Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 15:31

Suite à la parution de l'article de presse du Journal des Flandres concernant l'inauguration du vignoble des Taste Wijn,
 je tiens à préciser que j'étais bien présent à l'inauguration du vignoble.

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 11:52

les 12 et 13 mai prochain, je serai "sur le pont" pour présenter  et promouvoir,  notre système d'évacuation à la mer géré par l'Institution Interdépartementale des wateringues.

Tout d'abord le 12 mai à 18 h: visite de l'écluse Tixier ouverte à tous (prière de me confirmer votre présence soit sur le blog ou en vous connectant à Facebook; dans le groupe Dunkerquois, il faut sauver Tixier!) suivi d'une présentation technique de l'institution dans les locaux de la Maison Départementale de Dunkerque.


le 13 mai à 9 h 30, présentation aux élus du SCOT de Calais des missions de l'Institution et de son rôle dans l'aménagement du Calaisis.

le 13 mai à 18 h dans le cadre des semaines de la Mer organisées par le CPIE flandres Maritime : wwww.cpieflandremaritime.fr , je serai présent en tant que conférencier à la conférence bilingue "Changements climatiques: quels efforts pour le territoire transfrontalier?" en partenariat avec l'Université du Littoral et la Province de Flandre Occidentale dans les locaux de l'Université du Littoral Bâtiment des Darses, avenue Maurice Schuman. (renseignements 0328268676).

Repost 0
Published by jean schepman - dans wateringues
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 10:24
En raison de la présence du Président Bernard DEROSIER le 30 mai prochain sur la région dunkerquoise, et devant l'accompagner dans ses déplacements je suis contraint de modifier la date de la permanence de Ghyvelde habituellement fixée le dernier samedi du mois.


Je propose donc de fixer cette permanence au samedi 23 mai à 10 h en Mairie de GHYVELDE.

Repost 0
Published by jean schepman - dans agenda et rdv
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 10:10
J'ai découvert sur le net, une photo saissisante celle de la manifestation du 1er mai à Marseille. J'ai du y regarder à deux fois, car la personne au premier plan à gauche m'a fait penser à quelqu'un!

Pas vous?





Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 10:00

Le juge n'avait pas définitivement tranché, mais Eric Besson a décidé de signer, ce dimanche 10 mai, les marchés de prestations juridiques dans les centres de rétention administrative (CRA). Le communiqué RTXDJFM_Comp de presse l'annonçant a été envoyé à la presse à 21h46 précises ! Une heure plutôt inhabituelle...

 

Alors que jusque-là, la Cimade assurait seule, la mission d'aide et assistance aux étrangers en rétention depuis 1984, cinq associations se partageront ce marché à partir du 2 juin.

 

Problème: la Cimade et deux associations d'avocats (le SAF et l'ADDE) avaient déposé un référé devant le tribunal administratif (TA) qui n'a pas encore été jugé. L'audience devait avoir lieu mercredi prochain 13 mai.

 

Sur les cinq associations choisies par le ministère pour épauler les étrangers placés dans les CRA, la Cimade en contestait deux devant la justice administrative. Le mystérieux collectif Respect, fondé en 2003 par un militant UMP ex-chargé de mission au ministère de l'Immigration, après que la marseillaise eût été sifflée lors d'un match de foot France-Algérie, et dont les compétences en matière d'assistance aux étrangers paraissent sujettes à caution.

 

La Cimade demandait également à la justice de faire la lumière sur une subvention exceptionnelle de 450 000 euros versée par les services de Besson à un autre lauréat, l'Association service social familial migrants (Assfam). Pourquoi cet argent? «Pour asseoir sa crédibilité financière et en faire un candidat pertinent ?» avait ironisé l’avocat de la Cimade lors d'une précédente audience devant le TA.

 

Afin que la justice suive son cours, le justice administrative avait prononcé une suspension de la procédure de signature des marchés de prestations juridiques pour une durée de vingt jours, soit jusqu'au 7 mai. A partir de là, Besson pouvait légalement conclure le marché. Ce qu'il a donc fait.

