Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 15:03

Le débat d’hier soir aura été utile. Il a démontré, s’il le fallait encore, que François HOLLANDE incarne le changement que la grande majorité de nos concitoyens espèrent depuis si longtemps.

 

François HOLLANDE sera le président de la justice pour tous, du redressement économique de notre pays, de la réindustrialisation  et de la dignité retrouvée de la fonction présidentielle. Il a exposé son programme en toute clarté et transparence, au contraire du candidat sortant qui n’a rien eu d’autre à proposer que la continuité dans ses échecs.

 

François HOLLANDE s’est adressé à tous les Français, sans exclusive, afin de les réunir dans les valeurs de la République. Quel contraste flagrant avec son adversaire qui n’a eu de cesse de diviser nos concitoyens en catégories, de les monter les uns contre les autres, de dénoncer l’un pour mieux attiser les peurs de l’autre !

  

Dimanche, le choix est simple. La continuité dans l’échec avec le candidat sortant ou le changement avec François HOLLANDE.

 

J’appelle chacun d’entre vous, en ces derniers jours de campagne, alors que nous sommes maintenant devant le choix décisif, à voter et à faire voter pour François HOLLANDE, le Président de la République de l’emploi, du développement économique et social, des services publics, du respect de tous nos concitoyens et de l’indépendance de la justice.

 

Le Président pour une République retrouvée.

 

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 11:57

«  Antisociale ! » Voilà ce qu'est la TVA sociale selon Benoît Hamon, porte-parole du PS. Michel Sapin, chargé du projet présidentiel de François Hollande, a estimé hier qu'augmenter la TVA reviendrait à «  alléger les charges des entreprises en les faisant payer par l'ensemble des Français  ». «  Dans une période où la consommation se porte très mal, où les revenus ont tendance à baisser et où l'économie va de plus en plus mal, ce serait une faute économique et sociale  », a-t-il argumenté. François Hollande «  proposera des mesures de baisse du coût du travail, mais pas en reportant ce coût sur l'ensemble des consommateurs

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 10:20

14edunord

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 09:02

Nouveau_logo_PS.jpgAprès la désignation de notre candidat à l’élection présidentielle avec le succès populaire que l'on sait, le Parti Socialiste s'engage désormais dans le processus de la désignation de ses candidats aux élections législatives.

 

Les 1er et 2 décembre prochain, au cours d'un premier tour de scrutin et, le cas échéant, d'un second tour, l'ensemble des militants du Parti Socialiste choisiront, dans le cadre de chaque circonscription, le ou la candidat-e et son ou sa suppléant-e les mieux à même de les représenter.

 

Pour voter, il faut être à jour de cotisation, avec possibilité de s'en acquitter en cas de retard.

 

Je précise par ailleurs que les militants qui souhaitent représenter les socialistes à l’élection législative doivent officiellement faire acte de candidature jusqu'à lundi soir, par le biais d'un formulaire qu'ils peuvent obtenir sur demande à la Fédération Socialiste du Nord.

 

A ce jour, dans la 14e circonscription du Nord qui comprendra suite au redécoupage des circonscriptions législatives les cantons de Bergues, Bourbourg, Dunkerque-Est, Gravelines, Hondschoote et Wormhout, le/les candidat-e-s ne sont pas encore connus.

 

J'attire l'attention de chacun d'entre vous sur l'importance que revêt ce processus. François Hollande, candidat de la gauche à l’élection Présidentielle, sera élu Président de la République au soir du 6 mai 2012, j'en suis convaincu. Mais tous nos efforts resteront vains s'il n'obtient pas une majorité à l'Assemblée nationale afin de gouverner. Les candidat-e-s désigné-e-s au soir du 1er ou du 2 décembre auront donc pour responsabilité de contribuer au changement voulu par notre futur Président de la République.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:26
Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 11:01
Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:20

LE DEPARTEMENT VA FINANCER 1300 CONTRATS AIDES EN 2011
Définition
Un contrat aidé est un contrat de travail dérogatoire au droit commun, pour lequel l'employeur bénéficie d'aides, qui peuvent prendre la forme de subventions à l'embauche, d'exonérations de certaines cotisations sociales, d'aides à la formation. Le principe général est de diminuer, par des aides directes ou indirectes, les coûts d'embauche et/ou de formation pour l'employeur. Ces emplois aidés sont, en général, accessibles prioritairement à des «publics cibles», telles les personnes «en difficulté sur le marché du travail» ou les jeunes. Ils relèvent du secteur marchand (c'est le cas par exemple des contrats «initiative emploi») ou du secteur non marchand (par exemple contrats «emploi-solidarité»). Dans le second cas, ils sont le plus souvent conclus par des associations, des collectivités territoriales ou des entreprises publiques


Le Département du Nord acteur de l’insertion sociale vers l’emploi
Le 23 mai 2011, en Commission Permanente, les Conseillers Généraux Socialistes ont décidé de financer 1300 contrats aidés. Le Département s’engage à nouveau pour l’insertion sociale vers l’emploi en consacrant une enveloppe de 4,5 millions d’euros.


