Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 11:01

La Communauté Urbaine de Dunkerque et le Syndicat Mixte pour l’Alimentation en Eau de la région de Dunkerque (SMAERD) viennent de se doter d’un tarif éco-social de l’eau. Deux critères seront pris en compte : un critère social (foyer bénéficiaire de la couverture maladie universelle complémentaire) et un critère écologique (la consommation d'eau).


Ainsi, le nouveau dispositif comprendra 3 tranches : l’eau « essentielle » (jusqu'à 75 m3 par an et par foyer), l’eau « utile » (entre 76 et 200 m3) et l’eau « confort » (consommation supérieure à 200m3). A chaque tranche correspond un tarif au m3, qui va donc en augmentation, afin d’inciter à la consommation responsable. En outre, les bénéficiaires de la CMU ont droit à un tarif préférentiel en ce qui concerne la tranche de l’eau dite « essentielle ».


Je souscris pleinement au principe d’une tarification éco-solidaire de l’eau. Mon engagement d’élu a toujours été de concilier écologie et solidarité, et je tiens à saluer l’initiative remarquable prise par mes amis Dunkerquois.


Dès 2007, j’ai lancé l’opération nationale « Eau de pluie, oui oui » avec 21 autres Départements afin d’utiliser l’eau de pluie pour utilisation domestique (jardin, nettoyage) et j’ai demandé à l’Agence de l’Eau, toujours dès 2007, de réfléchir à un tarif social de l’eau.


Toutefois, je suis particulièrement inquiet de l’absence du critère pourtant fondamental de la composition du foyer dans le calcul de la tarification.


Rappelons qu’en moyenne, la consommation d’eau d’un habitant du Nord-Pas de Calais est de 118 litres par jour, soit 43m3 ( 43000 litres) par personne et par an (Source : Cemagref, Engees, Ministère chargé de l’écologie).


Ainsi, en toute logique, les personnes seules ou en couple seront les plus susceptibles de ne pas dépasser (ou de peu) la tarification de l’eau dite « essentielle ». Ils seront par conséquent les grands gagnants du nouveau dispositif.


Par contre, les grands perdants de ce dispositif seront les familles nombreuses. Même avec la meilleure volonté du monde, comment un couple, à partir de deux enfants, pourrait-il espérer se maintenir en dessous de 75 m3 ? En réalité, la consommation normale d’un foyer de 5 personnes a toutes les chances d’atteindre et de dépasser le seuil de l’eau dite de « confort », avec l’application du tarif afférent.


D’une idée de départ louable, on en arrive donc à un système qui conduira à fortement pénaliser les familles avec enfants par rapport aux célibataires et couples sans enfants et ce, quelque soit leurs revenus.


Je milite par conséquent à ce que soit pris en compte le coefficient familial dans la tarification de l’eau. Certains m’ont indiqué que cela n’était pas possible et pourtant, cela se fait très habituellement. Pour ne citer que quelques exemples ; l’Etat prend en compte le coefficient familial dans le paiement de l’impôt ou le versement de prestations, les municipalités peuvent également le prendre en compte dans les cantines, les centres aérés…    

Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 16:56

suite  à  l 'inauguration de  l'école  publique à  Bambecque  ce  matin  et  la  manifestation des  opposants  aux  porcheries  industriellles en flandres  ,  ....

J'ai  entendu   un élu  déclarer  "je  ne  ne  polémiquerai  pas  au sujet  de  .. "

Bien  pratique(!!!)  ainsi  on  ne donne  pas son  avis  et  on reste dans  le  vague  ...

Moi je  pense sincérement   qu'en démocratie  on doit  exprimer  clairement  son avis  quand  on est élu  afin de  permettre  d'abord le débat  et  ensuite  l'acceptation  ou  le refus   par rapport  à   un  projet.


Il en  va de  notre crédibilité  en tant qu 'élu .