 

Interrogé par la présidente, lors de la dernière audience, sur les intentions de son client, l'avocat du ministère de l'Immigration avait indiqué qu’il ne pouvait s’engager à ce que son client ne signe pas le décret après le 7 mai, mais avait assuré qu'il lui conseillerait vivement de ne pas le faire et d'attendre l'ordonnance de la magistrate. Il n'a visiblement pas été entendu.

 

Mais pourquoi le ministère de l'Immigration veut-il la peau de la Cimade? Une partie de la réponse figure dans les documents fournis par le ministère au TA. L'un d'eux émane de Michel Thénault, préfet de Seine-Maritime. Dans un courrier adressé à la ministre de l'Intérieur, le haut fonctionnaire fait allusion à la partie du rapport annuel de la Cimade concernant le CRA de Oissel qui se trouve dans son département.

 

Jugeant les commentaires de cette association sur la situation dans ce centre sans doute trop critiques, le préfet "souhaite" qu'elle "ne soit plus habilitée à intervenir au sein des CRA, et ce au profit d'autres associations plus aptes à assister les rétentionnaire conformément aux missions dévolues par la réglementation, sans rechercher en permanence à entraver le bon déroulement des procédures".

 

Rappelons que la mission des associations, dans les centres de rétention, est d'aider les étrangers, dans leur intérêt à eux, et pas nécessairement dans celui de l'administration.

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:58
Voici quelques photos prises à l'occasion de la remise des médailles du travail le 1er mai dernier à Hondschoote .
Merci à Thérèse Molin de m'avoir transmis ces photos.

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:52

Publiépar LES PROFS DU COLLEGE DE VONNAS (AIN).

 

 

> Sarkozy, un sous doué à l'Elysée...


>

Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et
> les chercheurs en particulier ? Tout simplement parce que Notre Majesté
> souffre du complexe du cancre parvenu. Président médiocre, il fut par
> le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre. Mais
> aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae. Et pour
> ause, il l'a customisé, l'animal. Officiellement Notre Souverain
> Eclairé serait titulaire d'une maîtrise de droit privé, d'un certificat
> > d’aptitude à la profession d’avocat, d'un DEA de sciences politiques
> obtenu avec mention et aurait fait des études à l’Institut d’Etudes
> > politiques de Paris. Waouh !
> > Mais alors pourquoi est-il aussi nul ? Tout simplement par que la
> plupart de ces titres universitaires sont faux. Une enquête menée par
> Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le
> > prouve. 
> http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article219

En parcourant l'annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu
> constater que Sarkozy de Nagy Bosca n'y figure pas, ce qui signifie
> qu'il n'a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du
> titre d'ancien élève réservé aux seuls diplômés. Et son DEA ? Pourquoi
> > n'en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ?
> Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le
> procès verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s'être
> > présenté  à l’épreuve écrite terminale et n’avoir pas rendu son mémoire.
> Et son certificat d'aptitude à la profession d'avocat ? Obtenu sur le
> fil avec la note médiocre de 20 /40 (7/20 à la première épreuve et
> > 13/20 à la seconde)
> Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au
> bac par le candidat 18917 en 1973 (Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à
> > l'épreuve écrite de français et 12 à l'oral (voilà pourquoi il
> s'exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en
> > maths (il a néa néanmoins su s'augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais
> > ("magnifical" s'exclama-t-il un jour en présence de la reine
> d'Angleterre) et 11/20 en économie (on n'est pas sorti de la crise !).
> Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut
> > obligé de se présenter au repêchage.
> Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent donc de la
> bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant
> souffert de ne jamais avoir été reconnu à sa juste valeur par ses 
> > professeurs.
>

Publié par LES PROFS DU COLLEGE DE VONNAS (AIN).
>

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 18:20

Pourquoi Sarkozy ne voulait pas venir à la finale de la coupe de France

 

Repost 0
Published by jean schepman
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 13:48

E n particulier  à l'intention des camarades qui disent "on dort !!! "
ils seront surement avec nous sur les marchés...


  Les socialistes proposent

- Un plan de relance de 50 milliards d’euros,massif et équilibré entre l’appui à l’investissement

et le soutien à la consommation.