Concrètement, la participation financière du Département pour ces contrats correspond à 88% du montant du RSA. Il s’agit d’une aide forfaitaire versée directement aux employeurs. Cette prise en charge est destinée à favoriser l’action des Ateliers Chantiers d’Insertion qui mènent des actions d’accompagnement personnalisé permettant de s’insérer ou de se réinsérer sur le marché de l’emploi.


La convention annuelle d’objectifs et de moyen entre le Département et l’Etat concernant le Contrat Unique d’Insertion dans le secteur non-marchand prévoir également de réserver 150 contrats pour les collèges et ce pour une durée d’un an couvrant une année scolaire.


Depuis 2005, ce sont prés de 19 000 contrats aidés qui ont été engagés par le Département.


Notre institution est donc loin d’avoir failli sur le sujet de l’accompagnement vers l’emploi, contrairement à ce que le Ministre Xavier BERTRAND a prétendu lors de sa visite à Neuville-en-Ferrain.
Il ose nous demander de faire un effort sur les contrats aidés, alors que Pôle emploi mobilise peu l’enveloppe ouverte par le Département. En mai 2011, seulement 80 contrats étaient signés.


Doit-on rappeler que l’année dernière le Gouvernement SARKOZY souhaitait la suppression de 50 000 contrats aidés pour faire des économies sur le dos de l’insertion ? Il n’a pas osé au regard de la situation de l’emploi dans notre pays, mais aussi au regard de la réforme de l’allègement de l’ISF qui va coûter près de 2 milliards d’euros.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 16:44

e Parti socialiste abrogera les dispositions de la réforme territoriale adoptée définitivement par le Parlement le 17 novembre 2010, et proposera une réforme "concertée et digne des enjeux de la décentralisation", selon un communiqué publié le 18 novembre.

La réforme territoriale, texte controversé adopté après plus d’un an de navettes entre le Sénat et l’Assemblée, est « confuse et incohérente », et « rejetée y compris par certains élus de la majorité », écrivent les députés socialistes Elisabeth Guigou et Laurent Fabius.

« Au lieu d’un véritable acte III de la décentralisation, prôné de longue date par le Parti socialiste, la contre-réforme du gouvernement organise une régression territoriale avec l’asphyxie financière des collectivités, l’épaississement du mille-feuilles administratif, la création d’un nouvel élu mal identifié, une attaque inédite contre la parité et une recentralisation dangereuse », dénoncent-ils.

« Le Parti socialiste s’engage à abroger, dès son retour aux responsabilités, les dispositions de cette contre-réforme, et à proposer aux citoyens, et aux élus, une réforme concertée et digne des enjeux de la décentralisation », concluent-ils.

La réforme adoptée mercredi par 258 voix contre 219 crée notamment le conseiller territorial, nouvelle catégorie d’élu siégeant à la fois au conseil général et au conseil régional.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 09:08

Le Parti Socialiste défend le monde agricole au contraire de ce que certains osent prétendre!!!

 

Le groupe parlementaire dépose une proposition de loi qui sera discutée ce jeudi pour revitaliser le monde rural, abandonné par l'Etat. Garantir l'accès au service public, soutenir les territoires, s'engager vraiment pour l'agriculture... le PS propose!

Le bouclier rural, en quoi cela consiste-t-il? Les explications avec Germinal Peiro, secrétaire national à la ruralité et la mer.

 

http://www.parti-socialiste.fr/articles/a-l-assemblee-les-socialistes-s-engagent-pour-l-instauration-d-un-bouclier-rural

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 10:26

Gilles PARGNEAUX, député européen,
1er secrétaire de la fédération PS du Nord, réagit à l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy

 

 

Lors de son intervention télévisée de ce jeudi 10 février, Nicolas Sarkozy a une fois de plus donné aux Français l’occasion de constater combien il n’est à la hauteur ni de sa fonction ni des enjeux auxquels notre pays doit faire face.