Je  le rappelle  une  nouvelle fois  je suis  contre  le  projet de  porcheries  industrielles d 'Houtkerque et de  Bambecque  car  nous savons tous que  les  exploitants  belges  ne respecteront  pas  les régles d'épandage et  que la France, suite aux  suppressions de  postes de fonctionnaires d'état, ne  pourra contrôler la  légalité de  ces  délestages de  lisier  belge  .

D'ailleurs, dès  lundi   ou  mardi   Patrick  Kanner  1er   Vice -Président  du  Conseil  Général et  moi  même   nous  interpellerons  le  préfet  afin  d 'obtenir  un  moratoire  sur  ces dossiers  .

En tant  qu'élu  président de  la CLE  de  l'yser, je souhaite obtenir         l'assurance  par  monsieur  le  préfet que   toutes  les  précautions seront  prises quant  à   l'épandage des  lisiers dans  le secteur  de  l'Yser.

Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:32
Hier lors la Commission Locale de l'Eau du SAGE de l'Yser, en tant que président, j'ai proposé un texte assez consensuel quant aux projets de porcheries industrielles en Flandres.
ce texte était destiné à être envoyé aux autorités compétentes afin que les analyses environnementales et de protection de l'Yser soient bien prises en compte.

Ce texte soumis démocratiquement aux membres de la CLE, désignés je le rappelle par décret du Préfet n'a pas été accepté, suite à un vote défavorable de la profession agricole et de ses représentants qui ont ainsi démontré leur accord  en faveur des porcheries.

Je suis déçu de cette décision qui n'est pas la mienne en tant qu'élu local, je me suis prononcé quant à moi contre ses projets néfastes pour l'environnement et pour  notre territoire.

La CLE ne donnera pas d'avis ni favorable ni défavorable.

Le combat continue sur d'autres fronts.
Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 16:04

J'étais cette après midi à   Quiéry la Motte dans le Pas de Calais entre Arras et Douai
pourquoi?

Pas pour me promener!  Il y a la bas une rivière l'escrebieux et surtout des champs captants où l'on pompe de l'Eau pour les habitants du Nord et du Pas de Calais.


( L'Escrebieux est une petite rivière française de la région Nord-Pas-de-Calais et un affluent de la Scarpe, donc un sous-affluent de l'Escaut: http://fr.wikipedia.org/wiki/Escrebieux)



Les colllectivités ont décidé de protèger  les champs captants et je suis allé visiter les 45 Ha  de boisements protégeant la ressource en Eau.

Une des particularités de ce site est que le public a accès à une belle promenade, ce qui permet de joindre l'utile à l'agréable.

Je vous rappelle que la protection de la ressource en eau sera un des combats essentiels de ce siècle.

Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 01:34
jétais hier Jeudi, pour la journée  à La Haye capitale des Pays bas , au ministére de l'eau afin de lancer un groupe de travail sur des réponses communes à la problématique montée des eaux°

1milliards  200 millions d'euros par an sont décidés votés par le parlement afin QUE LES HABITANTS  rester sur le territoire !
La probabilité est chIIffré PAR LES hOLLANDAIS,à  50 cm en 2050  !travaux,partenariat publique privé !!! digues relevées pompes voie d'eau etc ... etc °°°
nous allons échanger nos donnèes et proposer les mesures à prendre  trés rapidement
 
!!!
 
Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 11:34
Je vous suggère de lire avec attention l'excellent article du moniteur sur la récupération de l'eau de pluie!

http://www.lemoniteur.fr/actualite/environnement/la_recuperation_eaux_pluie_encadree/D72EF26B5.htm

Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 11:33

Récupération de l'eau de pluie : un arrêté pour le crédit d'impôt

La parution de l’arrêté relatif au crédit d’impôt pour la récupération des eaux de pluie était très attendue. C’est désormais chose faite, ce texte a été publié au Journal officiel le 18 octobre dernier !