- Une baisse de 1 point du taux de TVA pour relancer la consommation et soutenir la trésorerie des entreprises.

- Un investissementmassif dans la croissance verte pour relancer l’activité et préparer l’avenir.

- Exiger le remboursement par les entreprises qui licencient de toutes les aides publiques perçues dans les cinq dernières années.

- L’obligation pour les entreprises bénéficiaires qui licencient de verser l’équivalent de 80%du salaire brut pendant deux ans pour permettre le reclassement et la réindustrialisation.

- Pendant la crise, l’indemnisation des chômeurs à 80%du salaire brut.

- La création de 100 000 emplois aidés supplémentaires.

- Le plafonnement des rémunérations de patrons des entreprises aidées à 25 fois le SMIC.

- L’interdictiondes stock-optionsetdesactionsgratuites,saufdans les jeunes entreprises.

- Le plafonnement de la part variable du salaire qui ne pourra dépasser la part fixe.

- Une surveillance plus étroite de la part des actionnaires.

- L’abrogation immédiate du « bouclier fiscal ».

- Le rétablissement de la progressivité de l’impôt sur le revenu avec la création de

nouvelles tranches pour les revenus supérieurs à 100 000 euros.

- La responsabilisation des entreprises en accroissant la fiscalité sur les bénéfices des entreprises qui n’investissent pas suffisamment ou qui versent des rémunérations excessives.

- Le développement de la fiscalité écologique pour accélérer la mutation de notre

économie vers unmodèle durable et dégager des ressources fiscales.

- Un moratoire sur les suppressions de postes dans l’hôpital public et un plan de rattrapage pour permettre à notre hôpital de remplir sesmissions de service public.

- Un plan de lutte contre les déserts médicaux pour assurer la présence des médecins sur tout le territoire, avec desmesures contraignantes.

- Contre la suppression de la carte scolaire,nous voulons une école de la mixité sociale.

- Moduler fortement le nombre d’élèves par classe en fonction des situations pour

donner leur chance à tous les élèves.

- Pour relancer l’ascenseur social,entre 5 et 10%des élèves de tous les lycées doivent

avoir accès aux filières d’excellence.

- Porter à 3%du PIB en cinq ans notre financement de la recherche.

- Revaloriser le statut d’enseignant-chercheur pour pérenniser l’excellence de notre

Université et de notre recherche.

- Relance la démocratisation de l’enseignement supérieur par un meilleur encadrement

des étudiants et le rapprochement entre les universités et les grandes écoles.

- Abroger la loi LRUet lancer la rénovation de notre université sur la base d’une vraie

concertation avec les chercheurs, les universités et les étudiants.

- la création de 100 000 emplois jeunes dans les collectivités territoriales et le secteur

associatif.

- l’ouverture de 50 000 contrats insertion-formation : ce sont des contrats aidés couplés

à une vraie formation, dans le domaine choisi par le bénéficiaire.

- la création d’une allocation « formation-rebond » permettant aux jeunes sortant

d’une scolarité sans diplôme de reprendre une formation dans un cadre différent.

- la prolongation automatique de 6mois de l’indemnisation chômage pour les jeunes

après la rupture d’un contrat d’intérimou d’un CDD (coût pris en charge par l’Etat).

- Une aide immédiate au pouvoir d’achat de 500 euros pour leminimumvieillesse.

-Une indexation des retraites sur l’évolution du salairemoyen pour enrayer la spirale

de la baisse continue des pensions depuis 2002.

- Desmesures fortes pour réduire le chômage de plus de 50 ans.

- La consolidation du système de retraites par répartition.

- Le retrait du projet de privatisation de la Poste et le rejet de tout changement de statut.

-Une charte européenne sanctuarisant les services publics,pour que plus jamais l’Europe

puisse conduire ou servir de prétexte à une remise en cause des services publics.

- La création d’un authentique service public de l’emploi disposant des moyens nécessaires

au service des Français.

- La revalorisation immédiate des allocations logement de 10%.

- Lamise en chantier dans les deux ans de 300.000 logements sociaux.

- Un plan de rénovation écologique et d’isolation des logements.

