Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Parti socialiste

Section d’Hondschoote

                                                                                    

 

Compte rendu de l’AG exceptionnelle du 8 décembre 2010

 

Jean SCHEPMAN, Secrétaire de la Section Cantonale d’Hondschoote remercie les nombreux militants présents ce soir pour discuter débattre avec notre camarade Roger Vicot, Secrétaire Fédéral sur un thème trop longtemps et à tort laissé à Droite : la Sécurité.

Jean Schepman précise que ce thème a été souvent abordé en sections avec des prises de positions quelques fois musclées du fait notamment que ce sujet pose réellement le débat sur la manière d’aborder ce thème.

Et dans l’optique des futures échéances électorales, la question de la Sécurité ne doit plus être un tabou au sein du Parti Socialiste, c’est un sujet essentiel pour les français qui ne doit pas être considéré comme une valeur de la droite, au contraire Jean Schepman rappelle qu’il s’agit d’un droit essentiel inscrit dans la Constitution.

Jean Schepman remercie la presse de sa présence et précise qu’au-delà des critiques infondées sur notre Parti, il faut rappeler que nous socialistes travaillons sur un projet de société ; il tient à préciser au sujet du thème de la soirée que Martine AUBRY a présenté le 17 novembre dernier un panel de propositions concrètes et efficaces en matière de sécurité.

La droite a utilisé ce thème de l’’insécurité ou du sentiment d’insécurité pour gagner les élections et marcher sur les plates bandes du Front National. Il faut se réapproprier ce sujet et rappeler que la sécurité est un thème de la Gauche.

Jean SCHEPMAN avant de passer la parole à Roger Vicot, remercie de leur présence les secrétaires de section du littoral (Bergues, Cappelle La Grande, Saint Pol sur Mer) et les militants du Dunkerquois (Coudekerque-Branche, Loon Plage, Dunkerque) et Jean Luc Darcout, Maire de Armboust Cappel et Candidat aux élections cantonales dans le Canton de Bergues.

Roger Vicot  remercie par l’intermédiaire de Jean SCHEPMAN les militants de  la section de cette aimable invitation et démarre son intervention en précisant ses fonctions électives au sein du Parti Socialiste et à la Ville de Lille et de Lomme.

Roger Vicot est très heureux que le 17 Novembre 2010, le Parti Socialiste ait présenté ses propositions en matière de sécurité. Le PS ose enfin aborder ce thème essentiel, car selon lui et comme l’a précisé Jean Schepman, c’est un vrai combat de la Gauche.

La droite a repris le thème de la sécurité pour l’assimiler à l’aspect uniquement sécuritaire et surtout en voulant faire croire qu’elle est la seule capable de traiter ce dossier avec efficacité, et en caricaturant la gauche et le PS en particulier comme laxistes. Ce message digne de la propagande a trop bien été perçu par l’opinion et même hélas au sein de notre parti.

Roger Vicot rappelle que c’est un droit inscrit dans la Constitution  et dans la déclaration des Droits de l’Homme. Hélas de nos jours, le droit à la sécurité n’est pas le même pour tous que l’on habite à Neuilly ou au sein des quartiers dits difficiles.

Il ya une inégalité au sein de notre société et combattre les inégalités, faut il le préciser est un combat de la Gauche. La Sécurité n’est pas synonyme de sécuritaire bien au contraire et le PS se doit de le préciser à chaque instant.

Quand on aborde la question de la sécurité, Roger Vicot rappelle qu’il est indispensable de traiter la problématique des moyens à donner par l’Etat à ses forces de police.

La sécurité est une mission régalienne (obligation) de l’Etat et selon le PS doit rester ainsi, il faut éviter et empêcher le transfert de cette compétence aux collectivités locales et surtout à la concurrence privée. La Droite et l’UMP diluent la sécurité  avec une volonté plus ou moins cachée de privatiser ce service public.

La Droite assimile la sécurité uniquement à la répression, alors que nous socialistes en précisant que la répression n’est pas tabou au sein de nos instances, préconisons une approche globale de la question en traitant la sécurité de l’amont (prévention) à l’aval (répression).

Le PS pense qu’au lieu de traiter la question de la délinquance par l’unique répression il vaut mieux agir sur les causes de cette délinquance.

Il faut également aborder sans réserve, la question de la peine de prison, en effet pour le condamné la peine de prison, la mise en parenthèse de la société doit être utile à la fois pour lui mais surtout pour la société ; à la sortie de prison, il faut empêcher la récidive.

La Droite dans ce domaine dispose d’un bilan catastrophique puisque tous les financements consacrés au suivi psychologique, social, éducatif dans les prisons ont été purement et simplement supprimés. Tout le travail indispensable pour éviter la récidive et préparer la sortie de prison est ainsi effacé d’un simple coup de main par l’UMP et la Droite.

Le Parti Socialiste propose un projet et un programme clair et ambitieux, Martine AUBRY l’a d’ailleurs présenté le 17 novembre 2010 à Créteil :

http://www.parti-socialiste.fr/articles/pour-un-pacte-national-de-protection-et-de-securite-publique-22-propositions-pour-apporter-

Ces 22 propositions pour la sécurité reposent sur quatre grands principes:

Bâtir une société qui crée de la sécurité (en finir avec la philosophie de l’excuse)

II. Assurer une présence quotidienne des forces de sécurité et de la justice (il s’agit d’un service public !)

III. Ouvrir l’éventail des réponses afin de proposer une sanction proportionnée pour chaque acte

IV. Moderniser le fonctionnement des forces de sécurité et de la justice

 

Roger Vicot se propose de présenter rapidement ces 4 axes en y apportant des exemples mais suggère de lire avec attention le document qu’il met à disposition des camarades présents reprenant les 22 mesures.