Cet arrêté est l’un des textes d’application de la loi sur l’eau du 30 décembre 2006. Il modifie l’article 18 bis de l’annexe IV du Code général des Impôts, lequel fixe la liste des équipements, matériaux et appareils éligibles au crédit d’impôt sur le revenu au titre de l’habitation principale du contribuable située en France. L’arrêté complète cette liste avec les équipements de récupération de l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles (voir encadré). Il s’applique au coût des équipements de récupération et de traitement des eaux pluviales payés entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2009 dans le cadre de travaux réalisés dans un logement achevé ou intégrés à un logement acquis neuf entre les mêmes dates. Le crédit d’impôt est égal à 25 % du montant de ces équipements.

Pour autant, le crédit d’impôt ne doit pas être un leitmotiv. Comme le souligne Valéry Jimonet, président du SNAREP (Syndicat National des Acteurs de la récupération d’eau pluviale), "l’aspect écologique prime. En aucun cas, nous ne deviendrons des vendeurs de crédit d’impôt !"

Autre texte d’application
Autre texte d'application de la loi sur l'eau du 30 décembre 2006 : l’arrêté du 21 août 2008 précise les conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée en aval de toitures inaccessibles, dans les bâtiments et leurs dépendances, ainsi que les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance des équipements nécessaires à leur récupération et utilisation.

Equipements de récupération de l'eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles constitués :

1° De l’ensemble des éléments suivants :

- d’une crapaudine, installée en haut de chaque descente de gouttière acheminant l’eau vers le stockage ;

- soit d’un système de dérivation des eaux de pluie vers le stockage installé sur une descente de gouttières (en cas de descente unique), soit d’un regard rassemblant l’intégralité des eaux récupérées ;

- d’un dispositif de filtration par dégrillage, démontable pour nettoyage, de maille inférieure à 5 mm, placé en amont du stockage ;

- d’un dispositif de stockage, à l’exclusion des systèmes réhabilités comprenant une ou plusieurs cuves reliées entre elles, répondant aux exigences minimales suivantes :

. étanche ;

. résistant à des variations de remplissage ;

. non translucide ;

. fermé, recouvert d’un couvercle solide et sécurisé ;

. comportant un dispositif d’aération muni d’une grille anti-moustiques, et

. équipé d’une arrivée d’eau noyée, d’un système de trop-plein muni d’un clapet anti-retour (sauf dans le cas où le trop-plein s’effectue par l’arrivée d’eau) ;

. vidangeable, nettoyable intégralement et permettant d’avoir un accès manuel à tout point de la paroi ;

. des conduites de liaison entre le système de dérivation et le stockage et entre le trop plein et le pied de la gouttière dérivée ;

. d’un robinet de soutirage verrouillable ;

. d’une plaque apparente et scellée à demeure, au-dessus du robinet de soutirage, portant d’une manière visible la mention : eau non potable et un pictogramme caractéristique.

2° En cas d'usage des eaux de pluie ainsi collectées à l'intérieur des habitations, dans les conditions et limites définies par un arrêté conjoint des ministres en charge de l'écologie et de la santé, de l'ensemble des éléments complémentaires suivants :

- d'une pompe, immergée ou de surface, ou d'un surpresseur, d'une puissance inférieure à 1 kilowatt ;

- d'un réservoir d'appoint doté d'une disconnexion de type AA ou AB au sens de la norme NF EN 1717 ;

- d'un ensemble d'étiquetage / marquage des canalisations de distribution à l'exclusion des canalisations elles-mêmes ;

- de compteurs.
Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 00:05
Aujourd'hui ( entr'autre) je me suis rendu à Bailleul pour une réunion de travail avec Mr le Maire , Michel Gilloen, avec qui c'est un réel plaisir de s'engager pour notre territoire . 
Nous avons travaillé sur le cahier des carges de l'étude qui déterminera avec précision les travaux à effectuer pour éviter les inondations sur le secteur de Bailleul
Un reportage suit dans l'Indicateur et la Voix du Nord
Repost 0
Published by jean schepman - dans politique de l'eau
commenter cet article