- Lamultiplication par 5 des pénalités devant être payées à l’Etat par les communes

ne respectant pas l’obligation de proposer 20%de logements sociaux (loi SRU).

Cesmesures représentent un effort global de 5milliards d’Euros.

- Le rétablissement de la police de proximité pour que les forces de l’ordre soient réellement

présentes sur le terrain.

- Desmoyens dignes de ce nomaccordés à la police d’investigation pour lui permettre

d’assurer sesmissions.

- Le rétablissement d’une vraie politique de préventionmenée avec les associations.

- Des accords négociés de codéveloppement avec les pays d’origine.

- Une politique de régularisation ouverte, fondée sur des critères clairs et explicites,

reconnaissant ceux qui sont ici depuis longtemps et qui font la preuve de leur insertion.

-Une politique de l’immigration humaine, fondée sur un juste équilibre entre famille,

travail et asile.

- Le rétablissement de l’indépendance de lamagistrature.

- Le développement des alternatives à l’incarcération pour lutter contre la surpopulation

carcérale.

- Donner lesmoyens à l’administration pénitentiaire de faire son travail en augmentant

le nombre des juges d’application des peines, en augmentant les moyens des

services d’insertion et de probation (SPIP), en augmentant les personnels pénitentiaires.

- Le rétablissement de l’équilibre des pouvoirs avec un Parlement respecté et capable

de contrôler effectivement l’action du gouvernement.

- Unemeilleure transparence, à travers une réforme dumode de nomination des organes

de régulation démocratique – CSA, CSM, Conseil constitutionnel… –, un réel

contrôle par le parlement des nominations de hauts fonctionnaires.

- Une réforme des règles applicables aux groupes de presse et aux médias audiovisuels

pour garantir leur indépendance vis-à-vis des puissances de l’argent.

- Renforcer la péréquation entre les collectivités pour garantir l’égalité entre tous les

territoires.

- Inscrire dans la loi l’obligation de compensation intégrale des transferts de charges

par l’Etat.

- Achever la carte des intercommunalités et clarifier leurs relations avec les communes.

Elections européennes

Les socialistes français et européens proposent

• Une directive pour un vrai plan de relance européen,

avec des investissements massifs

dans la croissance verte et les emplois verts.

• Un pacte européen pour l’emploi et le progrès social, qui fera primer le droit

des travailleurs sur celui des actionnaires et des spéculateurs et qui protègera

les Européens de toute régression sociale.

• Une directive régulant vraiment lesmarchés financiers et couvrant

tous les domaines de l’activité des acteurs financiers, y compris les fonds

spéculatifs et les paradis fiscaux.

• Le juste échange plutôt que le libre échange pourmettre un terme

au dumping fiscal et environnemental.

Retour à l'accueil
Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 10:14

Depuis plusieurs mois, j'ai constaté au fil de mes permanences les dégats occasionnés par le surendettement au sein des foyers de plusieurs habitants du Canton.

La crise financière aujourd'hui crise économique et surtout sociale entraine des familles dans une spirale étourdissante celle des crédits revolving, des faillites personnelles et des drames familiaux.

Je vous conseille la lecture de l'article de Libération traitant de ce douloureux problème:


Jamais, la Banque de France (BdF) n’avait connu un pareil emballement du surendettement. Selon le dernier bilan des commissions de surendettement - que Libération s’est procuré -, le nombre de dossiers déposés à la Banque de France a franchi à deux reprises la barre des 20 000 ménages en févier et en mars. Du jamais-vu. Les 21 747 dossiers déposés en mars 2009, représentent une progression de 30 % par rapport à mars 2008. Sur le premier trimestre, les 58 188 dossiers traduisent une poussée de fièvre de plus de 16 %.


