Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 01:42
 Sarkozy, député fainéant »


Douze ans de salaire. Zéro amendement. Zéro débat. C'est le bilan que dresse le député PS René Dosière, du passage de Nicolas Sarkozy à l'Assemblée Nationale en tant que député.
 

Lors de ses vœux à l'Elysée aux parlementaires, Nicolas Sarkozy se targuait de son activisme en dénonçant sans les nommer les « rois fainéants » qu'a connus la France. Une expression que le député PS, René Dosière, spécialiste du budget de l'Elysée, a détournée, qualifiant le Président d'ancien « député fainéant ». « En tout et pour tout, il a parlé moins d'une heure dans l'hémicycle pendant les 12 années où il a été député (ndlr : de 88 à 93, puis de 95 à 2002) mais il a été payé à temps complet ! », a déclaré l'élu de l'Aisne. « Il n'a participé à aucun débat et n'a déposé aucun amendement », a-t-il précisé ce matin sur RMC.

« Sarkozy, c'est l'inverse de débat parlementaire »

Pour René Dosière, l'explication est simple : « Nicolas Sarkozy n'a pas du tout la culture parlementaire. Il décide, et réfléchit ensuite. Le débat parlementaire, c'est l'inverse : la réflexion, la parole, avec parfois quelques excès ; mais mieux vaut des excès de paroles qu'un silence excessif. Il faut écouter les autres avant de décider. C'est le contraire de Nicolas Sarkozy : lorsqu'il aurait pu participer aux débats parlementaires, il n'était jamais présent. Aujourd'hui, il veut d'ailleurs que les parlementaires ne puissent plus retarder les débats ; il veut limiter leur droit d'amendement, c'est-à-dire leur capacité à faire la loi. »


Partager cet article
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 01:05
surprenant , non ???
C'était ...il y a très longtemps !


 " Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.
 Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé 
la face de la France, de l'Europe peut-être.
Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il 
touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il
cherche à donner le change sur sa nullité ;
c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.
 L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère
 est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne,
 ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir.
Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.
Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.
Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on
mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit
n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui 
rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue !
Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé ".
 

 

 

 

 Victor HUGO, dans " Napoléon, le petit "
Réédité chez Actes Sud
 
Tu pensais à qui ?...

 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 16:18
tzarko est allé se promener au moyen orient pour faire arréter les combats à Gaza  avec "l'efficacité" que l'on doit malheureusement constater !!!
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 15:33
Grève aux hôpitaux de Strasbourg pour accueillir Nicolas Sarkozy

L'intersyndicale des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) appelle les 8500 agents à un mouvement de grève de 24 heures le 9 janvier à l'occasion de la venue de Nicolas Sarkozy, qui doit visiter le nouvel hôpital civil (NHC), mis en service au printemps 2008, et présenter ses voeux aux personnels de santé. Dans un tract commun, la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, Sud et l'Unsa s'alarment notamment du "déficit de 30 millions d'euros" des HUS, qui leur fait craindre de prochaines suppressions de postes, et de "l'obligation de rentabilité de la santé". Ils dénoncent également des problématiques de sous-effectifs et un manque de reconnaissance professionnelle. Un rassemblement des grévistes est prévu venrdredi à 10 heures devant le bâtiment "Chirurgie A" de l'hôpital civil, tandis que Nicolas Sarkozy doit prononcer ses voeux en fin de matinée au restaurant du personnel du NHC. Selon la CGT, qui a déposé en décembre un préavis pour une grève reconductible à partir du 8 janvier, les organisations syndicales pourraient s'entretenir durant une vingtaine de minutes avec un conseiller de l'Elysée.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 15:28
Le quinquennat , Nicolas Sarkozy , l'absence d'alternative .

Le Président de la République par son attitude , son autoritarisme met-il en péril les fondements même de la république ? Au nom d'un "idéal" national-républicain déconcertant.

Nicolas Sarkozy transgresse allègrement tous les principes de la République, se donnant une image de « monarque » national-républicain ». Fort d’une réelle efficacité linguistique, il réussit par ses diarrhées verbales à nous infliger des dispositifs séculaires, bafouant le principe même de nos valeurs républicaines. L’homme est habile, un acteur jouant tantôt le registre du Front National, tantôt puisant dans le répertoire de la vieille gauche.

A la fois Président de la République, Premier Ministre, chef incontesté de la majorité, porte-parole du gouvernement (..). L’homme aux mille visages. Une politique d’autoritarisme déconcertante ou se dévoile un irrespect total des fondements de la République. Une expansion médiatique sous fond de strass, interprétant à la perfection un vaudeville sentimental, relayé par une presse inconsistante, à la recherche du scoop, oubliant à ce titre leur rôle premier : celui d’informer.

Bien évidemment avec les ripostes de Nicolas Sarkozy, procédurier à l’extrême. Tout semble presque irréel. La volonté de vouloir « canoniser » Guy Môquet, élevé au statut de martyr national. La France a-t-elle besoin de glorifier la souffrance ? Une nécessité pour construire une mémoire nationale (..).