I) « Bâtir une société qui crée de la sécurité » ; c’est un choix de société qui doit être élaboré dès le plus jeune âge, le rôle de l’éducation est primordiale, il est indispensable de proposer un véritable parcours de vie et la question des moyens alloués aux services publics doit être posée. En effet, ils forment un  ensemble cohérent pour assurer une société du Bien-être.

Roger VICOT souhaite ici  faire un focus sur propagande de la droite sur la réduction des déficits avec comme unique curseur d’ajustement la baisse des fonctionnaires , il faut le savoir 60 000  postes de fonctionnaires ont été supprimés et la Cour des Comptes (ce n’est pas un repère de gauchiste précise Roger Vicot) a estimé que cela représente une économie de 100 millions d’euros uniquement, Jean Schepman insiste sur ce point en indiquant que ce n’est même pas assez pour payer l’avion présidentiel que Sarkozy vient de commander.

Pour bâtir une société qui crée de la sécurité il faut se donner les moyens et notamment dans la prévention situationnelle des violences urbaines.

 

II) il faut assurer une présence pérenne des forces de police et au plus proche des habitants, la police de proximité n’est pas la police qui joue au foot avec les jeunes, non il s’agit de la police qui joue un rôle essentiel au sein des quartiers et des villes. Elle doit avoir un rôle d’interlocuteur de proximité.

 

Roger Vicot présente l’exemple japonais où 80 % des affaires sont résolus alors qu’en Europe on se satisfait de 30 %. Une des solutions c’est la présence permanente et au plus près des habitants et par conséquent celle qui connaît parfaitement le secteur et qui sait réellement ce qui ce passe dans un périmètre bien défini à taille raisonnable.

 

Le PS propose une hausse des effectifs, afin d’accroitre la présence sur l’ensemble du territoire avec des zones de sécurité prioritaire pour les zones les plus difficiles.

 

Dans cet axe, la question de la victime est essentiel, le PS au contraire de ce que veut faire croire la Droite est très sensible sur ce point, il faut travailler sur un accueil professionnel des victimes, un suivi et un soutien efficaces et réels.

 

III) Mais il faut se donner les moyens, ce que la Droite ne fait pas. La Justice et la Police subissent comme chaque service public des coupes sombres et scandaleuses.


Roger Vicot nous apprend à la surprise des camarades présents qu’en 2010, en France il y a autant de juges qu’au milieu du 19ème siècle. Comment peut-on alors prolonger efficacement le travail de la Police puisque les affaires ne sont pas jugées dans des délais raisonnables. Le PS a la volonté politique de remédier à ce problème. Les solutions existent et sont déjà mises en applications dans certaines villes (notamment de gauche comme à Lille) où des délégués des procureurs sont chargés de travailler sur les primo-délinquants. Mais cette solution est une mesure volontariste de la collectivité locale en lien avec l’Etat, il est indispensable de généraliser et de mettre l’Etat devant ses responsabilités.

 

IV) Moderniser le fonctionnement des forces de sécurité et de la justice

Roger Vicot ne développe pas trop ce point pour permettre le débat avec les militants, il précise juste que la formation des policiers n’est pas adapté à la réalité, un jeune policier est débarqué sur le terrain sans avoir été formé correctement, il insiste sur un point : le Droit est une épreuve facultative pour les policiers !

 

Roger Vicot pour terminer son exposé souhaite rappeler que le PS est particulièrement attentif à la question de la sécurité, que le PS travaille sur son projet en signalant la nécessité d’une apporche globale de coordination territoriale.

 

 

Débat :

Jean Schepman lance la série de questions en indiquant préalablement que notre camarade Roger Vicot vient de nous présenter avec brio et qualité un sujet essentiel pour les militants socialistes et évidemment pour les concitoyens.

 

De nombreuses questions ont été posées traitant de la question du rôle des élus et collectivités locales, de l’aspect préventif de la sécurité, de l’utilisation de la vidéo surveillance et des limites en matière des libertés publiques, de la question de la perception au sein même de notre parti par les militants de l’appropriation du thème de la sécurité, des réponses adaptées au monde rural.

 

Roger Vicot a répondu avec franchise, sans langue de bois aux questions, témoignages des camarades présents mais également à celle d’un citoyen militant du Modem.

 

Il a rappelé ainsi le rôle déterminant de la concertation et la coordination de l’ensemble des partenaires d’un territoire sur la question de la Sécurité.

 

La Droite a su à des fins électoralistes, diffuser dans l’opinion publique un sentiment d’insécurité : Quand on crée le désordre, on crée le désir d’ordre.

 

La justice en France selon Roger Vicot, n’est pas efficace pour des raisons simples de moyens défaillants !

 

Il rappelle que la droite traite la sécurité sous le volet uniquement sécuritaire en laissant des zones de non droits et des zones ultra surveillés mais qui ne répondent  pas aux attentes de la population : l’effet plumeau : on déplace les problèmes d’un point à un autre sans pour autant les résoudre.

 

Pour conclure, Roger Vicot en remerciant les camarades et Jean Schepman de son accueil rappelle que là où il ya de l’insécurité, de l’injustice et de l’inégalité, la Gauche doit être présente et le Parti Socialiste également.

 

 

 

 

 

 

Jean SCHEPMAN

Secrétaire de la Section d’HONDSCHOOTE

jschepman@cg59.fr

http://jeanschepman.over-blog.org/

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by