Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 09:47

Suite à la manifestation du 29 mai dernier, mon collègue Patrick KANNER et moi-même avions prévu de saisir le Préfet de Région au sujet des porcheries dites industrielles, le courrier est parti ce lundi 7 juin de Lille, veuilliez en trouver  ci dessous la copie:


Monsieur le Préfet,

 

                  Quelques minutes avant l’inauguration de l’école publique et de la médiathèque de la commune de Bambecque, le 29 mai dernier, nous avons été interpelés par un collectif de citoyens opposés aux projets d’implantation de porcheries sur leur territoire.

 

                  Vous trouverez ci-joint, des articles de presse relatifs à ces manifestations.

 

                  En effet, le CODERST, du mois d’avril 2010, malgré les avis négatifs du Conseil Municipal de la commune d’Houtkerque, de l’avis du Commissaire Enquêteur ainsi que de nombreux citoyens et associations concernés, a émis un avis favorable pour le projet d’implantation de porcherie sur la commune.

 

                  D’autres dossiers de demande d’autorisation pour de nouvelles installations d’élevage porcins portés par des sociétés belges (plus de 450 animaux-équivalents) sur le bassin versant de l’Yser sont actuellement examinés par vos services.

 

                  Cependant, les lisiers émanant de ce type d’élevage ont un impact certain sur la qualité de l’eau, notamment en ce qui concerne les paramètres nitrates et ions ammonium.

 

                  La Commission Locale de l’Eau du SAGE de l’Yser a réalisé un état des lieux de la qualité des eaux de surface de l’Yser. Le « bon état », objectif inscrit dans la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, n’est pas atteint en 2008 avec les matières azotées et les matières phosphorées comme principaux paramètres déclassants.

 

            Il parait important de souligner également que l’Yser est utilisée pour la production d’eau destinée à la consommation humaine par nos voisins Belges. Ainsi la qualité de l’eau de l’Yser doit respecter des normes particulières. La valeur limite de 50 mg/l de nitrates fixée dans ce cadre est régulièrement dépassée (64,2 mg/l en novembre 2008).


 

Afin de tendre vers ces objectifs de qualité, il devient indispensable de porter une attention particulière aux problématiques environnementales que soulèvent ces installations d’élevage de grande capacité (gestion des effluents, épandage…).

 

                  Ces installations soumises à une réglementation stricte nécessitent la constitution d’une étude d’impact du projet sur le milieu environnant et en particulier sur la ressource en eau.

 

                  En conséquence, une attention toute particulière doit être portée au respect des dispositions prévues par la réglementation des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) ainsi que par les dispositions du 4ème programme d’actions en zones vulnérables.

 

                  Enfin, il est important de noter que l’unité Yser-IJzer concentre l’une des densités d’animaux/ha (porcins, bovins, volailles) les plus conséquentes du District Hydrographique de l’Escaut. L’autorisation de nouvelles installations sur le bassin versant de l’Yser doit donc intégrer les impacts cumulés résultant des ruissellements des parcelles servant à l’épandage du lisier.

 

                  Ces projets suscitent dans l’opinion publique de vives réactions au regard des impacts environnementaux négatifs de ces élevages à caractère industriel. D’autre part, les éleveurs français déjà fortement touchés par une crise économique, risquent d’être pénalisés au regard d’une concurrence déloyale dans le cadre de projets d’extension d’élevage à taille plus raisonnable.

 

                  Dans cette perspective, nous sollicitons, d’ores et déjà, un moratoire sur le projet d’Houtkerque et sur les futurs projets concernant les communes de Bambecque, Ochtezeele, et Noordpeene.

 

                  Compte tenu de ces éléments et de l’urgence de la situation, nous vous sollicitons, en nos qualités de Vice-Présidents du Conseil Général, afin d’obtenir un rendez-vous rapide, pour évoquer les solutions respectueuses du développement de l’économie agricole locale et de l’environnement.