 

Face à présentateur ami et à un parterre de Français repérés dans une émission notoirement bienveillante à l’égard de sa politique, le Président de la République a infligé aux téléspectateurs deux heures et demie d’une opération de communication aussi ennuyeuse que dépourvue de substance.

 

Affirmant dès l’entame son intention d’agir contre la délinquance des mineurs, thème rabâché ad nauseam depuis bientôt 10 ans, Nicolas Sarkozy semble oublier les 42 lois contenant des mesures sécuritaires votées depuis 2002 par la droite, soit 10% de tous les textes adoptés sur la période, dont une partie n’a toujours par reçu de décrets d’application. Un constat de carence masqué par les accents populistes d’un discours jouant une nouvelle fois sur le seul registre de l’émotion.

 

En réponse aux magistrats, Nicolas Sarkozy a affirmé que les moyens de la justice avaient augmenté sur les dernières années, passant sous silence la forte augmentation parallèle du nombre de procédures et surtout le fait ces moyens restent sans commune mesure avec ceux des pays comparables : la France ne consacre que 58€ par an et par habitant à ses tribunaux (ministère public et aide judiciaire comprise) contre 72€ en Italie, 75€ en Angleterre, 86€ en Espagne et 114€ aux Pays-Bas. Notre pays compte 9 juges professionnels pour 100 000 habitants, contre 20 en moyenne en Europe.

 

Faisant porter aux 35h une lourde part de responsabilité dans la désindustrialisation de la France, le Président de la République dédouane à bon compte son gouvernement, dont l’absence de politique industrielle, de soutien aux grandes filières publiques comme au PME est en réalité responsable au premier chef de cette évolution. Les 35h, couplées à l’annualisation du temps de travail, ont, faut-il le rappeler, permis de créer 350 000 emplois entre 1998 et 2002 et freiné l’augmentation du nombre de contrats précaires, en offrant davantage de souplesse à notre industrie.

 

Les promesses annoncées d’offrir une formation à chaque chômeur et de développer l’apprentissage se heurtent à la forte réduction des budgets des conseils régionaux, premiers financeurs de la formation professionnels, aujourd’hui pratiquement privés de la possibilité de lever l’impôt et soumis au bon vouloir d’un Etat de plus en plus chiche. Aucune solution en revanche pour le service public de l’emploi, insuffisamment doté et totalement engorgé face à un chômage qui continue d’augmenter en France alors qu’il baisse dans plusieurs pays européens.

 

Malgré la mobilisation des enseignants, dont les conditions de travail se dégradent fortement, malgré l’augmentation prévisible du nombre d’élèves, Nicolas Sarkozy maintient sans surprise sa désastreuse politique de réduction massive des effectifs de l’Education nationale, en évoquant des embauches trop généreuses au début de la décennie, alors même que le budget de ce ministère a moins augmenté entre 2000 et 2007 que dans les pays comparables.

 

Evoquant la dépendance, Nicolas Sarkozy propose de recourir à l’assurance privée pour financer ce risque, suivant là la logique à l’œuvre dans le domaine de la santé, et dont on peut constater chaque jour les effets catastrophiques pour les Français les plus modestes ou les plus éloignés des grandes villes, peu à peu privés d’une médecine de qualité.

 

Partisan du même immobilisme que son prédécesseur sur les questions agricoles, Nicolas Sarkozy se contente de défendre le maintien de la PAC quand la productivité de la filière et la qualité de nos produits sont en cause, faute de soutien public à la transformation de nos exploitations. Avec 2% de production biologique, la France est ainsi en queue de peloton des grands pays agricoles européens.

 

Le Président de la République a enfin défendu ses deux ministres coupables d’avoir profité pendant leurs vacances personnelles des largesses, pour l’une d’un homme d’affaires tunisien proche de Ben Ali, pour l’autre du président égyptien Moubarak. De telles pratiques, qui coûteraient ailleurs leur poste aux ministres concernés, sont donc considérées par celui qui promettait une République irréprochable comme d’anodines maladresses.

 

Du manque de cohérence politique du Président de la République ou de sa moralité à géométrie variable, difficile de dire ce qui est le plus inquiétant pour l’avenir de notre pays. Les socialistes, pour leur part, présenteront le 28 mai aux Français leur projet présidentiel, bâti depuis un an avec des experts, des professionnels et de nombreux citoyens, et leur ambition d’une présidence de la République digne et éthique, à même de retrouver le respect des citoyens français et l’estime des partenaires de la France.

Repost 0
Published by jean schepman - dans Parti Socialiste
commenter cet article