Un gouvernement effacé, un Premier Ministre promu au simple rang de figurant, tout juste un rôle de fusible le cas échéant. La France s’enfonce dans l’ère du refus de la diversité culturelle au nom d’un prétendu idéal national-républicain.

Le plus navrant de cette situation est belle et bien l’absence totale d’opposition proposant une alternative. Le parti socialiste est déchiré, le centre victime de l’orgueil démesuré de François Bayrou. Des perspectives peu réjouissantes qui ne cessent d’illustrer les dangers du quinquennat, qui se révèle complètement obsolète pour ne pas oser dire antidémocratique.

Certes on ne peut attribuer à Nicolas Sarkozy cette spirale, la crise mondiale s’infiltrant insidieusement dans le discours. Il ne faut pas se leurrer, les solutions à court terme n’existent pas. La récession est d’actualité et vouloir espérer un changement radical est bel et bien utopique. La France traverse un zone de fortes turbulences , coincée entre un pouvoir d’achat plus que déficient , un taux de chômage qui ne peut aller qu’à la hausse , vouloir réfuter les chiffres et affirmer que la situation ne peut qu’aller en s’améliorant n’est qu’onirisme et futilité. La France se doit de se serrer les coudes, de penser aux plus démunis qui sont de plus en plus nombreux, illustrant au passage l’échec économique du capitalisme, absorbé par sa folie des grandeurs, l’exemple bancaire parachevant de parodier les faits par la catastrophique gestion boursière sur fond de profits et surtout de pertes.

Donc à ce titre, Nicolas Sarkozy fragilise les valeurs républicaines par son autoritarisme et par sa volonté de s’immiscer en force dans un rôle qui ne lui est pas destiné, oubliant le principe même de la fonction de Président de la République. Le quinquennat étant une résultante à part entiére.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 17:32
1.147 véhicules ont été incendiés au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre, contre 878 durant la même période de l'année précédente, selon un bilan définitif "des faits vérifiés", publié jeudi soir par le ministère de l'Intérieur.

ET TZARKO 1er, il dit qu'il est trés en colère ( bouh j'ai peur ! ) et qu'il veut interdire de passage de permis aux mineurs  qui font celà
1 en général c'est  fait discrètement !
2 ceux qui ont le permis , on leur fait quoi ?
3 Les jeunes qui le font,d' aprés toi, ils vont se gèner pour conduire sans permis ?
encore une de ses mesures démago et nulles du genre détruire sangatte ola shoah pour chaque enfant , le pouvoir d'achat, tous les français propriétaires etc !!!
excusez moi du terme mais je crois qu'il nous prend pour des cons !
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 11:34

vous n'avez pas fini d'en voir !

. "On est dans un discours d'une hypocrisie assez insupportable quand Nicolas Sarkozy dit que la crise va nous obliger à changer, mais que lui ne change rien à sa politique", juge le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon. "Le président de la République en appelle à l'effort de tous, mais il ne remet pas en cause le bouclier fiscal qui enrichit les plus fortunés (...) Quand on a dressé les catégories sociales, les Français, les uns contre les autres, on est le moins légitime à demander à ce que les Français se rassemblent".

"Sans beaucoup de novations, bien qu'on nous ait annoncé un exercice renouvelé, Nicolas Sarkozy a délivré un discours très abstrait, estime l'eurodéputée Modem, Marielle de Sarnez. Une idée partagée par la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot : "Il est des soirs où l'exercice convenu est triste. Il en a certainement été de même pour le Président qui ne pouvait être dupe : ses appels à la solidarité ne trompent plus personne. Ses paroles se veulent des baumes, elles sont tout au plus des somnifères".

Pour le Parti comuniste, Nicolas Sarkozy "n'annonce pour 2009 que l'amplification de sa politique de l'échec", "irresponsable et dangereuse". Il "annonce son intention de maintenir le cap de ses réformes destructrices".  Le chef de l'Etat "a énoncé de bons vœux pieux, estime pour sa part Nicolas Dupont-Aignan, député souverainiste de Debout la République, malheureusement pour la France, la méthode Coué ne peut tenir lieu de politique".


 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 15:56
ah bon !
ben il était temps !
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 19:29
L'Express a fait un papier cette semaine sur ce qu'il faut bien appeler un monologue sorti des fondements. Celui qui se prend pour le président de la république depuis maintenant presque deux ans, est en train de devenir très étrange. Lorsqu'il reçoit ses interlocuteurs à l'Elysée, il se lance dans de très longs monologues pompeux, que personne n'ose interrompre. Il se fait plaisir (tout seul !), minaude, interpelle (des esprits ?) et rigole de ses propres conneries.

Merci à Bar

Il joue le grand orateur, à coup de gestes simiesques, pour quelques pauvres technocratres ou politiques égarés.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 19:12



Partager cet article
Repost0