Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 22:44
Croissance de 0, 27  pour le dernier trimestre !
Nous, nous ne sommes pas en récession ! na na na
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 23:52
Merci à Daniel Adalbéron
Newsletter n° 1 - 10 novembre 2008
> > >
> > > La lettre "En conscience, je refuse d'obéir" d'Alain Refalo a agi comme
> > > un déclic chez beaucoup d'enseignants. A ce jour, plus de 7 500
> > > visiteurs différents l'ont lu sur le blog, sans compter une vingtaine de
> > > sites qui l'ont mise en ligne et la diffusion par mail. Des enseignants
> > > l'impriment, la diffusent, l'affichent.
> > >
> > > Aujourd'hui, à 17h, Alain Refalo a été convoqué par son Inspecteur de
> > > circonscription qui l'a reçu, accompagné d'un représentant de
> > > l'Inspecteur d'Académie. L'inspection Académique a reçu ordre du
> > > Ministère d'ouvrir une enquête au sujet de cette affaire et de lui
> > > transmettre un rapport.
> > >
> > > L'entretien a duré 1h30 durant lequel il lui a été demandé s'il
> > > confirmait le contenu de la lettre. Alain Refalo a confirmé point par
> > > point les sujets sur lequels il considérait son devoir de désobéir.
> > >
> > > Les inspecteurs ont voulu connaître ses motivations. Alain Refalo a dit
> > > que depuis des mois les enseignants n'étaient pas entendus, malgré les
> > > pétitions, les grèves, les tribunes dans la presse. Il a affirmé avoir
> > > posé cette acte de désobéissance en souhaitant que d'autres prennent le
> > > relais, que ce mouvement s'amplifie afin de créer un débat public et un
> > > rapport de forces avec l'administration.
> > >
> > > Il est évident que ce qui embarrasse aujourd'hui le Ministère c'est la
> > > publicité donnée à cette lettre, sa diffusion comme une trainée de
> > > poudre sur internet.
> > >
> > > Une fois le rapport transmis à l'IA, Alain Refalo sera certainement
> > > convoqué pour un nouvel entretien avec l'IA.
> > >
> > > Aujourd'hui, il apparait important que cette initiative soit relayée par
> > > l'envoi de nombreuses lettres individuelles ou/et collectives pour
> > > affirmer notre détermination et rendre difficile la répression et les
> > > sanctions. Le blog Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école
> > > propose un modèle de lettre modulable à envoyer à son inspecteur.
> > >
> > > N'hésitez pas à nous en envoyer copie. Elles peuvent, si vous le
> > > souhaitez, être publiées sur le blog. Plus l'affichage de la
> > > désobéissance sera massif, plus nous serons nombreux à entrer dans cette
> > > démarche nouvelle et plus nous parviendrons à créer un mouvement de
> > > résistance susceptible de peser dans l'avenir.
> > >
> > > A très bientôt
> > >
> > > Hendatho,
> > > pour le blog Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école
> > >
> > > http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html
> > >
> >
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 23:25
J'étais ce soir en permanence à Hondschoote : beaucoup de monde , beaucoup de désespoir , beaucoup de pauvreté !
Aussi je ne peux pas croire que plus de 40% des Français seraient satisfaits de Tarko 1er .
Rapport alarmant du Secours Catholique
- France 2 -
Le Secours catholique, qui publie jeudi son rapport annuel, met l'accent sur l'augmentation des travailleurs pauvres

Selon le rapport, 60% des familles "rencontrées" en 2007 par le Secours catholique sont monoparentales et les 50-60 ans sont de plus en plus nombreux dans ses services d'accueil: 19,5% en 2002, 24,1% en 2007.

L'enquête portant sur 90.000 des 1,4 million de personnes accueillies en 2007 montre que 18,7% occupent un emploi, contre 17,7% en 2006.

Concernant les 50-60 ans, "il s'agit de personnes qui exerçaient des professions anciennes, qui ont un  niveau de formation très faible et pour lesquelles un reclassement est quasi impossible",diagnostique le président du Secours catholique, François Soulage. "Mais ce rapport a un temps de retard. On voit arriver en ce moment des jeunes. Ce sont des jeunes qui étaient en intérim ou en CDD de trois mois et que l'on voit arriver depuis le début de la crise en septembre", précise-t-il encore.

