jour ...
 et déjà le projet de Conseiller Territorial (fusion des élus régionaux et généraux) est mis en place pour moi, rien que pour moi!!!
Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article