Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 10:12

Notre Président omniprésent…et la sécurité.

 

Ha…si ç’était la gauche au pouvoir…qu’est-ce qu’elle entendrait sur l’insécurité !

 

A Gagny, 12 personnes en garde à vue après l'attaque d'un lycée

 

Une vingtaine de personnes cagoulées et armées de barres de fer, bâtons et couteaux ont pénétré mardi matin dans un lycée professionnel de Gagny, en Seine-Saint-Denis
Repost 0
Published by jean schepman
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 09:58

Nadine Morano met en boule la famille UMP

 

 

L’avant-projet de loi sur le statut des beaux-parents a du plomb dans l’aile. La faute au manque de tact de la secrétaire d’Etat à la Famille, Nadine Morano, qui, hier midi, s’est mis à dos la quasi-totalité des députés UMP. Craignant que ce texte soit surtout perçu comme un moyen déguisé de légaliser l’homoparentalité, le patron du groupe UMP, Jean-François Copé, a décidé de créer un groupe de travail de déminage. En signe de son absence de préjugés, il en confie le pilotage au très consensuel député-maire d’Antibes, Jean Leonetti, 60 ans. Mal lui en prend. Apprenant la nouvelle, Morano, proche du député-maire de Nice, Christian Estrosi, ennemi juré de Leonetti, fulmine :«Tout le monde sauf lui !» Encaissant le désaveu, Leonetti décline au micro l’offre de Copé. Stupeur des députés. «Ce serait bien d’avoir quelqu’un de plus jeune», s’embourbe Morano dans un lourd silence. «Jusqu’à nouvel ordre, c’est le président de groupe, et pas les ministres, qui décide qui pilote nos groupes de travail», tranche Copé, chaleureusement applaudi.

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 01:22

Le logo du Pôle emploi a coûté 500.000 euros

Créé le 10.03.09 à 18h56 | Mis à jour le 10.03.09 à 18h56  | 117 commentaires
L'entrée d'une agence "Pôle Emploi", le 5 janvier 2009 à Hazebrouck
L'entrée d'une agence "Pôle Emploi", le 5 janvier 2009 à Hazebrouck/Denis Charlet AFP/Archives

EMPLOI - Geoffroy Roux de Bézieux, président de l’Unedic, l’a reconnu mardi...

Le Pôle emploi, l’organisme qui réunit l’ANPE et les Assedic, traîne son logo comme un boulet. Après des révélations du «Canard Enchaîné» et de «La Tribune», Geoffroy Roux de Bézieux, président de l’Unedic, a dû reconnaître au micro d’Europe 1 que le dessin de ce «E» dans un rond avait coûté la bagatelle de 500.000 euros.

Geoffroy Roux de Bézieux a justifié la dépense: «Il y a eu un appel d’offres. Dans la vitesse de la fusion, on a payé peut-être un peu cher». Mais, promet-il, «il y’a un comité d’audit que je vais présider qui va s’atteler à tout ça dans les mois qui viennent. Pour essayer de réduire un peu les coûts pour que l’argent aille au bon endroit»

Le logo de l'ANPE avait coûté encore plus cher


En octobre dernier, Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement, avait pourtant chiffré la facture à 135.000 euros, en réponse aux révélations du «Canard Enchaîné». La facture avait alors été jugée «pathétique» par le syndicat FO et «scandaleux» pour la CGT.

Le sort s’acharne décidément sur les logos des agences pour l’emploi. En 2004, une polémique avait éclatée quand le coût du nouveau logo de l’ANPE avait été révélé... 2,4 millions d’euros.
20minutes.fr
Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du gouvernement
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 14:44

LA DROITE SOCIALE.

 

 Rappelez-vous.

 

« Je réduirai la fracture sociale » : CHIRAC

 

« Je serai le Président du pouvoir d’achat » : SARKOZY

 

On en est où depuis 1995, date de l’élection d’un Président de la République de Droite ?

 

Entendu et vu ce midi sur France 2.

 

Des retraités, des chômeurs…vont maintenant acheter des denrées alimentaires périmées, oui vous avez bien lu, périmées (des saucisses qui ont dépassé depuis 10 jours la date de péremption), afin de pouvoir se nourrir.

 

Ces produits sont donnés ( ?) par des vigiles des supermarchés à des personnes qui se font un peu d’argent en vendant ces denrées périmées 50 centimes d’euro.

 

Et pendant ce temps là, notre député ne pense qu’à débattre à l’Assemblée Nationale du sujet des médailles !!!