Flambée. «Depuis quatre mois, cela s’est accéléré», témoigne Bernard Lefèvre, qui siège pour l’UFC-Que choisir dans la commission de surendettement du Puy-de-Dôme, où il assiste les ménages étouffés par les dettes. «Dans ma région, on ne voit pas encore de plans sociaux, mais on assiste à des fins de contrats d’intérim ou à des plans de chômage partiels.» Couplé à l’«utilisation à tort et à travers du crédit revolving», son département a connu un bond de 14 % de surendettement au premier trimestre«le pire est à venir». Dans ce département rural, la déconfiture de la Camif, à l’été 2008, n’a pas fait encore pleinement sentir ses effets : «Les salariés sont encore en reconversion». S’y ajoute la menace de fermeture d’Heuliez à Cerizay, l’équipementier automobile, et son millier d’emplois sur la sellette. «Et au moins autant de salariés sont impactés chez les sous-traitants !» Déjà, le département connaît une flambée de 20 % de dossiers depuis janvier.


Dérapage. La Banque de France s’alarme déjà de l’afflux de dossiers. Et redoute que cela rende acrobatique la tenue des délais pour l’examen des cas. Du coup, la BdF explique à ses interlocuteurs locaux qu’elle réfléchit à l’embauche d’intérimaires et de CDD pour éviter le dérapage des délais… En nombre suffisant ? Pas sûr. D’autant que Bercy, de son côté, s’apprête à resserrer encore les délais. Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, a en effet accordé une - petite - place au surendettement dans sa réforme du crédit à la consommation annoncée pour l’été, afin, dit-elle, de «mieux accompagner les personnes». Elle compte notamment diviser par deux - de six à trois mois - le temps de l’examen préalable du dossier entre son dépôt et la décision de recevabilité. Bercy veut en outre diviser par trois - de dix-huit à six mois - le temps du traitement des dossiers lorsque la Commission préconise un PRP, un Plan de rétablissement personnel. Autrement dit, un effacement des dettes avec la faillite civile.


En 2008, 33 000 ménages ont été orientés sur cette voie, alors que 188 485 d’entre eux avaient déposé un dossier. Une solution de la dernière chance trop peu explorée, regrette L’UFC-Que Choisir. D’autant qu’il reste encore une ultime haie à franchir : l’effacement des dettes prononcé au final par les tribunaux. «Certains juges, face à des jeunes écrasés par les crédits revolving, et payés au Smic, leur refusent l’effacement des dettes précisément parce qu’ils sont jeunes ! estime Nicole Pérez, des Deux-Sèvres. Et donc que leur situation ne peut être irrémédiablement compromise, puisqu’ils ont toute la vie devant eux.» Or ce motif de «situation irrémédiablement compromise» est requis pour rayer l’ardoise des crédits. Choquée par cette frilosité, l’UFC rappelle l’intention initiale de Jean-Louis Borloo, l’initiateur en 2004 de la réforme sur la faillite personnelle, destinée à donner «une deuxième chance aux accidentés du crédit». Avec la crise, ces accidentés se multiplient : + 3 % en 2008 et probablement une hausse à deux chiffres pour 2009…


Avec la crise, les crédits revolving sont sur la sellette. Tous les représentants des consommateurs, à l’instar de l’association Cresus, très active en Alsace, pointent le rôle déstabilisateur de ces réserves d’argent prêtées à des taux tutoyant les 20 %, limite supérieure de l’usure.Les victimes ? Locataires le plus souvent, touchant de petits salaires (lire ci-contre). Et que la moindre chute de revenu fait plonger.«Ils tiennent leur budget hors de l’eau grâce aux réserves de crédit que leur accordent sans aucune vérification les établissements de crédit», explique Jean-Louis Kiehl, de Cresus. Jusqu’au jour où cela devient intenable.


Les établissements financiers profitent-ils de la crise ? Les intéressés évoquent plutôt une «décrue sensible» et récente de leur activité de crédit. La société Laser (maison mère de Cofinoga, Médiatis et d’autres enseignes de crédit), qui réalise 74 % de son activité sur le crédit renouvelable, connaît surtout, dit-elle, «une forte progression des défauts de paiement». Un montant de 219 millions d’euros d’impayés en 2008, contre 165 millions d’euros en 2007. Soit une progression de 33 %. «Nous allons durcir nos règles d’octroi, notamment dans les magasins», a promis Philippe Lemoine, le patron de Laser. Les associations de consommateurs se pincent pour y croire…

Repost 0
Published by jean schepman - dans jeanschepman
commenter cet article