François Soulage n'est pas en mesure de donner un chiffre précis mais fait état d'une augmentation des personnes accueillies par le Secours catholique "de 10 à 15% depuis les vacances". "Aux Restaurants du Coeur, dit-il, c'est la même  chose: il y a un problème évident, en ce moment, et spécialement avec les jeunes".

Les familles monoparentales très touchées
Le Secours catholique, qui a accompagné en 2007 quelque 290.000 familles, souligne que le nombre de familles monoparentales n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années. En 1997, il  "rencontrait" autant de familles monoparentales que de couples. En 2002, ces familles étaient 56% et, en 2007, 60%.

67% des enfants de 6 à 17 ans (accueillis par l'association) vit dans une famille monoparentale alors que les plus jeunes (moins de 3 ans) sont plus nombreux au sein des couples. Les familles monoparentales sont aussi grandement défavorisées par rapport à l'accès à l'emploi : parmi les couples dont le plus jeune enfant a moins de 3 ans, 27,5% des chefs de familles en couple ont accès à l'emploi contre 9,2% pour les familles monoparentales. Enfin, la précarité du logement touche davantage les mères jeunes et  seules.

Les travailleurs pauvres également en hausse
Les personnes qui occupent un emploi mais doivent avoir recours à des associations caritatives pour vivre sont de plus en plus nombreuses en France, estime encore le Secours catholique.

Et oui il faut travailler plus pour gagner moins !

L'organisation caritative rappelle qu'au total, la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté en France est estimée à sept millions de personnes, dont deux millions d'enfants ou adolescents.

"Même si le pourcentage de travailleurs pauvres accueillis au Secours catholique  est assez minoritaire, son augmentation, même légère, signifie que de plus en plus de personnes, bien qu'ayant un emploi, ne parviennent pas à échapper à la pauvreté". Les travailleurs qui viennent demander assistance à l'organisation occupent en grande majorité des emplois précaires, notamment à temps partiel. Il y a en particulier beaucoup de femmes travaillant à temps partiel alors qu'elles souhaiteraient être occupées à temps complet.

Pour tous, le problème le plus aigu reste celui du logement: un cinquième des personnes interrogées vivent dans un logement précaire. L'augmentation des loyers excédant celle du pouvoir d'achat, le problème s'aggrave, fait remarquer le Secours catholique.

La part des étrangers dans la population accueillie (27,4%) reste stable. Parmi eux, il y a 10,8% d'étrangers sans papiers ou qui ont été déboutés d'une demande de séjour.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 00:28
Bébé en rétention : un traitement inhumain
- Centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot - AFP/STEPHANE DE SAKUTIN -

Centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot

© AFP/STEPHANE DE SAKUTIN
La commission nationale de déontologie et de sécurité qualifie d'inhumain le traitement infligé à un bébé de 3 semaines

C'est ce que révèle France Info mardi matin.

La commission nationale de déontologie et de sécurité a rendu son avis sur une affaire qui avait provoqué l’émoi dans l’opinion publique. Un bébé de trois semaines avait dû accompagner ses jeunes parents, un couple moldave, en garde à vue puis au centre de rétention administrative de Rennes.

Leur demande d’asile politique refusée, le couple est appréhendé  le 17 octobre 2007 par les gendarmes de Gien et placé en garde à vue pendant près de neuf heures, avec leur bébé de trois semaines. Ils sont ensuite transférés au centre de rétention de Rennes, à 400 kilomètres de là, sans même avoir obtenu le moindre repas.

Le lendemain, le juge des libertés et de la détention avait ordonné la libération, estimant le traitement inhumain et dégradant. Le préfet avait fait appel, mais la justice a confirmé sa décision initiale.

-> Pour en savoir plus, voir
l'article de France Info, qui révèle l'affaire et publie l'avis et recommandation de la Commission nationale de déontologie et de sécurité.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 17:05
La crise propulse le déficit commercial à un niveau record en septembre

PARIS (AFP) — Le déficit commercial s'est creusé en septembre à un niveau record, plombé par une chute des exportations dans une Europe en crise, qui va miner encore plus la croissance.