 

Pendant ce temps là, la Droite fait discuter de lois contre la vente du tabac et de l’alcool aux moins de 18 ans, loi qui sera facilement contournée.

 

Mais de qui se moque-t-on ?

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans et si on en discutait
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:23

Pour les lecteurs attentifs du Journal des Flandres et notamment suite à l'article relatif à la décheterrie d'Hondschoote, il m'apparait indispensable de préciser que ce futur équipement  certes est un investissement du SIROM mais que celui ci peut voir le jour grâce au concours financier du Conseil Général du Nord.

Le Conseil Général a octroyé une subvention de
37 500 Euros.

Il faut également préciser qu'il y a la possibilité de financer

- les plaquettes liées à l'ouverture du site (généralement réalisées un peu avant l'ouverture du site.)



Une nouvelle fois il y a une information tronquée qu'il m'a fallu rectifier!

Repost 0
Published by jean schepman - dans canton d'hondschoote
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:13

«On mesure le niveau de civilisation d’une société à la manière dont elle traite ses prison- niers»: plutôt qu’un long discours, Jean Jacques Mirassou et Martine Martinel, respectivement sénateur et députée PS de Haute Garonne citent Albert Camus à leur sortie de la prison Saint Michel à Toulouse.

 

Leur visite intra muros, ce lundi 9 mars, du centre de détention de semi-liberté, s’inscrit dans le cadre du projet de loi pénitentiaire actuellement examiné au sénat.

 

L’état des lieux constaté est selon eux «indigne d’un pays démocratique».

 

11h30 Prison Saint Michel. L’entrée de la maison d’arrêt construite sous Napoléon III s’ouvre. Jean-Jacques Mirassou et Martine Martinel sortent de leur visite: «L’état des locaux est sordide. Les installations sanitaires sont vieilles de cinquante ans, s’offusquent-il. C’est indigne à la fois pour les détenus et pour ceux qui les surveillent».

 

 

Depuis le transfert de la population carcérale à Seysses, la maison d’arrêt de Toulouse n'accueille plus qu'une trentaine de détenus en fin de peine dans une aile consacrée à la semi-liberté.

 

Ici, les détenus qui travaillent la journée à l’extérieur dorment en prison le soir et à deux par cellule. Á la maison d’arrêt de Seysses, le taux de remplissage est tel qu’ils sont quatre et parfois cinq à se partager le même espace de 10m2. «Sans aucune intimité et avec les latrines au milieu de la cellule!» s'exclame le sénateur Mirassou.

 

«Comment voulez-vous réinsérez des gens dans ces conditions-là? reprend Martine Martinel. Pareille déshumanisation ne peut engendrer que de la violence, et aucun espoir de réinsertion».

 

Se défendant de tout «angélisme», les deux élus dénoncent le projet de loi pénitentiaire et son auteur: «Rachida Dati veut faire passer sa réforme en force et dans l’urgence avant son départ du ministère de la Justice».

 

L’opposition parlementaire en est réduite à tenter de faire passer quelques amendements. Comme celui sur la réglementation de la fouille au corps en détention prise la semaine dernière au sénat.

 

«Ce projet de loi est l’occasion manquée d’un réel débat de fond sur la prévention, la sanction et la réinsertion, conclut Jean-Jacques Mirassou. La prison est un sujet de société qui concerne tout le monde, chacun pouvant passer du jour au lendemain du statut de victime à celui de détenu».

Repost 0
Published by jean schepman - dans et si on en discutait
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 22:11

Les climatologues qui se retrouvent cette semaine à Copenhague pour faire le point sur les dernières données scientifiques disponibles sur le changement climatique s'attendent à de mauvaises nouvelles, a annoncé lundi l'un des organisateurs de la conférence.


La réunion de trois jours, qui commence mardi, vise à mettre à jour les données scientifiques du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié en 2007. Ce document sera présenté aux décideurs politiques qui participeront à un sommet crucial à Copenhague en décembre prochain visant à conclure un nouveau traité post-Kyoto sur les gaz à effet serre.


L'objectif de la conférence de cette semaine est de "donner la meilleure information possible aux responsables politiques", explique Katherine Richardson, une scientifique membre de l'université de Copenhague, qui organise la réunion.


Le rapport 2007 du GIEC a compilé les travaux de plus de 2.000 scientifiques, recensant les effets probables du réchauffement. De nouvelles données sont depuis apparues sur la fonte des glaces de l'Arctique et de l'Antarctique, qui menace de faire monter de manière importante le niveau des océans et d'inonder les villes côtières et des îles situées juste au-dessus du niveau de la mer.