 

                  Dans l’attente de vous lire, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’expression de nos sentiments les meilleurs.

 

 

                   Patrick KANNER                                                          Jean SCHEPMAN

                Premier Vice-Président                                                          Vice-Président

             Délégué à l’Aménagement                                            Délégué à la Politique de l’Eau

      et au Développement des Territoires

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean schepman - dans Vice Président
commenter cet article

commentaires

Didier Bovaere 10/06/2010 21:17










Bonduelle Claude 10/06/2010 16:17



Monsieur,


Bien souvent, nos élus sont critiqués ouvertement, mais il ne faut pas oublier de les remercier quand ils prennent clairement
positions pour nous soutenir.


Avant cette inauguration, Monsieur Patrick KANNER, et vous-même, avez accepté de recevoir le collectif. Je constate que vous mettez en
application les promesses que vous lui avez faites et je vous en remercie.


Ce jour là, à l’extérieur de l’édifice inauguré, j’ai fait part aux personnes présentes de vos propositions et j’ai affirmé que
j’avais confiance en votre parole puisque j’avais déjà eu contact avec vous au moment du «locodrome» et que votre intervention avait été conforme aux propos que vous aviez tenus.


Merci aux rares élus qui osent contester tout ou partie de ces projets de «porcheries industrielles»


Tous les hommes politiques locaux ne nous défendent pas aussi efficacement.


Le même jour, j’ai interpellé Monsieur Jean-Pierre DECOOL, député de la 14ème circonscription du Nord sur un dossier qui
lui a été adressé depuis plus de 2 mois pour une transmission au Médiateur de la République, ce dossier ne lui disait rien. Je lui ai aussi demandé un rendez-vous : impossible avant bien
longtemps. Et les autres questions posées ont obtenu des réponses hallucinantes.


Par contre, J’ai pu voir sur son blog, qu’il avait obtenu la médaille de bronze … pour blabla, blabla…


Noter nos représentants politiques et une excellente idée, mais en dehors de l’assemblée nationale et des critères
«abracadabrantesques» qui ont été
retenus pour le classer 3ème  de…, avec la note obtenue pour les porcheries il serait donc loin d’obtenir une médaille ou même obtenir ne
serait ce que la moyenne.


 



Nicolas Fournier 08/06/2010 17:39



Merci pour ce soutien aux associations et aux populations locales, que j'espère efficace. Au coderst, où je siège, je n'ai bien sûr pas réussi à contrecarrer ce projet de porcherie d'Houtkerque.
Au prochain CODERST du 22 juin, je remettrai également 2 sous dans la musique pour réclamer un moratoire sur ces porcheries industrielles. Halte au laissez-faire !


Nicolas Fournier


(claude pour les intimes)



Marc 08/06/2010 11:31



J'ai oublié de dire...pour les députés UMP et apparentés: on est en régime présidentiel ou en régime parlementaire? Relisez la Constiturion de 1958!


La prochaine fois, chers dépiutés, posez-vous cette question avant de vous représenter!!!


 


Avaler des couleuvres, c'est plus facile que de les faire avaler!


 


M.P.



Marc 08/06/2010 11:03



Question qui n'a pas sa place ici: la notation des ministres, on en est où? C'est par rapport à leurs appartements de fonctions?


Et le couple "Angela-Nicolas" (je t'aime moi non plus): il en est où.


Et si Jean, le PS reprenait point par point les promesses de Sarko en 2007?


 


Allez, vite, qu'on rigole...ou qu'on en pleure, mais pas de rire!


Lesz cités s"embrasent ànouveau: c'est la faute à Sarko.


Lui qui veut tout assumer, alors qu'il assume pleinement maintenant...ou qu'il démissionne puisqu'il est incompétent!


 


Quant aux députés Godillots de l'UMP et apparentés: votez une motion de censure puisque Sarko et SES banques nous amènent droit dans le mur, que le chomage explose...et que l'Etat ne fait plus
rien.


 


M


P