Ce déficit a atteint 6,250 milliards d'euros, un chiffre jamais vu sur un mois, contre 5,372 milliards en août.
Avec un trou de 40,9 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de 2008, soit une dégradation de 13 milliards par rapport à la même période de l'année précédente, la France s'achemine vers un nouveau record sur l'année.

"Le mois de septembre n'est pas bon", a reconnu la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac.

Elle ne manque pas d'humour !
elle n' a pas osé dire comme tzarko 1er, avec un haussement saccadé des épaules :
C'est la faute à la crise !
et bien non, ils n'ont aucune excuse !
En effet pendant le même temps en Allemagne l'excédent lui est de ... 16 MILLIARDS !!! encore en augmentation de cinq milliards par rapport au mois précédent ! 

"Ce qui est le plus frappant ces derniers mois, c'est la chute de la demande de nos principaux partenaires européens", a-t-elle expliqué à l'AFP.

En septembre, les exportations ont en effet diminué vers le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Allemagne et l'Italie, les quatre principaux clients de la France.

"Le Royaume-Uni et l'Allemagne sont confrontés à un fort ralentissement de la consommation des ménages; mécaniquement, les exportations françaises vers ces deux destinations se sont ralenties", relève Alberto Balboni, analyste au cabinet Xerfi.

Et pendant ce temps les français n'achèteraient rien ???                quoique avec le pouvoir d'achat étranglé par Tzarko 1er , on peut comprendre !

La France souffre parallèlement d'une baisse des commandes de biens d'équipement en provenance d'Allemagne et d'Italie, où la production industrielle souffre de la crise.

Selon une enquête de conjoncture publiée vendredi par l'Insee, les industriels européens continuent d'anticiper un net ralentissement de leur production dans les prochains mois.

L'excédent commercial de l'Allemagne, principale économie de la zone euro, a certes continué d'augmenter pour atteindre 15 milliards d'euros en septembre, contre 10,6 milliards le mois précédent, selon des chiffres provisoires publiés vendredi. Mais "le rythme de progression de ses exportations diminue", note Alberto Balboni.

En France, les exportations automobile ont notamment cédé du terrain. "Les biens intermédiaires, signal avancé de la conjoncture, sont aussi en repli", relève Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès. Dans le même temps, les importations ont légèrement augmenté.

Malgré la nette baisse des prix du pétrole, la facture énergétique a continué de plomber la balance commerciale, ce repli ne s'étant pas encore répercuté dans les prix du gaz naturel. Dans les mois qui viennent, le poids de cette facture devrait toutefois s'alléger.

Ah ! Vous y croyez vous à une baisse du prix du Gaz ???

De même, le reflux du cours de l'euro par rapport au dollar aura un "impact positif", notamment pour les constructeurs aéronautiques dont les coûts sont facturés en dollar, a souligné Mme Idrac.

Mais "les deux tiers des exportations françaises se faisant en Europe, l'effet sera moins important qu'il n'y paraît", a-t-elle relativisé.

Pour 2009, le gouvernement tablait jusqu'ici sur une légère réduction du déficit, à 49 milliards d'euros, après un record de 49,8 milliards prévu cette année.

"Nous allons bien sûr constater...

DE TOUTE FAçON ILS NE SAVENT FAIRE QUE CELA !!! CONStATER ET ... NOUS FAIRE PAYER !!!

que ces prévisions, calées sur des perspectives de croissance qui ne sont plus de mise, ne seront pas celles-là", a reconnu Anne-Marie Idrac.

Les mauvais chiffres confirment en tout cas, pour plusieurs économistes, que la croissance devrait être en repli au troisième trimestre, plongeant la France en récession.

Pour tenir compte de l'impact de la crise, le gouvernement a d'ores et déjà révisé jeudi en nette baisse ses prévisions de croissance pour 2009 dans une fourchette comprise entre 0,2% et 0,5% contre 1% à 1,5% auparavant. Pour 2008, il table sur environ 1%.

Partager cet article
Repost0