Le rapport 2007 prédisait une hausse du niveau de la mer entre 18 et 58 centimètres d'ici la fin du siècle, un phénomène qui pourrait contraindre des millions de personnes à quitter leur foyer. Des données récentes montrent que l'élévation pourrait en fait être de 10 à 20 centimètres plus importante si la fonte des glaces polaires se poursuit au rythme actuel.


La hausse du niveau de la mer est l'un des principaux thèmes au menu de la conférence de cette semaine, mais beaucoup d'autres éléments du rapport du GIEC doivent également être mis à jour. Les dernières nouvelles sur le changement climatique ne sont pas bonnes, note Mme Richardson.


Quelque 1.600 contributions écrites provenant de près de 80 pays ont été présentées pour la conférence à laquelle assistera le président du GIEC, Rajendra Pachauri, ainsi que Nicholas Stern, auteur d'un rapport pour le gouvernement britannique sur le coût du changement climatique. Les conclusions seront publiées aux alentours du 1er juin.
 

Repost 0
Published by jean schepman - dans développement durable
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 22:09
allez tant pis je me lance !
tzarko dernier : ah Carla  tu m'exiques !!!
!
Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 15:52

lu dans la Voix du Nord, l'entreprise Europerfà Wormhout spécialisée dans la fabrication et le conditionnement de parfums devrait licencier 21 emplois sur les 154 salariés de l'entreprise.

Une conséquence triste de la crise économique qui selon Lagarde et Tsarko1er n'aurait pas de répercussions localement.

Encore une preuve de la faillite de cette politique ultralibérale et du fameux plan de relance de l'UMP.

Repost 0
Published by jean schepman - dans la faillite du libéralisme
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 15:23

 

 

http://profseteleves.blogs.liberation.fr/silnyavaitqueleseleves/2009/03/le-tlphone-sonn.html

 

 

09/03/2009

Des embrouilles dans les mutations ?

 

«Vous avez un nouveau message.

Bonjour. Ceci est une information de l’Education Nationale.

Votre demande de mutation est envisagée.

Bip.»

 

Hein ? Quoi ?

Mais les commissions paritaires d’examens des demandes n’ont pas eu lieu.

Comment se fait-il que j’ai déjà une réponse ? Et qu’est-ce que signifie ce «envisagée» ? Ça veut dire que je mute ? Qu’après trois demandes infructueuses, je vais pouvoir enfin intégrer l’Académie de mon choix ?

 

Il faut que je vérifie.

J’appuie sur «5».

«Ce numéro n’est pas accessible.»

 

Rhaaaa. Puis-je enfin ouvrir mes bouteilles de Moët & Chandon qui attendent dans le frigo depuis des années ?

 

Ce petit scénario qui a eu lieu il y a une quinzaine de jours a concerné une grande majorité d’enseignants de la Seine-Saint-Denis et de Paris (pour ce que j’en sais) qui avaient fait leur demande de mutation pour changer d’académie. Enfin, dans une bonne partie des cas, le message était différent.

«Votre demande de mutation n’a pas été satisfaite.» Là, les choses sont relativement claires.

 

Habituellement, aucune information n’est donnée aux enseignants qui souhaitent changer d’établissements avant une décision définitive. Elle n’est rendue qu’après que l’administration n’a proposé ses résultats aux syndicats, que des élus ont pu vérifier que l’ensemble des règles ait été appliqué avec rigueur et que des erreurs identifiées aient été corrigées.

Le système de mutation des enseignants est loin d’être parfait mais dans ce jeu où les règles changent chaque année il est plutôt rassurant d’avoir des garde-fous qui assurent leur respect et leur application équitable.

 

La question subsiste. Quel est l’intérêt de ces appels ?

Naïvement, on pourrait penser qu’ils permettent d’abréger les espoirs vains des collègues très loin des barèmes d’entrée. Cependant, dans le contexte actuel, la confiance aveugle n’est pas vraiment de mise au moment où le gouvernement souhaite mettre fin à ces fameuses commissions paritaires où siègent membres de l’administration et syndicats.

 

Je vous expose ma petite théorie du complot.

Lors des dernières élections professionnelles, la participation a été plus élevée que lors des précédents votes. On peut l’interpréter comment un regain de confiance des personnels dans les syndicats. Supprimer abruptement le paritarisme dans ces conditions ne serait peut-être pas le coup le plus stratégique pour atteindre sans trop de bruit ce but.

Repost 0
Published by jean schepman - dans tzarko 1er
commenter cet article